Auteur Sujet: la CAPE de frederique VARGAS  (Lu 21802 fois)

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #60 le: 28 juin 2006 à 16:05:40 »
wahou ! tu sais faire tout ca..?
turbulences : ici quand il y a du vent a 100, 120 km, je veux pas dire...mais...j'ai deja pensé que la distance de 2 m devenait largement caduque...
et notre attirail, va s'arracher....
par contre en ville, a condition que les voisins fassent attention a ta crinoline. et ne la perce pas ..c'est jouable..
tu comptes le mettre ou ton ventilo ?  
 ;)  ;D  ;D  ;D

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #61 le: 28 juin 2006 à 16:20:26 »
http://www.santepub-mtl.qc.ca/Publication/pdfppm/ppmjan04.pdf
et voila ce qu'on trouve en cherchant bien...
ce n'est pas rassurant
Niceam avait un jour posé le pbe des ventilations en immeubles, ou des climatiseurs...il faudrait refflechir a ca aussi, pour ne pas disperser le virus dans un immeuble.

Hors ligne Fred Vargas

  • Membre actif
  • *
  • Messages: 3
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #62 le: 28 juin 2006 à 17:02:52 »
Quelques réponses aux questions multiples qui sont posées sur ce forum concernant la "cape anti-grippe" ou autres solutions : - non, ne portez pas de masques à groin et plaquettes ! Ces masques ne sont pas conçus pour bloquer les aérosols liquides non plus que les "droplets nuclei" contaminants. Seuls les masques FFP2 et FFP3 marchent, l'un à environ 92% de protection, l'autre à 98% (seuils de protection à confirmer), mais ils sont seulement utilisables 4 heures. Or, comme déjà dit, non seulement nous n'aurons pas des centaines de millions de ces masques, ni en France et encore moins ailleurs, et ils ne protègent pas contre l'auto-contamination par contact, mais seulement contre la contamination par voie aérienne.
- Non, n'essayez surtout pas des aérations type "cheminée" sur le heaume d'une cape ! Cela vous amènerait à respirer l'air ambiant contaminé.
- Oui, le virus s'enlève très facilement sur les mains : les laver deux fois pendant 30 secondes.
- Le virus pourrait vivre trois à quatre heures en extérieur. Cette donnée est à tester scientifiquement.
- Non, n'essayez pas d'introduire des ventilateurs dans un équipement : tous les ventilateurs ou appareils de chauffage soufflant, ou climatisation, sont à proscrire absolument dans les habitats en cas de contamination aérienne !
- La cape que j'ai mise au point (sous laquelle il fait chaud, bien entendu, soit 29 degrés dessous s'il fait 21 degrés dehors) permet de respirer sans faire de buée et sans sensation d'étouffement. Tout dépend de la largeur de l'espace ménagé devant le visage. J'y suis restée bien plus d'une heure sans problème. D'autant, comme je l'ai signalé dans mon précédent message, qu'on peut l'ouvrir dès qu'on se trouve en zone dégagée, et renouveler l'air. Ceinture fermée, on tient aisément sur la réserve 5 minutes, temps suffisant pour soigner quelqu'un chez soi, ou pour tenir le coup dans un ascenceur bondé. Après 5 minutes, la buée commence à se déposer. Mais on peut donc soigner les personnes en plusieurs fois. Il n'est pas dit non plus qu'il faille serrer cette ceinture (additionnelle) en cas de soins. Tout va dépendre des résultats des tests.
- Précisément, j'ai discuté ce matin des tests suivants qui vont être très prochainement lancés sur mon prototype de cape qui est à présent au ministère de la santé : 1) étanchéité du polyane 2) durée de vie du virus déposé sur le plastique 3) observation et quantification d'une éventuelle remontée des droplets nuclei par le bas de la cape 4) respirabilité sous la cape (proportion gaz carbonique). Les mêmes tests seront également menés sur cet équipement en mode "ceinture serrée". Je dois rencontrer le chargé de la validation scientifique au ministère la semaine prochaine pour bien finaliser le protocole d'expérimentation. Je vous donnerai les résultats de ces tests (en septembre, j'espère). Il faut savoir que la dynamique de l'aérosol et des droplets nuclei est très mal connue, que la bibliographie est très pauvre sur le sujet. Ces tests seront donc essentiels pour valider le dispositif. Mais d'ores et déjà, l'épidémiologie des maladies aéroportées nous démontre que les nuages de particules ne demeurent pas en suspension dans l'air, ce qui occasionnerait des contagions solitaires, ce qui n'est pas le cas. D'où l'espoir que la cape fonctionne bien. A suivre… Merci de me faire connaître vos réactions. Bien à vous, Fred Vargas.

