Auteur Sujet: Re : Pays de Gales: manifestation humaine de H7N2  (Lu 7784 fois)

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
Re : Pays de Gales: manifestation de H7N2
« Réponse #15 le: 28 mai 2007 à 13:03:51 »


http://www.wales.nhs.uk/sites3/news.cfm?orgid=719&contentid=6793

les contacts ( non infectés ) sont sous tamiflu par mesure de précaution pour minimiser le risque de transmission

As a precautionary measure the NPHS is continuing to offer people who have had contact with individuals with this illness antiviral medication to minimise the risk of spread.


etc.. definition des cas contacts .


Un LPAI qui s'implante serieusement dans la vollaille, devient HPAI au fil du temps
LPAI ou HPAI : Il s'agit d'une definition pour " vollaille" qui veut dire que HA a un site de clivage ( de " coupure" ) special, pouvant se faire cliver par un grand nombre d'enzymes.
pas d'une definition pour humain

le virus de 1918 etait un LPAI.

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
Re : Pays de Gales: manifestation de H7N2
« Réponse #16 le: 28 mai 2007 à 13:07:38 »
a traduire

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/wales/6698183.stm

Pupils offered bird flu treatment
Farm near Pwllheli, Llyn Peninsula
Tests are being carried out at a farm near Pwllheli, Llyn Peninsula
Children at a primary school are being offered anti-bird flu treatment as a pupil is thought to have the virus.

The year five pupil at Ysgol Henllan, Denbighshire, is linked to a smallholding near Corwen, Conwy, where a mild form of the virus was found.

Officials said nine 11-year-olds in years five and six were being offered tamiflu to protect them from infection.


Four people have tested positive for bird flu and 11 have shown flu-like symptoms, but no-one is seriously ill.

The child who is believed to have the virus is said to be responding to treatment at home.

   
This is an unusual step for us to take because the risk of the infection being passed from the child to other pupils is so small.
Dr Brendan Mason, NPHS

Twelve children and two teachers from the school have been identified as having been in prolonged close contact with the pupil,
on days when there was a "small risk" of the child being infectious.

Only these children and staff have been offered tamiflu - an antiviral medication which reduces the severity of any impact of the infection.

The parents of each child are being contacted by staff at the National Public Health Service for Wales (NPHS).

Dr Brendan Mason from the NPHS, said: "This is an unusual step for us to take because the risk of the infection being passed from the child to other pupils is so small.

"However, this particular virus usually only affects birds and is relatively unknown in humans. Its clinical characteristics have not been fully defined.

"It is very rare to see this particular flu virus so we are taking every reasonable precaution to eliminate it from the community."
« Modifié: 28 mai 2007 à 15:02:37 par anne »

Hors ligne muscade

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1246
Re : Pays de Gales: manifestation de H7N2
« Réponse #17 le: 28 mai 2007 à 19:24:42 »
Tamiflu offert à des écoliers après des tests positifs

Des élèves et le personnel d'école sont offerts des drogues d'anti-grippe après qu'un enfant soit devenu infecté dans la manifestation de grippe d'oiseau au Pays de Gales du nord, chefs de santé dits aujourd'hui.

Les écoliers une douzaine âgés neuf et 10 et deux professeurs sont donnés des traitements de Tamiflu comme une précaution après qu'elle ait émergé ils avait passé le temps avec le jeune.

L'enfant, qui vit près de la ferme dans Corwen où la contrainte H7N2 a été découverte la première fois, réagit au traitement à la maison.

Un rapport libéré par le service de santé publique national pour le Pays de Gales (NPHS) a indiqué que le personnel et les élèves des années 5 et 6 à l'école de Ysgol Henllan dans Denbighshire étaient à un risque « très léger » d'infection.

Un total de 12 personnes sont pensés pour avoir été atteints de la grippe mais aucun n'est sérieusement malade.

Cette variété la plus récente de grippe aviaire est moins agressive que la contrainte H5N1.

Les fonctionnaires de santé ne pourraient pas éliminer la maladie avaient écarté d'avec préavis mais les enquêtes soumises à une contrainte étaient continues.

Un porte-parole de NPHS a dit : La « personne à la diffusion de personne serait très peu commune mais la diffusion limitée de ce type a été vue dedans ailleurs dans le passé dans certains cas de la grippe d'oiseau.  »

Des poulets d'une deuxième ferme dans la péninsule de Llyn étaient examinés et des restrictions ont été imposées au mouvement des personnes et des animaux de la propriété.

Un total du poulet 30 de la petite propriété dans Corwen ont été maintenant abattus après 15 oiseaux morts.

Ils étaient 22 semaine-vieux poulets rouges de île de Rhode achetés par la ferme il y a deux semaines de marché de Chelford dans Cheshire.

Le rapport de NPHS dit : « Comme précaution, pupilles en années 5 et 6 chez Ysgol Henllan, Denbighshire, sont offerts Tamiflu pour les protéger contre le risque très léger d'infection avec le virus de la grippe H7.

« Cette mesure de précaution a été prise parce qu'un enfant en année 5, liée à la petite propriété près de Corwen, est censé avoir la grippe aviaire.

« Douze enfants et deux professeurs ont été identifiés en tant qu'étant en contact étroit prolongé avec l'enfant dans la salle de classe les jours où il y avait un risque très petit de l'enfant étant infectieux.

« Les parents de chaque enfant sont contactés par le personnel au NPHS.

« Seulement ces enfants et personnel ont été offerts Tamiflu, un médicament antiviral qui réduit la sévérité de n'importe quel impact de l'infection.  »

Maçon de DR Brendan, un épidémiologue de conseiller avec le service de santé publique national pour le Pays de Gales, par exemple, « c'est une étape peu commune pour que nous prennent parce que le risque de l'infection étant passée de l'enfant à d'autres pupilles est si petit.

« Cependant, ce virus particulier affecte habituellement seulement des oiseaux et est relativement inconnu chez l'homme. Ses caractéristiques cliniques n'ont pas été entièrement définies.

