Auteur Sujet: suisse la zone frontaliere sous haute surveillance  (Lu 1742 fois)

Hors ligne derborence

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 113
suisse la zone frontaliere sous haute surveillance
« le: 04 mars 2006 à 15:13:53 »
H5N1 - Un troisième volatile a été retrouvé mort dans le Pays de Gex.

anne-Muriel brouet
Publié le 04 mars 2006

«Ayez l'œil!» C'est la consigne que la Ville de Genève a donnée à tous ses employés travaillant sur le domaine public. Le 27 février, à 8 h 14, un jardinier du Service des espaces verts et de l'environnement l'a eu en découvrant sur la grève du parc Barton un cadavre et une carcasse de fuligule morillon.


Ni une ni deux, il alerte l'inspecteur cantonal de la faune. Le verdict est tombé hier matin: le cadavre du canard migrateur, parmi les plus communs des bords du Léman, se révèle positif au virus H5. Les analyses du laboratoire britannique de Weybridge devraient confirmer, d'ici quelques jours, qu'il s'agit du virus hautement pathogène de la grippe aviaire, H5N1.

Immédiatement après la confirmation du verdict, la grève - inaccessible au public de toute façon - a été désinfectée. Un bandeau de sécurité a circonscrit le périmètre pour vingt-quatre heures. Des pancartes ont été posées pour rappeler aux promeneurs de ne pas toucher les oiseaux morts et d'appeler le numéro d'urgence du Domaine nature et paysage au cas où ils en trouvaient un (022 388 55 00; 24h/24h).

«On s'y attendait»

Cette découverte arrive moins d'une semaine après celle d'une harle bièvre morte du virus H5N1, près du Jet d'eau. Moins de 1900 mètres séparent les deux lieux. «On s'y attendait et on en attend encore», ne cache pas Gottlieb Dandliker, inspecteur cantonal de la faune. Pour autant, il n'y a pas lieu de paniquer pour l'heure. «Ce cas est très similaire au premier, précise Laurence Mermod, vétérinaire à l'Office vétérinaire cantonal (OVC). Il reste isolé et dans un périmètre restreint.»

Les zones de protection et de sécurité (voir ci-dessous) qui avaient été mises en place en début de semaine ont été légèrement étendues vers le nord-ouest. Elles risquent d'englober cette fois des petits élevages de volailles qui n'ont rien à craindre, si ce n'est un contrôle de l'OVC.

Le Pays de Gex atteint

Notons encore que les pensionnaires ailés du Jardin botanique, à proximité du parc Barton, sont à l'abri depuis le 20 février, dans des volières interdites au public. Etant donné l'absence de danger pour l'homme comme pour les autres animaux, aucune autre mesure n'a été prise. Hier également, on apprenait que le Pays de Gex était atteint à son tour par un cas de grippe aviaire. Le préfet de l'Ain, Michel Fuzeau, a annoncé que les analyses effectuées sur un fuligule morillon retrouvé mort à Prévessin-Moëns ont confirmé les soupçons du virus de la grippe aviaire. Dès jeudi, les communes frontalières de l'Ain et de Haute-Savoie ont été placées sous surveillance, avec des contrôles sanitaires renforcés.

Enfin, dans le canton de Schaffhouse un canard, une foulque et un cygne morts ont été testés positifs au H5. A ce jour, au total, sept oiseaux sauvages ont été trouvés morts de la grippe aviaire en Suisse.


Et si demain un élevage du canton était infecté?

A Genève, les autorités vétérinaires se refusent encore à dévoiler le plan épizootie qui, au fil des découvertes d'oiseaux morts de la grippe aviaire, pourrait trouver une application prochaine. «Il doit encore être validé par différents partenaires et notamment l'Office vétérinaire fédéral», justifie Laurence Mermod, vétérinaire à l'Office vétérinaire cantonal (OVC). «Ceci devrait être chose faite au plus tard le 16 mars.» La spécialiste assure toutefois qu'il est prêt et pourrait être mis en œuvre, si nécessaire, avant sa validation.

Il n'en reste pas moins que ce plan est calqué sur celui de l'Office vétérinaire fédéral (OVF) qui lui-même s'aligne sur les mesures de l'Union européenne. Voici donc les grandes lignes qui sont ou seront appliquées dans le canton de Genève. On distingue deux cas:


Des cas isolés parmi les oiseaux sauvages.
Nous en sommes à ce stade: la découverte d'oiseaux sauvages morts du virus H5 confirmé, présumé H5N1 (les analyses prennent quelques jours). Le vétérinaire cantonal sécurise l'emplacement où l'oiseau sauvage a été découvert. Il sécurise une surface de 30 à 200 m2 environ. Le cas échéant, il fait enlever les excréments d'oiseaux suspects. Si les conditions locales le permettent, il ordonne le nettoyage et la désinfection de l'emplacement et de ses abords. Il pose des affiches de mise en garde dans les endroits fréquentés par le public.

En outre, dans un périmètre de 3 kilomètres est établi une «zone de protection» et dans un périmètre de 10 kilomètres, une «zone de surveillance». A l'intérieur de ces deux zones, la volaille doit être confinée, les élevages (dès un animal) annoncés à l'OVC, des dispositifs de désinfection appropriés installés à l'entrée et à la sortie des bâtiments de stabulation; les mouvements de volaille vers l'extérieur sont interdits, à l'exception du transport à un abattoir ou sur autorisation. Dans la zone de protection, plus spécifiquement, les élevages avicoles font l'objet d'un suivi clinique régulier et des échantillons peuvent être pris; la surveillance des oiseaux sauvages, notamment d'eaux, est accrue; le transit de volailles et autres oiseaux détenus en captivité est interdit.


Une exploitation frappée

Outre la mise en place de zones de protection et de surveillance - qui occupent déjà aujourd'hui quasiment l'essentiel du canton -, «les autorités procéderont au bouclage de l'exploitation, à l'abattage de tous les pensionnaires et à une désinfection des lieux, explique Laurence Mermod. Des restrictions de circulation seront mises en place.»

Les personnes chargées de la désinfection et de l'abattage seront placées sous surveillance médicale. En revanche, conformément aux directives de l'OVF, il n'est pas prévu pour l'instant de vacciner les volailles d'exploitations voisines. (amb)
Edipresse Publications SA, tous droits de reproduction et de diffusion réservés.
http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_info_test/geneve_et_region/grippe__4_3_.html

Hors ligne derborence

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 113
suisse la zone frontaliere sous haute surveillance
« Réponse #1 le: 04 mars 2006 à 15:25:18 »
Les propos du maire sur le blanchiment d’argent créent la polémique.
La Fondation Genève place financière et son président Ivan Pictet (à droite sur la photo) jugent les déclarations du maire calomnieuses et exigent un «rectificatif».
Le magistrat explique qu’il ne voulait pas stigmatiser les banques genevoises.http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_info_test/economie/blanchiment__4_3_.html  






mais oui!!
la realite financiere reprend le dessus ,la grippe aviaire un epiphenomene pour la place financiere suisse en ce moment  ; cordialement