Fred Vargas

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #63 le: 28 juin 2006 à 18:06:14 »
merci fred pour toutes ces explications, a propos de masques a groins et de la cape
( gurkan plaisantait un peu avec sa cheminée )
il est vrai que nous avions fait le compte un jour sur ce forum, du nombre de masques ,et qu' a raison de 2 par jour, cela nous faisait " tenir" 10 jours..en ne comptant que les personnels de santé

Hors ligne Newton

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 88
Bienvenue Fred !
« Réponse #64 le: 28 juin 2006 à 19:19:39 »
Bonjour Fred :D  :!: et BIENVENUE sur ce forum  :D :D  :D  :!:

Tout d’abord, n’hésites pas ( il est d’usage de se tutoyer ici, vous ne m’en voudrez pas..) , à nous demander de l’aide en particulier sur les sujets difficiles. C'est à mon sens très important.
L'objectif est de brainstormer ensemble, puis enrichir le débat et accélérer la découverte de solutions. Ce qui est ( en simplifiant ) le propre de tout processus d’innovation (milieu dans lequel je travaille) réussi en entreprise .

Ensuite merci pour ces précisions capitales ( et vitales), que je résume ici  :) :

-   pas de ventilation dans la cape, cela aurait un effet contaminant
-   surtout pas de capes issues d’un bricolage amateur..
-   les masques ne protègent pas de la contamination par « contact »
-   laver 2 x les mains pendant 30 secondes suffit à enlever le virus des mains ( mais pas des cheveux.. à fortiori si on se recoiffe qq instants après....? :?  quel est le risque ? ). ceci dit je n’ai jamais constaté de contamination de grippe en me lavant, même très brièvement les mains, et en ayant au préalable bien fait attention de ne pas les porter au visage, mais cela n'a pas valeur scientifique.. )
-   5 minutes est le temps maxi avant d’avoir de la buée.



Voici mes remarques et questions  :

-   les tests de buée doivent être fait dans des conditions de températures réelles variables, c’est à dire de environ  – 10 à + 35 °c, non ?
-   
Citer
« qu'on peut l'ouvrir dès qu'on se trouve en zone dégagée, et renouveler l'air »
: ca impose donc des limitations très/trop importantes à l’utilisation de la cape.. !..

Surtout si l’on se réfère au précieu doc transmis par anne (et merci aux médecins de Montréal!) : http://www.santepub-mtl.qc.ca/Publication/pdfppm/ppmjan04.pdf

En particulier le passage capital suivant :

Citer
L’influenza se transmet par aérosol et contacts. L’inhalation d’aussi peu que 3 particules virales peut transmettre l’infection et la majorité des personnes infectées développeront les symptômes et seront susceptibles de retransmettre l’infection.....

On rapporte que dans un avion de 54 passagers, dont l’un faisait un influenza, 72% ont développé dans les trois jours suivants un syndrome clinique d’influenza après avoir passé trois heures dans l’avion immobilisé au sol. Et non, le système d’aération ne fut pas la cause de cette si grande propagation : il ne fonctionnait pas ! Les expectorations d’une personne infectée par un adénovirus contiennent d’un à dix millions de particules infectieuses par millilitre. Presque tous les adultes n’ayant
pas d’anticorps correspondants sont infectés par aussi peu que 5 particules virales en aérosol
.....

La grande contagiosité de plusieurs des infections respiratoires ne laisse pas beaucoup de chance aux patients confinés en salle d’attente en présence d’une personne infectée qui tousse et projette des virus dans l’air continuellement brassé par les va-et-vient des patients et le système d’aération.



Ce n’est pas vraiment rassurant...

Donc une garantie optimale ( mais elle est soit optimale, soit inutile, non ? ) implique obligatoirement :  

:arrow:  zéro particule pénétrante dans la cape

:arrow:  un système manuel d’enlèvement de la buée / aération, car 5 minutes ( en salle d’attente ou autre ( faire ses courses, etc ), ne me semble pas être réaliste comme temps maximum d’utilisation avant «  aération » extérieur : voilà donc le problème principal  à traiter à mon sens avant tout cahier des charges définitif..