« Il est très rare de voir ce virus particulier de grippe ainsi nous prenons toute précaution raisonnable pour l'éliminer de la communauté.  »

Il y a un total de 58 enfants à l'école mais seulement ces 12 qui ont été en contact étroit avec l'enfant infecté, recevront le traitement.

Parents contactés par fonctionnaire de santé de tous enfants à l'école par courrier les informant de la situation et les invitant à une réunion à discuter tous soucis.

On s'est attendu à ce que l'école rouvre en tant que normale après demi de limite.

Victimes des symptômes typiques de grippe de présent de virus tels que des maux, des toux, une fièvre et une gorge endolorie ou conjonctivite.

Le nombre de service d'assistance de Defra est 08459 33 55 77.

Le NPHS a indiqué qu'ils avaient identifié 142 personnes qui ont pu avoir eu le contact avec la grippe aviaire et étaient surveillés.

De ces derniers, 47 ont pu avoir été exposés par un arrangement de ménage, 14 à l'école et 81 dans le lieu de travail.

*************
School pupils offered
anti-bird flu drug after child
tests positive   

School pupils and staff are being offered anti-flu drugs after a child became infected in the bird flu outbreak in north Wales, health chiefs said today.

A dozen schoolchildren aged nine and 10 and two teachers are being given Tamiflu treatments as a precaution after it emerged they had spent time with the youngster.

The child, who lives close to the farm in Corwen where the H7N2 strain was first discovered, is responding to treatment at home.

A statement released by the National Public Health Service for Wales (NPHS) said staff and pupils from Years 5 and 6 at Ysgol Henllan school in Denbighshire were at a "very slight" risk of infection.

A total of 12 people are thought to have been infected with the flu but none are seriously ill.

This most recent variety of avian flu is less aggressive than the H5N1 strain.

Health officials could not rule out the disease had spread from person-to-person but stressed inquiries were ongoing.

A NPHS spokesman said: "Person to person spread would be very unusual but limited spread of this type has been seen in elsewhere in the past in some cases of bird flu."

Chickens from a second farm in the Llyn Peninsula were being tested and restrictions were imposed on movement of people and animals from the property.

A total of 30 chicken from the smallholding in Corwen have now been slaughtered after 15 birds died.

They were 22-week-old Rhode Island Red chickens bought by the farm two weeks ago from Chelford Market in Cheshire.

The NPHS statement said: "As a precaution, pupils in Years 5 and 6 at Ysgol Henllan, Denbighshire, are being offered Tamiflu to protect them from the very slight risk of infection with the H7 flu virus.

"This precautionary action has been taken because a child in Year 5, linked to the smallholding near Corwen, is believed to have avian flu.

"Twelve children and two teachers have been identified as being in prolonged close contact with the child in the classroom on the days when there was a very small risk of the child being infectious.

"The parents of each child are being contacted by staff at the NPHS.

"Only these children and staff have been offered Tamiflu, an antiviral medication which reduces the severity of any impact of the infection."

Dr Brendan Mason, a consultant epidemiologist with the National Public Health Service for Wales, said, "This is an unusual step for us to take because the risk of the infection being passed from the child to other pupils is so small.

"However, this particular virus usually only affects birds and is relatively unknown in humans. Its clinical characteristics have not been fully defined.

"It is very rare to see this particular flu virus so we are taking every reasonable precaution to eliminate it from the community."

There are a total of 58 children at the school but only those 12 who have been in close contact with the infected child, will receive treatment.

Health official contacted parents of all the children at the school by letter informing them of the situation and inviting them to a meeting to discuss any concerns.

The school was expected to reopen as normal after half term.

Victims of the virus present typical flu symptoms such as aches, coughs, a fever and sore throat or conjunctivitis.

The Defra helpline number is 08459 33 55 77.

The NPHS said they had identified 142 people who may have had contact with the avian flu and were being monitored.

Of these, 47 may have been exposed through a household setting, 14 in school and 81 in the workplace.

http://www.24dash.com/news/47/21115/index.htm

Hors ligne muscade

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1246
Re : Pays de Gales: manifestation de H7N2
« Réponse #18 le: 28 mai 2007 à 19:47:39 »
Explications intéressantes sur l'importance de cette manifestion reprises de FluTrackers (Question et réponse entre Florida1 et Niman)

***********
Florida1 : Henry voulez-vous expliquer pourquoi nous suivons ceci tellement de près quoique ce ne soit pas H5N1 et ne semble pas ne pas être une contrainte avec un taux de fatalité élevé de cas ?

Niman : Cette manifestation est importante pour deux raisons. On est la vitesse à laquelle les infections H7N2 peuvent se développer. La manifestation dans les Pays Bas a rapidement devenu plus de 1000 personnes, bien que ce nombre ait été obtenu rétrospectivement en regardant le sérum des contacts. Les essais initiaux, qui ont recherché le virus ont détecté 80 quelques patients impairs qui étaient des cullers ou des contacts des cullers.

Les infections H7 les plus récentes Colombie britannique et en Angleterre ont eu plus limité la diffusion, mais tous les deux étaient H7N3, et tous les deux ont eu des cas confirmés par laboratoire.

Les rapports initiaux de 11 patients présentant des symptômes d'une manifestation impliquant 10 poulets morts ont suggéré que ceci puisse en effet être un autre exemple de transmission très efficace de H2H. La deuxième volaille situent, et la distribution possible des oiseaux infectés à de petites possessions multiples, a soulevé la possibilité de foyers multiples qui pourraient augmenter rapidement.

H7 chez l'homme n'est pas une bonne situation parce que le virus peut changer. Morover, le domaine obligatoire de récepteur sur H7 peut être acquis par H5N1, qui est tout à fait mortel et pourrait être tout à fait dévastateur s'il acquérait le H2H transmissiblilty semblent précédemment, et probablement actuellement, par H7.

