Auteur Sujet: L'exploitation d'un couvoir  (Lu 13318 fois)

Hors ligne shl78

  • Administrateur
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1204
    • La grippe aviaire
L'exploitation d'un couvoir
« le: 14 mai 2006 à 11:24:22 »
L'exploitation du couvoir

L'exploitation d'un couvoir exige une excellente gestion. Il faut notamment savoir échelonner les livraisons d'oeufs à incuber et les éclosions en fonction de la demande prévue des consommateurs. On utilise deux types d'incubateurs : le petit incubateur d'une capacité de 50 à 200 oeufs, et un gros incubateur d'une capacité de 2 500 à 100 000 oeufs (fig. 5). Les cinq facteurs qui influencent l'incubation sont la température, l'humidité, la ventilation, la position et le retournement des oeufs.
Incubateurs
Fig. 5 Incubateurs utilisés pour la production de poussins à griller.



Dans les petits incubateurs sans ventilation, la température est généralement maintenue entre 38 et 39°C. La température des grands incubateurs à ventilation est normalement maintenue entre 37 et 38 °C, tandis que celle du couvoir est légèrement moins élevée. La température de l'incubateur est légèrement moins élevée (0,1 °C) pour les oeufs de dinde que pour les oeufs de poule. Étant donné que la température optimale varie légèrement selon le modèle d'incubateur et de couvoir, il convient de suivre les recommandations du fabricant.

Il importe de contrôler l'humidité dans un incubateur pour deux raisons : premièrement, si l'oeuf perd trop d'humidité, l'embryon meurt parce qu'il colle à la coquille. Deuxièmement, une évaporation insuffisante de l'oeuf entraîne la mort de l'embryon par manque d'oxygène dans la chambre à air. L'humidité relative est normalement maintenue entre 68 et 70 %.

Les besoins de ventilation dépendent de facteurs comme la température et l'humidité ambiantes, le nombre d'oeufs mis en place, la période d'incubation et la circulation d'air dans l'incubateur.

Les oeufs sont disposés horizontalement dans les petits incubateurs et verticalement, le plus gros bout en haut, dans les grands incubateurs (fig. 6). Dans les petits incubateurs, les oeufs doivent être retournés au moins deux fois par jour. Dans les grands incubateurs, ils sont mis en place à un angle de 45 °C et retournés automatiquement toutes les heures pour que le contenu de l'oeuf ne puisse coller à la coquille. Pendant les 3 à 4 derniers jours avant l'éclosion, les oeufs sont placés horizontalement dans des plateaux (fig. 7, 8 et 9).
Dame avec un plateau d'oeufs
Fig. 6 Mise en incubation d'oeufs de dinde dans un incubateur commercial.    Plateau de dindonneaux

Fig. 7 Plateau d'accouvrage de dindonneaux à griller.
Dame avec un plateau de poussins

Fig. 8 Un plateau de poussins à griller est enlevé du couvoir.    Dame comptant des dindonneaux

Fig. 9 Comptage des dindonneaux placés dans les caisses d'expédition.


L'éclosabilité varie selon la fertilité et d'autres facteurs, mais devrait être au moins de 80 à 85 % pour les poulets et de 75 à 80 % pour les dindons (fig. 10).
Injection d'un dindonneaux à l'aide d'une seringue
Fig. 10 Injection des dindonneaux au couvoir avant leur expédition à l'élevage.

    Employé lavant l'équipement à l'aide d'un arrosoir
Fig. 11 Lavage et désinfection de l'équipement du couvoir.


Des précautions spéciales doivent être prises pour empêcher l'apparition d'agents infectieux dans les incubateurs et les couveuses. On doit laver et désinfecter à fond l'équipement (fig. 11). Par ailleurs, on a fréquemment recours à la fumigation pour lutter contre les pathogènes nuisibles.

http://www.agr.gc.ca/cal/epub/1860f/1860-0006_f.html

Hors ligne qwerty56120

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 131
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #1 le: 15 mai 2006 à 10:44:31 »
très bien fait
petite précision sur les injections sur les poussins ou dindonneaux le jour de l'éclosion:
- il s'agit soit de vaccinations à 1j qui se font soit en injection sous cutanée à la base du cou soit par nébulisation: le casier transportant les animaux passent sous un nébulisateur qui brumise le vaccin qui sera soit inhalé par les animuax soit bu lors du lissage des plumes.
- il peut s'agir d'injection d'antibiotique  notamment suite à une vaccination en Sous cutanée pour empêcher une contamination bactérienne suite à l'injection, soit en curtaif suite à un problème détecté ce qui est très rare, aujourd'hui le traitement se faisant plutôt une fois arrivé dans leur poulailler avec un traitement par voie orale beaucoup moins traumatisant.
Vétérinaire spécialisé en aviculture en bretagne