Pour cela, je propose qq idées :idea: au vol   :

 :arrow:  à l’image des systèmes de gonflage automatique/manuel par « pipette de soufflage intégrée » existant par ex sur les bouées.. , intégrer un procédé qui permettrait d’enlever la buée, de façon hermétique et autonome ..

:arrow:  ou encore, prendre des tissus type kway ou autres ( ou s'en inspirer ) « antitranspirants » et/ou « imperméables dans un sens pas dans l’autre » pour évacuer la transpiration/buée, tout en protégeant de la pluie, des particules..

- autres..

Bon, évidemment ce sont des axes de recherches, pas des solutions définitives.. ( il faut valider par ex l’imperméabilité des tissus, la compatibilité transparence/efficacité, la solidité, le coût…)

Enfin je voudrais réagir sur :

Citer
« l'épidémiologie des maladies aéroportées nous démontre que les nuages de particules ne demeurent pas en suspension dans l'air, ce qui occasionnerait des contagions solitaires, ce qui n'est pas le cas »


je pense qu’il faut se méfier de toute conclusion hâtive à ce niveau.. car cela dépend avant tout des conditions aléatoires du milieu dans lequel on évolue :
avec / sans courant d’air.., voire tout simplement avec / sans un simple mouvement d’air ( quelqu’un qui passe ( à fortiori en courant) près d’une personne qui a éternué depuis peu, et c'est un ex parmi plein d'autres scénarios possibles..)

donc, le risque existe, vu les conditions aléatoires du milieu,  et on ne peut l’écarter.

d’autant plus que tu précises fort justement :

Citer
«  la dynamique de l'aérosol et des droplets nuclei est très mal connue »
..

et pour évaluer le risque je me réfère toujours à :

L’inhalation d’aussi peu que 3 particules virales peut transmettre l’infection et la majorité des personnes infectées développeront les symptômes et seront susceptibles de retransmettre l’infection :shock:  

à moins que cela soit exagéré ?
( + j'ai d'autres questions et suggestions en suspens, notamment visant le challenge d'une protection à bas coût.. :? , dans un deuxième temps)

Hors ligne niceam

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1654
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #65 le: 28 juin 2006 à 19:27:48 »
merci Fred pour toutes ces explications ! moi j'imaginais un voile léger style rideau tergal transparent (maille très serrée), bien imperméablisé à porter sur un chapeau à rebord (style chapeau de paille) pour laisser un espace au visage- mais je ne sais pas si cela pourrait être valable ?
De toutes façons, comme tu le fais remarquer, c'est à porter uniquement dans des espaces clos style ascenseur (quoiqu'il vaille mieux prendre les escaliers, plus aérés), ou dans les magasins, ou la chambre d'un malade... On va peut être revenir à la tenue du moyen âge avec un genre de masque à bec garni d'herbes c'était pas si idiot finalement ! quoique contre un virus aviaire, ça peut lui donner des idées (il peut croire que c'est un corbeau !!!!!!!!) ;D

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #66 le: 28 juin 2006 à 19:52:22 »
" ceci dit je n’ai jamais constaté de contamination de grippe en me lavant, même très brièvement les mains, et en ayant au préalable bien fait attention de ne pas les porter au visage, mais cela n'a pas valeur scientifique.. ) " newton, ce n'est pas une preuve ni meme un debut de  quoique ce soit  ;-)
il n'y a pas tres longtemps que l'on sait que la grippe peut etre manuportée, et que l'on peut diminuer les infections respiratoires simplement avec de l'eau et du savon ( CDC, etude sur les enfant de kaboul, mais j'ai perdu l'article )


on ne connait pas grand chose sur les aerosol
des areosols contenant des legionnella pneumophila ont pu aller a 3,7 km de la tour aerorefrigerente contaminée qui les abritaient  selon l'influence des vents , de l'humidité de l'air etc..je vais retrouver leur taille ( etude anglaise ancienne : lancet )pour comparer

la "dose contaminante " citée par la revue est a prendre tout de meme avec circonspection : on ne sait grand chose des doses contaminantes.
je pense qu'il s'agit d'un ordre d'idée ( mais ca ne fait pas bcq tout de meme ).Peut etre que h5n1 aurait un peu plus de difficultés a se lier aux recepteurs idoines  ( j'espere), vu que son site d'accrochage est assez etroit
je voulais juste que vous vous rendiez compte que la grippe est quelque chose a prendre au serieux car elle allie plusieurs mode de contamination ( manuportée par contact direct ou indirect , aeroportée..ce dont nous avons dej a parlé ca et la ) et si vous regardez bien la liste des agents contagieux, elle se situe largement devant les autres.