*******************

Florida1: Henry do you want to explain why we are following this so closely even though it is not H5N1 and appears not to be a strain with a high case fatality rate?

Niman : This outbreak is important for two reasons. One is the speed at which the H7N2 infections can grow. The outbreak in the Netherlands quickly grew to over 1000 people, although this number was obtained retrospectively by looking at serum of contacts. The initial tests, which looked for virus detected 80 some odd patients who were cullers or contacts of cullers.

The most recent H7 infections in British Columbia and England had more limited spread, but both were H7N3, and both had lab confirmed cases.

Initial reports of 11 patients with symptoms from an outbreak involving 10 dead chickens suggested that this may indeed be another example of very efficient H2H transmission. The second poultry site, and possible distribution of infected birds to multiple small holdings, raised the possibility of multiple foci that could expand rapidly.

H7 in humans is not a good situation because the virus can change. Morover, the receptor binding domain on H7 can be acquired by H5N1, which is quite lethal and could be quite devastating if it acquired the H2H transmissiblilty seem previously, and possibly currently, by H7.



Hors ligne muscade

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1246
Re : Pays de Gales: manifestation de H7N2
« Réponse #19 le: 29 mai 2007 à 10:22:17 »
La grippe douce d'oiseau en Grande-Bretagne a le potentiel de pandémie, les experts disent

Les quatre ont présumé que les cas humains de grippe de l'oiseau H7N2 identifiés en Grande-Bretagne la semaine dernière sont un rappel que la prochaine pandémie de grippe pourrait être étincelée par un virus autre que la contrainte H5N1 crainte, des experts disent.

Tandis que l'attention de la communauté globale de santé ces dernières années a visé le virus H5N1, qui a tué dans le monde entier au moins 186 personnes depuis 2003, souci de quelques experts que l'attention est détournée des sous-types apparemment moins dangereux de grippe d'oiseau comme H7.

« Il peut y avoir un peu de satisfaction quand il vient à identifier le potentiel de pandémie des virus H7, » Dr. d'expert en matière de grippe d'oiseau de l'organisation mondiale de la santé. Michael Perdue ledit lundi.   

La semaine dernière, les autorités britanniques ont confirmé que quatre personnes ont apparemment examiné le positif pour H7N2, une contrainte douce de la grippe d'oiseau, après que 15 poulets à une petite ferme au Pays de Gales soient morts. Les fonctionnaires de santé étudient actuellement 36 personnes qui peuvent également être infectées, dont 11 ont des symptômes de la grippe ou de la conjonctivite.

Avoir tant de cas humains est immédiatement un souci potentiel. En Asie, où H5N1 a circulé le plus largement, des millions de personnes ont été exposés aux millions d'oiseaux infectés, ayant pour résultat environ une nouvelle infection par semaine.

« Ici, nous parlons d'un nombre restreint d'oiseaux mais nous avons toujours quatre cas, » Perdue dit. « À moins qu'il y a quelque chose de peu commun au sujet du contact avec des oiseaux, cela suggère que le virus trouve de nouveaux moyens d'entrer dans des humains. »

Le sous-type H7 a des manifestations humaines précédemment suscitées. Dans une grande manifestation dans les Pays Bas en 2003, 89 cas humains ont été rapportés, la plupart du temps de la conjonctivite, aussi bien que l'une mort. Il y avait également au moins trois exemples probables de transmission humain-à-humaine faisant participer des membres de famille des ouvriers de volaille. Dans le cas de la fatalité simple, les fonctionnaires ont noté que le virus particulier a eu environ 10 mutations.

Les fonctionnaires britanniques ont été rapides pour rassurer le public que le « bas » virus H7N2 pathogène - par rapport au virus H5N1 « fortement pathogène » - des poses peu de risque à la population. En effet, H7N2 semble causer seulement des symptômes doux tels que des infections d'oeil.

Mais les bas virus pathogènes mettent en boîte rapidement le morph dans fortement le pathogène, parfois dans des semaines. Trop peu est connu au sujet des virus de grippe pour prévoir avec n'importe quelle certitude qui sont les plus mortels pour des humains.

« Le risque de pandémie des bas virus aviaires pathogènes est presque aussi mauvais que qui des virus aviaires fortement pathogènes, » ont indiqué le Dr. Angus Nicoll, un expert en matière de grippe au centre européen de l'empêchement et de la commande de la maladie.

« Quand les gens disent bas pathogène ou fortement pathogène, cela se rapporte seulement comment désagréable la maladie est pour des oiseaux, » à Nicoll expliqué. « Qui est presque non pertinent pour des humains. »


Comme tous les virus de grippe, les bas virus pathogènes subissent une mutation rapidement, et pourraient théoriquement transformer en contrainte de pandémie sans signaux d'alarme d'une contrainte plus virulente, qui laisserait beaucoup de poulets morts - et peut-être humains - dans son sillage. Les experts s'inquiètent également de la possibilité d'un virus de grippe d'oiseau se mélangeant à un virus humain de grippe pour créer une nouvelle contrainte de pandémie.

« Si vous avez un virus H7 entraînant des symptômes doux, cela pourrait donner au virus la chance au reassort dans un virus plus dangereux avant quiconque des notices, » Perdue dit. Et pour des fonctionnaires de santé espérant annuler une pandémie à ses étapes naissantes, il pourrait être trop tardif pour contenir une manifestation globale sans détection précoce.

La plupart des experts croient que la préoccupation de H5N1 en tant que candidat le plus susceptible de pandémie est justifiée.

« La situation avec H5N1 est très intense, » a dit le Dr. Anthony Fauci, directeur de l'institut national de l'allergie et des maladies infectieuses aux Etats-Unis. « Nous savons que H7 peut causer des manifestations dans les poulets et qu'il peut de temps en temps sauter la barrière d'espèces, mais il ne l'a pas faite presque jusqu'au degré du virus H5N1.  »

 À la différence de beaucoup d'autres sous-types de grippe d'oiseau, qui disparaissent outre du radar après une période courte, H5N1 est resté indélogeable dans l'environnement, et continue à s'écarter à de nouveaux secteurs.

