Auteur Sujet: Nipah en Inde en 2018  (Lu 4288 fois)

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6470
Nipah en Inde en 2018
« le: 25 mai 2018 à 18:23:33 »
Cela fait plusieurs jours que je vois des messages au sujet de ce virus qui provoque des décès en Inde .

Un vent de panique souffle en Inde à cause d’un dangereux virus
par Yohan Demeure
Le virus Nipah crée actuellement un vent de panique en Inde. Le fait est que ce virus tue environ 70 % des personnes qu’il infecte, et cela a déjà coûté la vie à 10 patients en deux semaines. Par ailleurs, l’OMS est très pessimiste au sujet de cette maladie que l’on compare à Ebola.
Le 23 mai 2018, le Times of India annonçait la mauvaise nouvelle : le virus Nipah a sévi dans l’état du Kerala, dans le sud-ouest de l’Inde. Les autorités ont fait état de 13 cas avérés dont 10 morts. Par ailleurs, une vingtaine de personnes suspectées d’avoir été infectées sont actuellement à l’hôpital, et les quarantaines devraient encore se multiplier.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dresse un portait peu flatteur de ce virus :

« Le tableau clinique chez l’homme va de l’infection asymptomatique à un syndrome respiratoire aigu et à une encéphalite mortelle. »

Découvert la première fois en Malaisie en 1998, celui-ci avait ressurgi en 2004 au Bangladesh (260 morts). Il n’existe aucun vaccin ni traitement, et le virus Nipah est impitoyable, car environ 7 personnes sur 10 y succombent. L’OMS en fait d’ailleurs un futur candidat sérieux pour des épidémies d’envergure comme c’est déjà le cas avec Ebola, surtout qu’il existerait certaines souches du virus dont le taux de mortalité avoisinerait les 90 % ! Ne manquons pas d’évoquer également la fulgurance du virus puisque celui-ci peut entraîner la mort en seulement 48 heures.

Le virus Nipah est inoffensif pour son hôte naturel – à savoir le renard volant à tête grise Pteropus poliocephalus – une chauve-souris frugivore particulièrement friande de la sève de palmier. Ainsi, il suffit simplement qu’un humain grimpe sur le tronc d’un palmier contaminé par la chauve-souris ou consomme son jus frais pour contracter le virus Nipah.

Par ailleurs, les transmissions interhumaines peuvent se produire : une infirmière de 31 ans soignant des patients atteints au Kerala a été infectée et est décédée. Pour couronner le tout, le virus peut se transmettre chez les porcs ainsi que d’autres animaux domestiques.

http://sciencepost.fr/2018/05/un-vent-de-panique-souffle-en-inde-a-cause-dun-dangereux-virus/

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6470
Re : Nipah en Inde en 2018
« Réponse #1 le: 27 mai 2018 à 21:17:40 »

Épidémie de virus Nipah: le nombre de morts s'élève à 14 au Kerala, deux autres cas identifiés


Via l'Hindustan Times: épidémie de virus Nipah: le nombre de morts s'élève à 14 au Kerala, deux autres cas identifiés.

Le virus Nipah a revendiqué une nouvelle vie dimanche au Kerala, portant à 14 le nombre de morts, alors même que les autorités sanitaires ont réitéré que la situation était sous contrôle et qu'aucun nouveau cas n'a été signalé dans les zones touchées.
La dernière victime a été identifiée comme Ebin, âgé de 26 ans, qui a été admis dans un hôpital privé de Kozhikode avec une infection.
Deux autres personnes infectées par les Nipah sont en cours de traitement à l'unité de soins intensifs du Kozhikode Medical College Hospital, ont indiqué des responsables de la santé publique.
Parmi les 14 décès, 11 sont de Kozhikode et trois de Malappuram. La plupart des personnes sous observation ont été libérées après que leurs prélèvements sanguins soient devenus négatifs. Maintenant, 26 personnes sont sous observation.

https://www.hindustantimes.com/india-news/nipah-virus-outbreak-death-toll-rises-to-14-in-kerala-two-more-cases-identified/story-f4QenFXeOtJnWhw7NrVawJ.html

Nipah virus outbreak: Death toll rises to 14 in Kerala, two more cases identified

Via the Hindustan Times: Nipah virus outbreak: Death toll rises to 14 in Kerala, two more cases identified.

The Nipah virus claimed one more life in Kerala on Sunday, taking the death toll to 14 even as health authorities reiterated that the situation was under control and no fresh case was reported from affected areas.
The latest victim was identified as 26-year-old Ebin, who was admitted at a private hospital in Kozhikode with infection.
Two more Nipah-infected people are undergoing treatment at the intensive care unit of the Kozhikode Medical College Hospital, state health officials said. 
Among 14 deaths, 11 are from Kozhikode and three from Malappuram. Most of the people who were under observation were discharged after their blood samples turned negative. Now 26 people are under observation, they said.

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6470
Re : Nipah en Inde en 2018
« Réponse #2 le: 05 juin 2018 à 21:23:39 »
Le virus Nipah, dangereux et peu connu, se propage en Inde
L'infection, une menace émergente, a tué pratiquement toutes ses victimes jusqu'à présent en Inde.