nous n'avons pas grand chose pour lutter contre la conta aéroportée au niveau de la population generale

ce virus faisant 80 a 100 A, il faut un maillage tres serré..

me semble que si cela permet au moins de rentrer dans la chambre d'un patient ce serait pas mal ; mais 5mn ne parraisent pas une autonomie tres grande

me semble qu'il ne faut pas avoir de pbe respiratoire particulier pour mettre la cape

et moi je ne dirais  pas " aidons fred vargas" ce qui parait un peu pretentieux...trouver un autre titre SVP

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6468
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #67 le: 28 juin 2006 à 20:10:44 »
5 min , cela me parait un temps trés court lorsqu'on pense qu'une aide soignante , pour faire la toilette d'un malade dispose de 20 à 30 min pour un malade peu handicapé( maladie ou age ....) et ce temps peut aller jusqu'à une heure lorsque la personne doit être levée .

Donc je pense qu'il faudra disposer de plus de temps autrement on aura juste le temps d'entrer dans la chambre et de déposer des affaires

Hors ligne Newton

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 88
titre du Sujet..
« Réponse #68 le: 28 juin 2006 à 21:21:14 »
anne,
lequel de ces titres préfères tu ;D

" La Cape Magique "

Hors ligne Gurkan

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 365
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #69 le: 28 juin 2006 à 21:33:26 »
Merci Fred. Pour info, certaines durées de vie du virus en dehors du corps, en fonction des températures (eau) et des supports sont disponibles sur le forum depuis quelques semaines. Pour la perméabilité du polyane et des plastiques en général aux agents chimiques, infectieux et toxiques, je ne doute pas que toutes ces données soient archiconnues des militaires depuis belle lurette.


Les "groins"  sont efficaces : cela depends de la  (des) cartouche filtre.......

  >:(


Bertrand, ne t'inquiéte pas pour les effluents : depuis vigipirate, on sait traiter les alimentations trés efficacement. Les rejets ne demanderont pas une grosse adaptation SI ON ANTICIPE UN PEU.

Je dois dire que j'ai du mal à partager votre vision de la vie pendant une vague de pandémie. La vie normale, c'est fini. Des gens vont mourrir en masse, en quelques heures. Il y aura des cadavres partout tres vite. Plus rien dans les magasins, qui de toute façon seront pillés. Plus d'ascenseur. Pas de médicaments. En moins d'une semaine, des bandes armées chercheront a se nourrir sur le dos des plus faibles.Vous imaginez la réaction de ceux qui ont déja abandonné leur chat en février? L'Etat acculé par son manque de préparation fera régner l'ordre comme il pourra par la violence immédiate.
Fantasmes morbides? Foutaises? Relisez attentivement les conseils des spécialistes, et les rappels des historiens de toutes les grandes épidémies.

Hors ligne niceam

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1654
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #70 le: 28 juin 2006 à 21:58:48 »
on va lire le livre de Fred Vargas (pardon Frédérique Audouin Rouzeau) sur les épidémies -  mais Gurkan, tu n'as pas tort - on s'imagine que parce qu'on est au XXI è siècle, dans un monde où la mort est repoussée grâce aux divers progrès, ou elle est cachée, presque honteuse, les scènes d'épouvante des temps de la peste et du choléra ne peuvent plus nous atteindre, mais si la GA est aussi terrible que certains spécialistes nous le disent (pire que la grippe espagnole...), il pourrait y avoir le scénario que tu décris -
le seul espoir serait que le virus s'atténue rapidement
ne nous faisons pas d'illusions, il ne sera pas possible de rester très longtemps cloitrés, sauf si l'on est isolé, à la campagne, avec des vivres
ps : et les chiens personne n'en a parlé, mais cela deviendra un problème - les chats, on peu à la rigueur les enfermer - mais les chiens, faut bien les sortir pour leurs besoins et qd on voit le nombre de toutous dans les villes...