Toujours, alors qu'aucun virus de grippe d'oiseau ne peut être éliminé quand il vient à mettre à feu la prochaine pandémie, quelques indices peuvent exister. Bien que H5N1 ait plusieurs caractéristiques s'inquiétantes, d'autres sous-types de grippe sont également dans le fonctionnement pour le titre de pandémie.

« Les deux dernières pandémies de grippe étaient le résultat d'un virus humain de grippe recombinant avec de bas virus aviaires pathogènes, » a dit Perdue. Le H7N2 récemment détecté en Grande-Bretagne entrerait dans cette catégorie. « Donné ce contexte historique, peut-être nous devrions concentrer nos efforts peu davantage dans cette direction. »

*****************
 
Mild bird flu in Britain has pandemic potential, experts say

The Associated Press   
Tuesday, May 29, 2007
 

LONDON: The four presumed human H7N2 bird flu cases identified in Britain last week are a reminder that the next flu pandemic could be sparked by a virus other than the feared H5N1 strain, experts say.

While the global health community's attention in recent years has targeted the H5N1 virus, which has killed at least 186 people worldwide since 2003, some experts worry that attention is being diverted from seemingly less dangerous bird flu subtypes like H7.

"There may be a bit of complacency when it comes to recognizing the pandemic potential of H7 viruses," World Health Organization bird flu expert Dr. Michael Perdue said Monday.

Last week, British authorities confirmed that four people apparently tested positive for H7N2, a mild strain of bird flu, after 15 chickens at a small farm in Wales died. Health officials are currently investigating 36 people who may also be infected, of whom 11 have symptoms of flu or conjunctivitis.

Having so many human cases at once is a potential concern. In Asia, where H5N1 has circulated most widely, millions of people have been exposed to millions of infected birds, resulting in about one new infection per week.

"Here, we're talking about a small number of birds and yet we still have four cases," Perdue said. "Unless there's something unusual about the contact with birds, that suggests the virus is finding new ways of getting into humans."

The H7 subtype has previously sparked human outbreaks. In a large outbreak in the Netherlands in 2003, 89 human cases were reported, mostly of conjunctivitis, as well as one death. There were also at least three likely instances of human-to-human transmission involving family members of poultry workers. In the case of the single fatality, officials noticed that particular virus had about 10 mutations.

British officials have been quick to reassure the public that the "low pathogenic" H7N2 virus — in comparison to the "highly pathogenic" H5N1 virus — poses little risk to the population. Indeed, H7N2 appears to cause only mild symptoms such as eye infections.

But low pathogenic viruses can quickly morph into highly pathogenic ones, sometimes within weeks. Too little is known about flu viruses to predict with any certainty which ones are most lethal for humans.

"The pandemic risk from low pathogenic avian viruses is almost as bad as that from highly pathogenic avian viruses," said Dr. Angus Nicoll, an influenza expert at the European Centre of Disease Prevention and Control.

"When people say low pathogenic or highly pathogenic, that only refers to how unpleasant the disease is for birds," Nicoll explained. "That's almost irrelevant for humans."

Like all flu viruses, low pathogenic viruses mutate rapidly, and could theoretically transform into a pandemic strain without the warning signals of a more virulent strain, which would leave many dead chickens — and perhaps humans — in its wake. Experts also worry about the possibility of a bird flu virus mixing with a human flu virus to create a new pandemic strain.

"If you have an H7 virus causing mild symptoms, that might give the virus the chance to reassort into a more dangerous virus before anybody notices," Perdue said. And for health officials hoping to quash a pandemic in its emerging stages, it might be too late to contain a global outbreak without an early warning.

Most experts believe that the preoccupation with H5N1 as the most likely pandemic candidate is justified.

"The situation with H5N1 is very intense," said Dr. Anthony Fauci, director of the National Institute of Allergy and Infectious Diseases in the United States. "We know that H7 can cause outbreaks in chickens and that it can occasionally jump the species barrier, but it has not done it nearly to the extent of the H5N1 virus."

Unlike many other bird flu subtypes, which disappear off the radar after a short period, H5N1 has remained entrenched in the environment, and continues to spread to new areas.

Still, while no bird flu virus can be ruled out when it comes to igniting the next pandemic, some clues may exist. Though H5N1 has several worrying characteristics, other flu subtypes are also in the running for the pandemic title.

"The last two flu pandemics were the result of a human flu virus recombining with low pathogenic avian viruses," said Perdue. The H7N2 recently detected in Britain would fall into that category. "Given that historical context, perhaps we should concentrate our efforts a little more in that direction."

http://www.iht.com/articles/ap/2007/05/29/europe/EU-MED-Britain-Bird-flu.php

Hors ligne muscade

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1246
Re : Pays de Gales: manifestation de H7N2
« Réponse #20 le: 29 mai 2007 à 18:24:00 »
Extension des contrôles de grippe aviaire aux hôpitaux

Des patients hospitalisés et le personnel sont offerts le traitement antiviral par des fonctionnaires de santé combattant une manifestation de grippe d'oiseau au Pays de Gales du nord.
 
Presque 80 chez Ysbyty Glan Clwyd chez Bodelwyddan sont offerts le tamiflu en raison du contact avec un ouvrier de santé qui est traité pour le virus H7.
Au sujet d'encore 70 patients et personnels chez Ysbyty Gwynedd à Bangor sont entrés en contact pour voir qu'ils sont bien.

Douze personnes avec grippe-comme des symptômes ou conjonctivite ont été identifiées.

Le service de santé publique national pour le Pays de Gales (NPHS) a soumis à une contrainte que personne a été sérieusement défectuosité et le risque à la santé du grand public est bas.

Jusqu'ici le service a trouvé un total de 221 personnes qui ont pu avoir entré en contact avec le virus, qui n'est pas aussi sérieux que la rive de H5NI de la maladie.

