Auteur Sujet: Appel pour une mort digne  (Lu 2276 fois)

Hors ligne Gurkan

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 365
Appel pour une mort digne
« le: 11 mars 2006 à 16:26:14 »
Une asso de protection des animaux de ferme (PMAF) repete inlassablement la même chose depuis des années : ce que l'on fait subir aux animaux de ferme, les humains le payent tot ou tard. Aprés la crise de l'ESB, voici que nous avons de plus en plus de "doutes" sur la participation active de l'industrie agro alimentaire dans la diffusion de la grippe aviaire. Pourquoi ? Parce que les leçons des crises précédentes ne sont pas tirées. Seul les pauvres animaux, et les pauvres tout court des pays défavorisés, payent le prix le plus lourd pour que les industriels puissent afficher des bénéfices toujours plus important.


Communiqué de presse du 8 novembre 2005

Sommet international sur la grippe aviaire OIE/OMS/FAO/Banque mondiale
Grippe aviaire : la PMAF exprime ses craintes face à de cruelles méthodes d’abattage

La réponse internationale à la crise de la grippe aviaire menace de provoquer des actes de cruauté à une échelle sans précédent, avertit la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF).

La PMAF craint que des méthodes d’abattage inhumaines soient utilisées par les Etats qui tueront en grand nombre des volailles lors de menaces d'épizooties. Déjà, l'organisation a été informée que des volailles ont été enterrées ou brûlées vives dans des pays où le virus est récemment apparu.

Avec un réseau d'associations partenaires réparties dans 89 pays, le siège international de la PMAF basé au Royaume-Uni, est intervenu auprès de l'Office international des Epizooties (OIE) afin que le sommet mondial qui se tient actuellement à Genève, sur la crise de grippe aviaire, accorde une priorité au bien-être animal. La PMAF demande à ce que les abattages préventifs de volailles soient faits en respectant les « Lignes directrices pour l'abattage d'animaux à des fins prophylactiques » adoptées cette année par l’OIE à l’unanimité des 167 Etats-membres et qui visent notamment à protéger les animaux.

Cette semaine à Genève, l'Office international des Epizooties (OIE), l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Banque mondiale discutent des stratégies internationales à mettre en place pour combattre la propagation de la grippe aviaire.

Ghislain Zuccolo, directeur de la PMAF, précise : « Il est primordial que lors du sommet OIE/OMS/FAO soit rappelé la nécessité que les animaux, qui sont des êtres sensibles, ne soient pas abattus inutilement et que les méthodes d’abattage utilisées permettent une mort sans douleur ».

Le 20 octobre en Albanie, Reuters a rapporté des témoignages signalant que 3 600 volailles avaient été enterrées vivantes : elles étaient jetées dans une fosse avant d'être recouvertes de terre au bulldozer, tandis que certaines tentaient de s'enfuir. Ces dernières semaines, selon plusieurs sources, des volailles ont été brûlées vivantes en Chine et en Egypte.

La PMAF souhaite que lors de ce sommet, les états s'engagent à faire face à la grippe aviaire en utilisant, si nécessaire, des méthodes d’abattage qui soient rapides, efficaces et qui garantissent le bien-être animal et la santé publique (électrocution, injection létale, addition d’anesthésique aux aliments ou à l’eau de boisson suivie d’une méthode de mise à mort adaptée, etc.). Les états doivent planifier le recours éventuel à un personnel formé et à des équipements adéquats.


Pour plus d'informations contacter la PMAF au 03 87 36 46 05.
Source: http://www.pmaf.org/page.php?menu=rubriques/communiques/communiques_menu.html&content=rubriques/communiques/grippe_aviaire081105.html

Pour faire cesser tout cela, une seule solution messieurs les Députés: criminaliser les traffics de l'industrie agro alimentaire avant que tout ne tourne au désastre pour l'ensemble des populations animales ET humaines.  Gurkan