Hors ligne Deufy

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 116
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #71 le: 28 juin 2006 à 22:32:29 »
Pour rassurer niceam, je crois que pour protéger les chiens et les chats le mieux serait de leur construire une niche écologique... ou, en suivant l'idée de Fred, on pourrait les enrôler dans un film de capes et de pets...
Vilain canard

Hors ligne Fred Vargas

  • Membre actif
  • *
  • Messages: 3
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #72 le: 29 juin 2006 à 00:22:10 »
Je crains de ne pas avoir été assez claire, je vais essayer de mieux m'expliquer !
- L'auto-contamination par contact (transport par la main des particules qui se sont impactées sur les surfaces) est à présent connue, et importante : c'est pourquoi masques et lunettes ne peuvent suffire à bloquer la contagion. Car si l'on passe machinalement la main dans ses cheveux, sur son visage, sur ses vêtements, puis qu'on porte la main aux muqueuses du visage, le risque de contamination est réel. D'où l'avantage d'une cape qui pare aux deux modes de contamination, aérienne et mécanique.
- je n'ai pas été claire sur les temps de respiration : cette cape est faite pour être portée SANS SERRER la ceinture, le temps d'aller faire ses courses, chercher des médicaments, etc., permettant ce que j'appelle une autonomie minimale des personnes. En la portant ainsi, fermeture ventrale remontée, on peut y respirer une heure et demie continuement sans former de buée. MAIS quand je dis "une heure et demie", c'est PLUS : après une heure et demie, je respirais toujours très bien, de la même façon qu'aux débuts (ce qui n'était pas le cas dans mon prototype précédent, autrement conçu, et plus étouffant). Je n'ai ôté l'équipement après 90 minutes que parce que… je m'ennuyais ferme, non pas pour cause de difficulté respiratoire.
DONC il n'est pas OBLIGATOIRE d'ouvrir la fermeture de la cape en zone dégagée. Ce geste n'est qu'une "option" : si l'on se trouve à marcher isolé(e) sur un trottoir, on PEUT ouvrir la cape pour respirer plus agréablement et renouveler l'air. De même, si l'attente dans un magasin est trop longue, que la personne éprouve le désir… de changer d'air, il est facile de faire quelques pas vers une zone dégagée et d'ouvrir la fermeture. Cette fermeture représente donc simplement une soupape, tant fonctionnelle que psychologique, mais il n'est pas obligatoire de l'utiliser.

Cet usage "normal" est à différencier de celui que j'ai décrit avec "ceinture serrée" : je n'ai ajouté cette ceinture (en l'attente des tests de validation scientifique) que pour former une barrière "100% sécurité" en cas de promiscuité ultra rapprochée, et spécialement face à une personne sûrement contagieuse : ainsi, si on s'inquiète de devoir monter dans un ascenceur (à éviter en temps de pandémie ! montez à pied !), ou si l'on se trouve pris dans in mouvement de foule, ou enfin et surtout si on a un malade à la maison. Personnellement, je suis restée presque un quart d'heure avec la ceinture serrée, n'inspirant que la réserve d'air, sans "souffrir". Mais la buée rendait le heaume impraticable après environ 5 à 7 minutes (selon les conditions). Cependant, cette possibilité "additionnelle" d'être totalement isolé(e) du virus pendant 5 minutes est décisive pour apporter les soins sans peur aux personnes grippées. On a largement le temps, en autant d'allers et retours que nécessaire, de bien s'occuper des malades. De porter aussi à manger à la voisine du dessus, bref, de faire fonctionner la "solidarité de voisinage" prônée par le gouvernement, mais qui ne fonctionnera pas si les gens ne sont pas dûment équipés. C'est donc un élément nécessaire pour parer à toute tentation de désertion face aux malades chez soi, désertion qui est une base du comportement lors des pandémies.
Car nos hôpitaux ne pourront pas matériellement accueillir, pour la France par exemple, 14 millions de malades en 3 mois, pas plus que les 1,5 million qui présenteront des complications secondaires. Mais en abaissant considérablement le nombre de malades avec une cape isolante, on atteint un nombre de malades qu'on pourra dûment soigner en hôpitaux. Avec la cape "ceinture serrée", il sera aisé de soigner les malades sans complication à nos domiciles. Les malades qui ne disposeront pas d'une pièce indépendantes devront être soignés en hôpital.

Buée et transpiration : oui, de toute façon, j'incorpore dans la cape un "scratcher", petite spatule manipulable de l'extérieur et servant autant à dégager de la buée si nécessaire qu'à… soulager les si fréquentes démangeaisons du visage, très obsédantes si on ne peut pas porter la main au visage.