***encadré****
GRIPPE AVIAIRE DU NORD le 24 mai
du PAYS DE GALES : Première manifestation chez Llanfihangel Glyn Myfyr, Conwy ; 45 poulets abattus mais cultive le négatif d'essai pour le virus
le 26 mai : Manifestation en second lieu possible à la ferme chez Efailnewydd, près de Pwllheli : aucuns résultats d'essai pourtant 29 mai
: 221 ont pu avoir eu le contact avec la grippe d'oiseau - 36 dans le « arrangement de ménage, » 14 à l'école, 171 dans le service d'assistance
de lieu de travail ouvert de la déclaration provisoire 0700 - 2000 : appel 0845 6003678
***fin de l'encadré*****

Le premier a confirmé le cas de la grippe aviaire a été confirmé le jeudi passé parmi des poulets sur une petite propriété près de Corwen dans Denbighshire.
Les poulets de île de Rhode d'abord affectés ont été achetés à un marché de Chelford dans Macclesfield, Cheshire le 7 mai.

Samedi un deuxième cas possible a émergé à une ferme sur les périphéries de Pwllheli bien que des résultats des essais sur des oiseaux là n'aient pas été menés à bonne fin.

Quelques enfants de l'année cinq chez Ysgol Henllan dans Denbighshire sont offerts le traitement antiviral après qu'une pupille ait été liée à la première petite propriété.

Le NPHS a indiqué que 79 patients et personnel de la salle six à l'hôpital de Glan Clwyd maintenant étaient offerts le tamiflu comme précaution.

Des 69 patients et personnels à partir de l'unité d'A&E, salles plus encore de Tryfan et de Gogarth chez Ysbyty Gwynedd à Bangor ont été entrés en contact parce qu'un patient, qui a été maintenant déchargé, a également eu le traitement pour le virus.

Marion Lyon, consultant en matière de commande de la maladie contagieuse de NPHS, a dit : « Nous avons évalué le risque à d'autres et pouvons confirmer que le membre du personnel soignant travaillait chez Ysbyty Glan Clwyd pendant le moment où elle a pu avoir été infectieuse, entre les 21 et 23 mai.
« Le patient chez Ysbyty Gwynedd a pu également avoir été infectieux tandis que chez Ysbyty Gwynedd.

« Cependant, car le patient a été déchargé le 18 mai, et la période d'incubation est de huit jours, n'importe qui aurait eu des symptômes pour le 26 mai. » 

Le NPHS a soumis à une contrainte qu'une expérience de ce virus particulier de grippe d'oiseau chez l'homme était limitée, ainsi elle « contrôlait activement » la réponse.

La diffusion avec préavis serait très peu commune, il dit, mais la diffusion limitée a été vue ailleurs dans le passé.

DR Lyon s'est ajouté : « Nous recherchons les personnes qui ont eu grippe-comme des symptômes ou la conjonctivite. C'est les symptômes il est important identifier que. Il rassure que tellement peu de le grand nombre de contacts ont eu des symptômes.

Les « gens peuvent également être confiants cela, plus le contact avec les oiseaux infectés est plus à distance, moins les symptômes que nous probables ont définis seraient vraiment la grippe H7 ».

********************

Bird flu checks reach hospitals.

Hospital patients and staff are being offered anti-viral treatment by health officials fighting a bird flu outbreak in north Wales.

Nearly 80 at Ysbyty Glan Clwyd at Bodelwyddan are being offered tamiflu because of contact with a health worker who is being treated for the H7 virus.

About another 70 patients and staff at Ysbyty Gwynedd in Bangor are being contacted to see that they are well.

Twelve people with flu-like symptoms or conjunctivitis have been identified.

The National Public Health Service for Wales (NPHS) stressed that no-one has been seriously ill and the risk to the health of the general public is low.

So far the service has found a total of 221 people who may have come into contact with the virus, which is not as serious as the H5NI strand of the disease.



   
NORTH WALES AVIAN FLU
24 May: First outbreak at Llanfihangel Glyn Myfyr, Conwy; 45 chickens slaughtered but farms test negative for virus
26 May: Second possible outbreak at farm at Efailnewydd, near Pwllheli: no test results yet
29 May: 221 may have had contact with bird flu - 36 in "household setting," 14 in school, 171 in workplace
Helpline open from 0700 - 2000 BST: call 0845 6003678


The first confirmed case of the avian flu was confirmed last Thursday among chickens on a smallholding near Corwen in Denbighshire.

The Rhode Island chickens first affected were bought at a Chelford Market in Macclesfield, Cheshire on 7 May.

On Saturday a second possible case emerged at a farm on the outskirts of Pwllheli although results of tests on birds there have not been finalised.

Some year five children at Ysgol Henllan in Denbighshire are being offered anti-viral treatment after one pupil was linked to the first smallholding.

The NPHS said 79 patients and staff from ward six at Glan Clwyd Hospital were now being offered tamiflu as a precaution.

A further 69 patients and staff from the A&E unit, Tryfan and Gogarth wards at Ysbyty Gwynedd in Bangor have been contacted because a patient, who has now been discharged, has also had treatment for the virus.



Marion Lyons, NPHS's communicable disease control consultant, said: "We have assessed the risk to others and can confirm that the healthcare worker was working at Ysbyty Glan Clwyd during the time when she may have been infectious, between 21 and 23 May.

"The patient at Ysbyty Gwynedd may also have been infectious while at Ysbyty Gwynedd.

"However, as the patient was discharged on 18 May, and the incubation period is eight days, anyone would have had symptoms by 26 May."

The NPHS stressed that experience of this particular bird flu virus in humans was limited, so it was "actively managing" the response.

Person-to-person spread would be very unusual, it said, but limited spread has been seen elsewhere in the past.

Dr Lyons added: "We are looking for people who have had flu-like symptoms or conjunctivitis. It is the symptoms which are important to identify. It is reassuring that so few of the large number of contacts have had symptoms.