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #2 le: 15 mai 2006 à 11:19:05 »
qwerty, bonjour
on les vaccine contre quoi ? ca attrape quoi une poule  ???:
ca meurt de quoi.?
la "pepie" c'est quoi ? c'est quel virus ? :-[

Hors ligne qwerty56120

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 131
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #3 le: 15 mai 2006 à 11:39:40 »
poru l'espèce Gallus:
contre beaucoup de choses bien que tout ne soit pas fait en couvoir.
on peut citer:
la maladie de marek, herpèsvirose
l'anémie infectieuse lié à un circovirus
la bronchite infectieuse, coronavirose
la maladie de gumboro, atteinte immunitaire avec déplétion lymphocytaire
le syndrome infection grosse tête (SIGT) lié à un pneumovirus
la maladie de newcastle lié à un paramyxovirus de type 1

on peut citer aussi :
vaccination anticoccidienne contre la coccidiose du poulet

et dans quelques cas particuliers des vaccination antobacterienne avec réalisation d'autovaccin inectables sur excipients huileux.

en dinde on peut citer:
l'entérite hémoragique lié à des adenovirus
la Rhinotracheite infectieuse lié un un pneumovirus proche du virus de la SIGT en poulet
la maladie de newcastle lié à un paramyxovirus de type 1
et aussi quelques autovaccins dans des cas particuliers sur souche bactérienne.

liste non exhaustive mais qui cite les pathologies pour lesquels on peut metrre en place une prophylaxie vaccinale le plus couramment.

la pépie je ne voie pas ce que tu veux dire?

une poule meurt de quoi?
parfois vieillesse
problème métaboliques :diabète, hypoglycémie, déshydratation, ...
insuffisance rénale, cardiaque,...
affections virales: newcastle, Bronchite infectieuse, gumboro, marek,...
affections bactériennes: colibacilloses (germe de surinfetcion le plus souvent),...
affections parasitaires: vers intestinaux, protozoaires, coccidies,...
affections fongiques: aspergillus fumigatus atteignant la sphère respiratoire, et parfois des méningites,...
abattoir! ;)

très souvent les maladies virales favorisent des surinfections bactériennes favorisant ou accélérant la mort car un certains nombres d evirus sont immunodépresseurs (car s'attaquant au système immunitaire: gumboro, anémie infectieuse), ou engendrant une telle dépression de l'état général de l'animal les germes bactériens en profitet poursurinfecter les animaux (très souvent le cas des colibacilles avec trois sérotypes reconnnus pathogènes en volaille, les O78K80, O2K1 et O1K1)...

voilà un peu pourne parler que de l'espèce gallus
Vétérinaire spécialisé en aviculture en bretagne

Hors ligne alain

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 2647
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #4 le: 15 mai 2006 à 12:08:45 »
je ne suis pas sur mais si je me rapelle il y a lontemps ma grand mere parlait de pepie c'etait un probleme sur la langue je crois qui les empechait de boire mais anne doit avoir de meilleurs souvenirs ;)  ???:

Hors ligne shl78

  • Administrateur
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1204
    • La grippe aviaire
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #5 le: 15 mai 2006 à 12:38:28 »
En tout cas Qwerty merci pour toutes ces infos intéressantes  ;)

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #6 le: 15 mai 2006 à 12:42:38 »
merci qwerty : bon alors les poules et les dindes :  c'est comme les gens... !  a part qu'elles ont leur virus a elles..on va retenir tout ca ( essayer)
quand je demandais ; ca meurt de quoi ? je pensais  : maladies infectieuse
c'est idem chez les gens : les virus affaiblissent l'organisme , ce qui fait qu'apres, on fait des infection bacteriennes que l'on appelle secondaires ( secondaires à une infection virale qui a mis les personnes en ANERGIE..)

tu parles d'autovaccins ? on prend une souche bacterienne locale qui a crée une infection des poules et on fabrique un vaccin avec ?


la pepie : c'est une maladie indeterminée, que les poules attrapaient...y avait un truc avec la langue effectivement : on devait les faire boire avec un petit bidulle ( j'etais petite, me souviens pu.. ;-) )
passé un cap, elles survivaient, sinon elles mourraient de soif ...
d'ou l'expression : mais t"as attrapé la pepie ! quand on a soif...
si ca se trouve, c'etait une ANGINE de poule !!!  ;D  ;D  ;D

Hors ligne shl78

  • Administrateur
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1204
    • La grippe aviaire
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #7 le: 15 mai 2006 à 12:51:23 »
Citation de: "anne"

d'ou l'expression : mais t"as attrapé la pepie ! quand on a soif...