Le tissu du Kway est très tentant, j'y ai pensé, mais là encore, nous allons devoir tester cette matière : savoir si elle aussi étanche que les plastiques de base de type polyane. Savoir aussi si elle existe en transparent, ce qui n'est pas certain. Cette transparence est obligatoire, pour voir où l'on marche, tout simplement, tout en nous permettant d'offrir une apparence presque normale, loin des "corbeaux de la peste" de nos aïeux…

En revanche, ne tentez pas des masque de type "voile léger genre rideau", comme le suggère un message : toutes les matières tissées, quelles qu'elles soient, sont de structure moléculaire beaucoup trop libre, donc sont beaucoup trop poreuses pour un virus aussi petit que celui de la grippe.

Et c'est bien là le problème…

Car oui, pour répondre si je le peux à d'autres interrogations, il est vrai que la grippe est l'une des maladies les plus contagieuses qui soit, et que 3  particules (chiffre indicatif) peuvent suffire à contaminer. Vrai aussi que 72% des personnes ont été contaminées dans un avion par 1 malade, et on est là dans un cas exemplaire d'espace confiné, à éviter évidemment en cas de pandémie. Vont dans le même sens les observations épidémiologiques faites sur des équipes de sous-mariniers, sur des enfants dans des dortoirs, etc. Mais, dans le dortoir, espace moins hermétique qu'un avion ou un sous-marin, les taux de contagion étaient d'autant plus élevés que les enfants étaient proches du lit du malade (il s'agissait de la tuberculose, moins contagieuse que la grippe).
Il est évident que durant les trois mois de la vague pandémique, aucune activité ne se déroulera normalement et la cape ne prétend nullement permettre de garder une "normale de vie". De même que son port ne nous dispense pas de tenir la "distance de précaution" de 3 mètres avec les personnes croisées. Une organisation citoyenne assez stricte (mais cordiale, je l'espère) sera sans doute nécessaire : par exemple ne laisser entrer que peu de monde à la fois dans les magasins et former des files d'attente espacées aux caisses (etc.), afin d'éviter toute saturation de l'air ambiant par le virus. Ce sont là des précautions qui tombent sous le bon sens.

N'oubliez pas que l'avantage primordial de la cape est surtout de retenir les extrants des personnes contagieuses : nous ne DEVONS PAS raisonner en imaginant un contexte où l'air ambiant serait saturé de particules ! Auquel cas on ne peut rien y faire !!! Mais nous envisageons précisément d'empêcher cette saturation, et même d'empêcher l'échappée usuelle des particules comme lors d'une grippe saisonnière. Or les extrants d'une personne contagieuse (aux débuts de la déclaration des symptômes, donc encore valide, donc dehors), seront plus que largement bloqués à l'intérieur de sa cape, où ils se condenseront (d'où la nécessité de la longueur de la cape). On sait par exemple qu'un simple petit masque dit "chirurgical" (c'est-à-dire un rectangle de tissu, non fermement appliqué contre le visage) retient environ 50% des extrants de la  personne grippée. On imagine donc aisément que le taux de rétention d'une cape complète en plastique étanche est beaucoup plus haut. Une fois ceci acquis, on pose que l'air ambiant sera considérablement assaini et que la probabilité pour une personne saine sous cape d'inhaler des particules sera très amoindrie.

Il est vrai aussi qu'un transport d'aéroseol fut constaté d'une tour à une autre (et dans mon souvenir, il s'agissait d'une étude épidémio post-événements sur les trajets du SRAS). La certitude n'est cependant pas acquise sur cette reconstitution. Et, ainsi que nous le prouve aussi l'épidémio ordinaire de la grippe, il n'est pas coutume d'attrapper la maladie d'un appartement à un autre. Nous savons que c'est le contact rapproché avec le malade qui conditionne l'immense majorité des cas, et c'est ce contact que la cape vise à assainir.
Ne nous faisons cependant pas d'illusions : il n'y a jamais de recette 100% miracle, et il y aura des cas (ne serait-ce que par maladresse). Mais, comme déjà dit, l'objectif est d'en baisser drastiquement le nombre. Alors, si on arrive à n'avoir que 1 million de malades et non 14, il sera aisé de les gérer, de les soigner convenablement, d'administrer Tamiflu et antibiotiques à temps, et d'éviter les morts.

Ah, important : une fois chez soi, retirer la cape, l'accrocher quelque part (petit anneau sur le dessus, pensons à tout…), et la laisser s'auto-désinfecter toute seule. Si l'on veut ressortir avant le lendemain, on prend sa deuxième cape. Puis ôter ses chaussures, et se laver les mains comme on a dit, deux fois de suite, en ne négligeant pas entre les doigts, bord des ongles etc., 30 secondes en tout. Le tour est joué… Si on a emporté son portable, le désinfecter avant de le remettre en circulation dans la maison. Idem porte-monnaie, etc. Idem produits venus de l'extérieur : laisser "reposer" les cartonnages 4 heures, sans que les enfants y touchent. Ou vider les emballages de leur contenu et les jeter. Bref, des gestes logiques qui s'imposent tout naturellement.
Si l'on veut ressortir tout de suite et qu'on n'a qu'une seule cape, la plonger dans une dilution d'eau de javel.
S'il vous plaît, si cela advient, évitez de sortir les enfants, cape ou pas cape !!!

Et, oui, cet équipement n'est pas fait pour les personnes ayant des difficultés respiratoires (ni pour les sur-angoissés ou les claustrophobes, et je dis cela sans ironie aucune; cela existe et je le respecte absolument; la fermeture éclair tient même compte de ce problème bien réel) : une ou deux personnes par foyer seront en charge des sorties, les plus aptes à ce rôle.
La volonté de faire un produit très peu cher est essentielle : sinon, tout le monde ne pourra pas être protégé et, comme dans toutes les pandémies, les plus pauvres pâtiront presque seuls.

Une fois encore : je crois sage d'attendre les résultats des tests de validation qui démarrent très bientôt. Car nous ne pouvons pas aller tellement plus loin sans ces résultats chiffrés. Mais nous avons déjà bien avancé. Car c'est précisément dans le but d'obtenir ces tests scientifiques que j'ai monté le prototype.
ET C'EST AUSSI EXACTEMENT DANS CE BUT QUE J'AI INSISTÉ AVEC CETTE CAPE, QUE J'AI FINALEMENT DÉCIDÉ D'EN PARLER DANS LES MÉDIAS (ce qui n'est pas du tout mon genre, ordinairement), AFIN D'ALERTER L'ATTENTION DU GOUVERNEMENT ET D'OBTENIR DE LUI QU'IL LANCE DES TESTS EN LABO, ce que je ne pouvais pas faire moi-même, attendu qu'il faut reproduire l'exacte taille des particules et les équiper d'un marqueur pour étudier leur dynamique physique.
Et, croyez-moi, convaincre le gouvernement quand on est simple petit chercheur et, pire, auteur de polars, n'est pas simple…

Ces étapes ardues (et improbables) sont finalement passées, mais avec l'aide décisive -que je veux absolument signaler par honnêteté-, des députés Le Guen (PS), Cochet (Verts) et de Bayrou, qui m'ont tous trois frayé le chemin vers "là-haut". Impossible sans eux. Je ne suis nullement en train de vous faire un discours politique !! Mais je veux juste dire la vérité, cela me paraît la moindre des choses : car ceux-là n'ont pas ricané devant mon petit projet (alors qu'il y avait de quoi, franchement…). Souvenez-vous qu'il y a 10 mois et même 6, quand on parlait "grippe aviaire", de hauts responsables s'en moquaient ou haussaient les épaules ! C'était, selon eux, une affaire grotesque, dans laquelle ils n'allaient certainement pas se fourrer, et croyez que j'ai entendu quantité de ces réactions (et vous de même). Ou, sinon, je me suis heurtée à de l'indifférence, à des refus d'aide. Mais la chance a voulu que ces 3 là s'intéressent à l'idée d'une cape dès le début, ne l'écartent pas d'un revers de main, et surtout que tous trois se montrent exclusivement soucieux de protéger les gens, et non pas leur réputation ou leur image. Il faut le reconnaître, car c'est plutôt rare. En effet, il n'était pas si simple de m'aider à promouvoir cette idée -et d'affronter l'a priori du ridicule- mais ils ont osé le faire sans problème et, bon, je leur en sais vraiment gré. Puis le Pr Derenne m'a prêté main forte à son tour. Donc à eux quatre, si ça marche, merci ! Et si cela ne marche pas, on aura essayé quelque chose, tout au moins…
`
Et bref, nous saurons très bientôt si l'équipement fonctionne de façon satisfaisante ou non. Seules les indications épidémiologiques nous indiquent jusqu'ici que cette cape peut représenter une très sérieuse protection. C'est aussi l'avis de beaucoup de médecins. Pour le reste, j'attends… nous attendons…