"People can also be confident that, the more remote the contact with infected birds, the less likely that symptoms that we have defined would really be H7 flu".

Story from BBC NEWS:
http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/1/hi/wales/6701927.stm

Published: 2007/05/29 16:46:58 GMT

© BBC MMVII

Hors ligne ryback

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 1637
    • la grippe aviaire: le nouveau risque mondial ?
2 cas positifs H7N2 pays de gales et 10 suspicions en attente analyse.
« Réponse #21 le: 30 mai 2007 à 12:00:00 »
Presque 80 personnes de l'hôpital Gwynedd au Pays de Gales sont sous traitement Tamiflu par précaution dans le cadre d'un risque éventuel de contamination par le virus H7N2.


Cette mesure de précaution intervient après qu'un ouvrier ait été testé positif à un virus aviaire de type H7.

Lundi dernier, c'étaient des écoliers ainsi que le personnel d'une école primaire de Ysgol Henllan située près de la ferme de Corwen qui ont eu une prescription de tamiflu.

Actuellement, il est fait état de 12 cas de contamination éventuelle car non confirmées par ce virus.

Les premiers tests effectués permettent actuellement de confirmer que seulement 2 cas sont bien issus du virus H7N2. Les 10 autres tests sont en cours d'analyse actuellement.

Ce sous type viral, bien que d'origine aviaire, semble être moins virulent que son cousin H5N1.

Note ryback: Et là bien évidemment, cela n'engage que ma personne: Nous sommes quand même devant une souche aviaire donc ne concernant normalement que des oiseaux et qui vient de franchir la barrière de l'espèce comme l'a fait il y a quelques années H5N1. Maintenant, dire que ce sous type sera aussi virulent, c'est une autre chose....... Mais c'est à suivre .......

http://www.channel4.com/news/articles/society/health/80+given+antibird+flu+drugs/536452

Hors ligne FB

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 363
Oui, ça serait surement aller un peu trop vite en besogne... D'autant qu'il n'est même pas clair que la souche est HP pour les volailles (du moins, je l'ai lu nulle part).

Quant au franchissement de la barrière d'espèce, je me demande quand même si c'est effectivement aussi rare qu'on le dit habituellement ! En effet, depuis 1997 (H5) et 2003 (H7 aux Pays Bas), j'ai quand même l'impression que l'on cherche plus fréquemment les virus aviaires lors de syndromes grippaux d'origine inconnue ! Et comme on ne trouve que ce que l'on cherche... ::)
The most important thing is not to stop questioning (Albert Einstein)

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
Re : Pays de Gales: manifestation de H7N2
« Réponse #23 le: 30 mai 2007 à 13:48:26 »
http://www.cidrap.umn.edu/cidrap/content/influenza/avianflu/news/may2907wales.html

Four people in Wales and northwest England have tested positive for the low-pathogenic H7N2 avian influenza subtype found last week in chickens at a small farm in Wales, and local public health authorities suspect some degree of human-to-human transmission of the disease.

4>0 et le PHealth suspect un certain degré de transmission H to h


England's Health Protection Agency (HPA), in announcing the positive tests 4 days ago, said five other patients whose test results were negative for the virus are undergoing treatment as a precaution because they had similar illnesses. All of the patients who tested positive for the virus had contact with infected birds, the HPA said.

5 autres sont negatifs, ont un TTT en precaution, parce qu'ils avaient une maladie similaire
tous les >O ont été en contact avec les oiseaux infectés


The National Public Health Service (NPHS) for Wales said in a statement today that of 221 people who were identified as contacts so far, 12 are ill with conjunctivitis or a nonserious flulike illness. The NPHS said it could not rule out human-to-human spread of the virus but that it had no laboratory confirmation of such cases.
221 pers sont des contacts, 12 ont conjonctivite et une maladie grippale non severe
le NPHS : on ne peut pas ecarter une H tot H, mais il n' y  a pas de confirmation labo


"Of the people with conjunctivitis or a flulike illness, some did not have close contact with infected poultry," said Marion Lyons, lead consultant in communicable disease control for the NPHS, in the press release.

les gens avec conjonctivite et Sdrome grippal , n'ont pas tous eu des contacts avec les poules infectées


On May 24 veterinary officials in Wales confirmed a low-pathogenic H7N2 avian influenza outbreak at a farm near the northern town of Denbighshire. For outbreaks of mild strains of avian flu subtypes such as H7N2, public health officials often order culling of birds and monitor human cases because the viruses could mutate into highly pathogenic forms.


etc.. blblba habituel

Welsh veterinary officials think the infected chickens could have been exposed to the virus on May 7 at the Chelford Market in Cheshire. Tests on birds at another farm in Llyn Peninsula came back negative today, according to a statement from the Welsh government.

Of 221 patients identified as contacts, 171 may have been exposed in a workplace setting, including patients and staff at two hospitals, the NPHS statement said. At one of the hospitals, 79 patients and staff were offered oseltamivir because of contact with a healthcare worker who was treated for the H7 flu virus. Lyons said in the NPHS statement that the sick staff member was working between May 21 and 23, when she may have been infectious.

sur 211 contacts ; 171 ont pu etre exposé a un poste de travail ? , incluant patient et staff de 2 hopitaux
a un hopital, 79 patients et staff de 'hopital ont eu de l'oseltamivir, a cause de contact avec un soignant qui etait traité pour H7 virus
le soignant malade a travaillé entre le 21 et 23 , quand elle a commencé a devenir infectante ( ou infectée )


At the other hospital, 69 patients and staff were notified because a patient who had the H7N2 illness was recently treated at the facility. Lyons said the patient was discharged on May 18, and after an 8-day incubation period, anyone who was ill would have had symptoms by May 26. "So we are contacting all staff and patients to ensure that they remained well and to reassure them," she said in the statement.