Par Emily Baumgaertner
4 juin 2018
Selon l'Organisation mondiale de la santé, un virus rare et dangereux pour le cerveau que les experts considèrent comme une menace épidémique a éclaté dans l'État du Kerala, en Inde, infectant au moins 18 personnes et en tuant 17 d'entre elles.

Le virus Nipah réside naturellement dans les fruits des chauves-souris à travers l'Asie du Sud et du Sud-Est, et peut se propager aux humains par contact avec les fluides corporels des animaux. Il n'y a pas de vaccin et pas de remède.

Le virus est répertorié par le W.H.O. comme une haute priorité pour la recherche. Les mesures de traitement actuelles sont insuffisantes, selon le Dr Stuart Nichol, chef de la branche des agents pathogènes viraux spéciaux au Centers for Disease Control and Prevention.

"Il y a un échec du marché pour protéger les gens de cela", a déclaré le Dr Steve Luby, épidémiologiste à l'Université de Stanford. "Ce n'est pas comme traiter la calvitie ou le cancer du sein, où les gens riches vont payer pour votre produit. Il n'y a pas de gros client ici, pas d'incitation, jusqu'à ce que ça dégénère. "
Si le virus devait se propager en dehors de l'Inde, il apparaîtrait probablement d'abord à Dubaï, où de nombreux Indiens travaillent, selon une analyse des habitudes de vol menée par l'EcoHealth Alliance, un groupe de recherche à but non lucratif.

Parmi les aéroports des États-Unis, un voyageur infecté arriverait probablement en premier à l'aéroport John F. Kennedy.
"L'objectif de la cartographie des scénarios n'est pas de créer la panique. C'est pour préparer les pays », a déclaré le Dr Peter Daszak, le président de l'alliance. "Ce virus va de mieux en mieux se propager - c'est ce que nous sommes contre. Nous devons être en avance sur la courbe. "
L'infection par Nipah produit des symptômes pseudo-grippaux, y compris des fièvres, des courbatures et des vomissements, qui évoluent souvent vers un syndrome respiratoire aigu et une encéphalite ou une inflammation cérébrale. Certains survivants montrent des effets neurologiques persistants, y compris des changements de personnalité.
Le virus a été identifié pour la première fois lors d'une épidémie en 1998 chez des éleveurs de porcs en Malaisie, où il a tué plus de 100 personnes et entraîné l'abattage de plus d'un million de porcs. Les cas apparaissent maintenant presque chaque année au Bangladesh.

L'épidémie actuelle a probablement commencé lorsque les gens ont puisé de l'eau dans un puits infesté de chauves-souris, selon le Centre national indien de contrôle des maladies, qui dirige l'enquête.

Le W.H.O. n'a pas recommandé de restrictions de voyage ou de commerce pour la région.

La Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies a annoncé l'attribution d'un montant maximal de 25 millions de dollars à Profectus BioSciences et à Emergent BioSolutions pour la mise au point d'un nouveau vaccin contre le virus Nipah. Le projet devrait durer au moins cinq ans.

https://www.nytimes.com/2018/06/04/health/nipah-virus-india-vaccine-epidemic.html

Nipah Virus, Dangerous and Little Known, Spreads in India
The infection, an emerging threat, has killed virtually all of its victims so far in India.

By Emily Baumgaertner
June 4, 2018
A rare, brain-damaging virus that experts consider a possible epidemic threat has broken out in the state of Kerala, India, for the first time, infecting at least 18 people and killing 17 of them, according to the World Health Organization.

The Nipah virus naturally resides in fruit bats across South and Southeast Asia, and can spread to humans through contact with the animals’ bodily fluids. There is no vaccine and no cure.

The virus is listed by the W.H.O. as a high priority for research. Current treatment measures are insufficient, according to Dr. Stuart Nichol, the head of the viral special pathogens branch at the Centers for Disease Control and Prevention.

“There’s a market failure for protecting people from this,” said Dr. Steve Luby, an epidemiologist at Stanford University. “It’s not like treating baldness or breast cancer, where wealthy people will pay for your product. There’s no big customer here, no incentive, until it escalates.”
If the virus were to spread outside India, it would likely appear first in Dubai, where many Indians work, according to an analysis of flight patterns conducted by the EcoHealth Alliance, a nonprofit research group.

Among United States airports, an infected traveler would likely arrive first at John F. Kennedy Airport.
“The goal of mapping scenarios out is not to create panic. It’s to get countries ready,” said Dr. Peter Daszak, the president of the alliance. “This virus will get better and better at spreading — that’s what we’re up against. We need to be ahead of the curve.”
The Nipah infection produces flulike symptoms, including fevers, body aches and vomiting, which often progress to acute respiratory syndrome and encephalitis, or brain inflammation. Some survivors show persistent neurological effects, including personality changes.
The virus was first identified during an outbreak in 1998 among pig farmers in Malaysia, where it killed over 100 people and led to the slaughtering of more than one million pigs. Cases now appear almost annually in Bangladesh.

The current outbreak likely began when people drew water from a bat-infested well, according to the India’s National Centre for Disease Control, which is leading the investigation.

The W.H.O. has not recommended any travel or trade restrictions for the region.

The Coalition for Epidemic Preparedness Innovations has announced an award of up to $25 million to Profectus BioSciences and Emergent BioSolutions to develop a vaccine again Nipah virus. The project is expected to take at least five years.