Sinon, craignant qu'un industriel X ou Y n'ait l'idée de s'emparer de la chose pour s'enrichir sur une détresse humaine -ce que je redoute- j'ai fait breveter l'idée et l'équipement. Soyez assurés pour ma part que je n'entends pas faire un seul centime de bénéfice avec ce dispositif ! S'il marche, et s'il doit rapporter des fonds, je souhaite que ces fonds soient convertis en une aide internationale face à H5N1, et que l'Europe soutienne les pays plus démunis, cela va de soi.

Voilà, je crois que vous savez à peu près tout. Ah non ! J'ai aussi prévu un passage sécurisé pour le fil du téléphone portable, l'appareil demeurant à l'extérieur de la cape, les écouteurs dedans.

Enfin, n'oublions pas : nous ne sommes pas sûrs que le virus réussira sa mutation ! Cependant, que chacun ait chez soi une protection simple et peu chère (en principe distribuée gratuitement, si elle est validée), paraît une mesure de bon sens. Pour finir, j'espère que nous y arriverons, mais aussi que nous y arriverons pour les pays pauvres, et non pas "nous tous seuls"…

Dites-moi si, cette fois, j'ai été plus explicite et plus claire !
Bien à vous,
Fred Vargas
Fred Vargas

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #73 le: 29 juin 2006 à 07:27:44 »
merci ,fred, c'est tres clair ;-)

je recolle la un bout d'article du CDC, que tout le monde n'a pas lu, vu son faible taux de lecture : 77 personnes http://influenza_h5n1.vosforums.com/ftopic357.php sur le forum

pour les aerosols , l'artcile est tres flou....

on dirait que le forum est redevenu normal, nous allons peut etre pouvoir travailler..

http://www.cdc.gov/ncidod/EID/vol12no01/05-1370.htm artcile du CDC

Transmission par les mains souillées, d'autres surfaces, ou les Fomite :
La transmission des virus de grippe par les mains souillées, d'autres surfaces, ou les " fomites " n'a pas été intensivement documentée mais est censée se produire. Lors d' une epidemie dans une maison de repos en Hawaï, une recherche a conclu que la transmission des sécrétions orales de patient à patient par le personnel qui n'avait pas enfilé de gants  etait la meilleure explication(11). Dans une étude environnementale , le virus de la grippe A placé sur les surfaces dures et non poreuses (acier et plastique) pouvait être cultivé à partir des surfaces à des  titres regressifs pd < 24 à 48 h et sur des vetements, du papier, et des tissus pd  < 8 à 12 h, et ceci de 35% à 40% d'humidité et à une température de 28°C (12).
Une humidité plus élevée a raccourci la survie du virus. Le virus sur les surfaces non poreuses pourrait être transféré aux mains 24 h après que la surface ait été souillée, alors que les tissus pourraient transférer le virus aux mains pd 15 minutes après que le tissu ait été souillé.
Sur des mains, la concentration de virus est tombée à 100 à 1,000-fois dans un délai de 5 minutes après transfert. Les auteurs ont conclu que la transmission de l'infection a partir des surfaces examinées exigeraient un titre élevé de virus (10 puissance 5. TCID50/mL) sur la surface ; de tels titres peuvent être trouvés dans des sécrétions nasales en debut de maladie.
rq
une  humidité plus elevée a raccourci la durée de vie du virus...

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
la CAPE de frederique VARGAS
« Réponse #74 le: 29 juin 2006 à 10:15:06 »
http://aje.oxfordjournals.org/cgi/content/abstract/130/3/557

3.2 km pour une bacterie..il y a avait du brouillard ce jour la, ce qui a limité le brassage vertical, et limité l'influence des uv
.il n'y a eu que 3 patients atteints aussi loin
en general : la distance retenue est de 1 km..1.5 km

mais il ne s'agit pas du meme aerosol.que pour la GA et il n'y a effectivement pas beaucoup de données sur les aerosolS....
j'ai juste  : des goutelettes < a 0.1 mn de diametre restent longtemps en suspension et peuvent etre emmenées assez loin.