a l'autre hopital : 69 patient et staff ont ete notifiés, parce q'un patient qui a H7N2 etait recement traité.
le patient est sorti le 18 mai et apres un periode d'incub de 8 jours, n'importe qui etait malade, peut avoir des symptomes jsqu'ua 26/
nous contactons tout le staff et patients pour s'assurer qu'ils vont bien et pour les rassurer


Lyons said that people who have had contact with individuals who became ill with the H7N2 virus are being offered prophylactic antiviral medication.


les contacts avec un malade, ont commencé un TTT prophylatic


"Investigations also show that, when it spreads from person to person, the illness experienced becomes milder," she said in the press release.

les investigations montrent que quand elle passe de H to H, la maladie devient plus benigne


In a related development, children at a primary school in the town where the Welsh farm is located are being given antiviral medication after one of their classmates became ill with suspected H7N2 infection, the London Evening Standard reported today. The ill child visited the affected farm 10 days ago for less than 15 minutes, the Standard report said.

enfants d'une ecole primaire ont eu un TT apres que un des enfants soit suspect de maladie au H7N2
l'enfant malade a visité la ferme affectés 10 jours avant, moins de 15 mn
.


« Modifié: 30 mai 2007 à 16:05:52 par anne »

Hors ligne Oli

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 231
Re : Re : Pays de Gales: manifestation humaine de H7N2
« Réponse #24 le: 30 mai 2007 à 18:59:14 »
Existe t il des virus influenza non aviaire?

pourquoi tous les vaccins antigrippaux sont ils fabriquées a partir d'oeufs?
« Il faut prévenir les hommes qu’ils sont en danger de mort,
la science devient criminelle. »
Albert Einstein en 1946

Hors ligne ryback

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 1637
    • la grippe aviaire: le nouveau risque mondial ?
Re : Re : Pays de Gales: manifestation humaine de H7N2
« Réponse #25 le: 30 mai 2007 à 20:59:14 »
Bonjour.

Non, les virus influenza ne sont pas tous des virus aviaires: voici un article qui vaut ce qu'il vaut mais permettant de cerner un peu les infos.


Les Influenza de type B n'infectent que l'homme. (RAPPEL)
Les Influenza de type A infectent à la fois l'homme et certaines espèces animales (porcs, oiseaux et chevaux, principalement).

Chez l'homme, le type A cause habituellement des infections plus graves que le type B.



http://www.influenza-h5n1.org/article-755874.html

Concernant les oeufs, nous avons des avancées depuis quelques temps:

Il y a plusieurs étapes à franchir avant qu’un nouveau vaccin antigrippal soit prêt à être utilisé. Les virus destinés à la préparation des vaccins sont cultivés sur l’œuf de poule. Mais, compte tenu de la létalité du H5N1 pour les embryons de poulets, une nouvelle technique, la “génétique inverse”, doit être appliquée pour préparer le H5N1 expérimental pour la production vaccinale.


La génétique inverse consiste à procéder à un réassortiment du matériel génétique sélectionné sur le virus provenant des cas humains avec celui d’un virus de laboratoire. Le virus qui en résulte est reconnu par le système immunitaire humain, provoque une réaction d’immunité mais n’est pas pathogène. On peut également procéder à une modification génétique du virus de façon à ce qu’il ne soit plus létal pour les embryons de poulets. L’avantage supplémentaire de cette technique est de produire un virus expérimental qui pousse de manière prévisible pendant la phase de production.


Les fabricants utilisent ensuite ce virus pour produire des vaccins expérimentaux destinés aux essais cliniques. L’OMS apportera son concours pour la coordination de ces essais, nécessaires pour déterminer la quantité de vaccin et le nombre de doses à administrer pour obtenir la protection désirée dans toutes les tranches d’âge.


http://www.influenza-h5n1.org/article-980323-6.html

En espérant que cela sera utile........



Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
Re : Re : Pays de Gales: manifestation humaine de H7N2
« Réponse #26 le: 30 mai 2007 à 21:14:42 »
je pense que les procédés de fabrication sur oeufs ont été les premiers inventés
car la culture sur cellule demande une certaine techinicité qui n'existait pas dans les années 30  ou 40.
on est en train de developper la culture sur cellule, afin de s'affranchir de l'oeuf, et comme le dit ryback : le virus aviaire tue l'oeuf ,( et la poule )  donc pas de vaccin a moins de faire subir des transformation au virus

donc obligation de trouver de nouveaux procédes .



Hors ligne muscade

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1246
Re : Re : Pays de Gales: manifestation humaine de H7N2
« Réponse #27 le: 30 mai 2007 à 22:13:47 »
Pour une récapitulation des faits en anglais (article en 2 volets)

Beaucoup de choses qu'on sait déjà, d'autres moins.
Les tests pour la seconde ferme sont négatifs.
Historique des infections H7 depuis 5 ans.

http://icwales.icnetwork.co.uk/0100news/health/tm_headline=health-worker-contracts-avian-flu-virus%26method=full%26objectid=19216784%26siteid=50082-name_page.html


Hors ligne FB

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 363
Re : Re : Pays de Gales: manifestation humaine de H7N2
« Réponse #28 le: 31 mai 2007 à 09:21:02 »
Il existe des virus influenza non aviaires : les types B et C !
Par contre, tous les virus de type A (responsables notamment de la grippe saisonnière) sont potentiellement infectants pour les oiseaux, avec des préférences pour certaines familles d'oiseaux selon les souches virales (par exemple, H13 se retrouve quasi exclusivement chez les Laridés).

Pour la culture sur oeufs embryonnés, c'est en effet un choix par simplicité. En effet, l'identification des virus de type influenza nécessitait d'abord l'amplification des virus présents dans le prélèvement car les techniques d'analyses n'étaient pas très sensibles (immunodiffusion en gélos -IDG- ou inhibition de l'hémagglutination -IHA-). Et les virus influenza, très inféodés aux oiseaux, avaient besoin d'un support vivant pour se répliquer. Le support le plus accessible et le moins cher était donc l'oeuf embryonné !!
Maintenant, on peut cultiver sur lignées cellulaires, mais la culture sur oeufs se pratique encore pour deux raisons :
1) son coût est encore plus faible que la culture sur lignées cellulaires, qui elles coûtent cher à entretenir !
2) la culture sur oeufs embryonnés est encore reconnue comme méthode de réference par la communauté internationale et doit donc être pratiquée à titre de confirmation, après une PCR par exemple...
The most important thing is not to stop questioning (Albert Einstein)

Hors ligne muscade

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1246
Re : Re : Pays de Gales: manifestation humaine de H7N2
« Réponse #29 le: 31 mai 2007 à 17:32:56 »
Un couples décrit la grippe aviaire comme un « cauchemar ».

UN COUPLE qui a acheté des oiseaux d'un marché au centre d'un rai de manifestation de grippe aviaire de leur « cauchemar » aujourd'hui après avoir contracté le virus.

Lauren Gedman et associé marquent un positif examiné plus aimable pour une contrainte douce de la maladie.

Le couple, de la rue Helens, Merseyside, est tombé malade peu de temps après acheter trois poulets et 10 canetons de marché de Chelford, dans Macclesfield, Cheshire, plus tôt ce mois.

Ils tous les deux ont été admis à l'hôpital souffrant des maux de tête, de la nausée et de la fièvre. La paire, qui a refusé d'indiquer leurs âges, prennent maintenant l'action judiciaire contre le marché.

Mme. Gedman a dit l'écho de Liverpool : « J'ai pensé que j'allais mourir. Je toujours entièrement ne suis pas récupéré maintenant et c'a été un cauchemar total.

« Nous sommes régulièrement surveillés et ni l'un ni l'autre de nous ne sont de nouveau à la normale. Il a été un terrible peu de semaines.  »

 Gwyn Williams, de marché de Chelford, a refusé de présenter ses observations sur l'action judiciaire.

On pense jusqu'ici un total de 12 personnes pour avoir contracté le virus de grippe aviaire puisqu'on l'a découvert à une ferme dans Corwen, Denbighshire la semaine dernière.

La maladie est la contrainte H7N2 « très douce » plutôt que la variété H5N1 plus virulente.

DR John Reid, Cheshire et directeur d'agence de protection sanitaire de Merseyside, soumis à une contrainte que la diffusion du virus entre les humains était « très rare « .

Il a dit : Le « humain à la diffusion d'humain est une occurrence très rare dans des cas aviaires de grippe. Cependant nous avons décidé comme précaution de faire la disposition stricte pour les médicaments antiviraux et la surveillance afin de protéger ceux exposés à la volaille et protéger étroitement des contacts des cas humains.

« Je devrais soumettre à une contrainte qu'aucun cas n'a été découvert dans le nord-ouest qui n'a pas eu le contact avec la volaille malade. Nous cependant continuerons à surveiller la situation des contacts étroits pour éliminer n'importe quel risque à distance de personne à la diffusion de personne.  »

 On pense le virus pour avoir écarté des poulets infectés qui ont été commercés au marché de Chelford dans Cheshire il y a deux semaines.
Les 15 poulets rouges de île de Rhode ont été achetés au marché par les propriétaires de la ferme mais plus tard tous sont morts. Des 30 oiseaux plus encore ont été maintenant abattus afin d'arrêter la diffusion du virus.

Les fonctionnaires de santé au Pays de Gales ont déclaré que 221 personnes ont pu avoir été en contact avec le virus.

Victimes des symptômes typiques de grippe de présent de virus tels que des maux, des toux, une fièvre et une gorge endolorie ou conjonctivite.

*************
Couple describe avian flu 'nightmare'
May 31 2007

icWales
 
A COUPLE who bought birds from a market at the centre of an avian flu outbreak spoke of their “nightmare” today after contracting the virus.

Lauren Gedman and partner Mark Kinder tested positive for a mild strain of the illness.

The couple, from St Helens, Merseyside, fell ill shortly after buying three chickens and 10 ducklings from Chelford Market, in Macclesfield, Cheshire, earlier this month.

They were both admitted to hospital suffering from headaches, nausea and fever.

The pair, who refused to reveal their ages, are now taking legal action against the market.

Story continues
ADVERTISEMENT

Ms Gedman told the Liverpool Echo: “I thought I was going to die. I’m still not fully recovered now and it’s been a total nightmare.

“We are being regularly monitored and neither of us are back to normal. It’s been a terrible few weeks.”

Gwyn Williams, from Chelford market, refused to comment on the legal action.

A total of 12 people are so far thought to have contracted the avian flu virus since it was discovered at a farm in Corwen, Denbighshire last week.

The disease is the “very mild” H7N2 strain rather than the more virulent H5N1 variety.

Dr John Reid, Cheshire and Merseyside Health Protection Agency Director, stressed that spread of the virus between humans was “very uncommon“.

He said: “Human to human spread is a very uncommon occurrence in avian influenza cases. However we have decided as a precaution to make strict provision for anti-viral medications and monitoring in order to protect those exposed to poultry and to protect close contacts of the human cases.

“I should stress that no cases have been discovered in the North West that did not have contact with the sick poultry. We will however continue to monitor the situation of the close contacts to rule out any remote risk of person to person spread. ”

The virus is thought to have spread from infected chickens which were traded at the Chelford Market in Cheshire two weeks ago.

The 15 Rhode Island Red chickens were bought at the market by the farm’s owners but later all died.

A further 30 birds have now been slaughtered in a bid to stop the spread of the virus.

Health officials in Wales said 221 people may have been in contact with the virus.

Victims of the virus present typical flu symptoms such as aches, coughs, a fever and sore throat or conjunctivitis.
 
http://icwales.icnetwork.co.uk/0100news/0200wales/tm_headline=couple-describe-avian-flu-%2Dnightmare%2D%26method=full%26objectid=19227043%26siteid=50082-name_page.html