 :mrgreen:  :mrgreen:  C'est une expression de Perpignan ? je ne connaissais pas non plus  :D

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #8 le: 15 mai 2006 à 13:14:40 »
ben non....c'est une maladie des poules du NORD...!!!!!!  :mrgreen:  :mrgreen:  :mrgreen:

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6468
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #9 le: 15 mai 2006 à 20:20:37 »
On parlait aussi de la pépie dans les ardennes :on faisait boire les poussins surtout ou parfois des poules dans un petit verre et parfois on leur donnait aussi 1 goutte d'alcool  :-[ ( je ne me moque pas ) :-[  pour les remettre en forme . Cela donnait parfois des résultats un peu spéciaux .....
Donc avoirla pépie c'est avoir trés soif et en général ne pas avoir à boire

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #10 le: 15 mai 2006 à 20:27:50 »
merci les ardennes ! ouf, sauvée...c'etait une source de souci cette maladie..
me souviens pas de l'alcool..;-)
une poule alcoolisée, ca donne quoi? celles de ma grand mere etaient trop raplapla pour faire quoique ce soit d'etrange..
on attend les enrichissements de notre qwerty : une maladie qui bloque la gorge des poules .... ;-)

Hors ligne qwerty56120

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 131
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #11 le: 16 mai 2006 à 07:53:25 »
eh bien là vous me colé, ce doit être une maladie de poulet de basse cours :D

j'en parlerait à mes cllientsà l'occasion pour voir s'ils conniassent.

pour les autovaccins oui on isole un germe bactérien pathogène de l'élevage et après traitements dnas des laboratoires spécialisés on en rélaise une suspension huileuse pour vaccination par injection: on peut en faire sur des pasteurelles commme Pasteurella multocida, sur des salmonelles ou autres. en générale ce sont des vaccins que l'on fait surtout sur les repros car ces vaccins reviennent très cher et sont difficilement justifiabe susr une production chair.

les méthodes de vaccinations:
- injections sous cutané (canards et reporducteurs)
- eau de boisson
- nébulisation pour stimulation de la glanbde de harder située sous la paupière.

les vaccinations en volailles tentent surtout de stimuler la réponse immunitaire cellulaire, les RI humorale étant peut protectrice en général contre les virus aviaires le splus communs. les AC n'étant tracé que pour valider la bonne réalisation de la vaccination ou pour diagnostiquer une pression virale ou bactérienne éventuelle par test ELISA le plus osuvent.
Vétérinaire spécialisé en aviculture en bretagne

Hors ligne gérarddesaintmars

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 1408
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #12 le: 16 mai 2006 à 09:38:11 »
Au risque d'être un peu long je ne résiste pas au plaisir de rebondir sur la pépie !

Chez moi dans le Nord il était dit que le fait de mettre du vinaigre dans l'eau des poules écartait le risque de pépie. La pépie étant selon mes souvenirs une espèce de peau qui "poussait" sur la langue de la poule, elle ne pouvait ni manger ni boire et en mourrait.


Plus scientifiquement :
 La pépie est devenue heureusement assez rare.
L'animal respire par le bec et est assoiffé. Il ne peut pas boire à cause de la présence sur sa langue d'une fausse membrane, parfois une forme en grain de blé au milieu de la langue.
Par analogie, on dit d'une personne qui a grand soif qu'elle a la pépie.
Cette fausse membrane est difficile à enlever mais cela ne résout  pas le problème, il s'agit de la conséquence d'une maladie que l'on peut apparenter à une septicémie.
Ceci arrive lorsque l'animal n'a pas à sa disposition d'abreuvoir d'eau propre, il boit alors dans des mares d'eau croupie ou l'eau qui se dégage de fumiers et qui sont des réservoirs à bactéries.
Selon le type de bactérie, l'animal peut mourir subitement ou traîner le mal plusieurs jours, il meurt alors de déshydratation.
Pour éviter le risque de la pépie, une prophylaxie sanitaire drastique est indispensable, on peut sauver l'animal atteint avec un traitement anti-septicémique après l'avoir débarrassé de sa membrane, une hydratation artificielle sous cutanée ou par les voies naturelles est indispensable.  (source :  http://www.sosgali.org/pepie.htm  )

J'ai trouvé cet autre usage de pépie ici : http://www.rassat.com/croyances/faune_8.html
à Guernesey, l'os de seiche est appelé Pépie, parce qu'on lui attribue le pouvoir de guérir la maladie des poules désignée sous ce nom

Enfin,  sachez que :

-   A Nantes 44 il y a un bar (de bon renom) qui s'appelle "La Pépie"

Hors ligne niceam

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1654
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #13 le: 16 mai 2006 à 09:43:51 »
Merci Gérard de ta culturelle et récréative contribution  :D  :D  :D

Hors ligne niceam

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1654
L'exploitation d'un couvoir
« Réponse #14 le: 16 mai 2006 à 10:35:48 »
Entre nous, le texte de Brassens cité par gérard pourrait s'appliquer à la grippe aviaire et aux oiseaux migrateurs:!: