Auteur Sujet: Suivi de la grippe saisonnière en Europe 2017/18  (Lu 679 fois)

Hors ligne FREDE

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 4566
Suivi de la grippe saisonnière en Europe 2017/18
« le: 23 septembre 2017 à 17:24:29 »
http://www.caraibcreolenews.com/index.php/indicreole/la-reunion/item/11057-reunion-l-epidemie-de-grippe-a-deja-fait-plus-de-32-000-malades-en-trois-semaines

Réunion. L'épidémie de grippe a déjà fait plus de 32 000 malades en trois semaines
 22 Sep 2017
Saint-Denis. Vendredi 22 septembre 2017. Clicanoo/CCN.  La grippe est arrivée tardivement cette année mais elle est fulgurante et particulière. Environ 32 000 personnes ont déjà consulté un médecin en trois semaines. Du jamais vu depuis 2010. Le virus, lui, est surtout de type B avec peu de A. Une première.

"C'est une situation exceptionnelle." C'est ainsi que les autorités sanitaires qualifient l'épidémie de grippe édition 2017. "Depuis trois semaines, une nette augmentation des consultations en médecine de ville et dans les services d'urgences hospitaliers est observée. Le nombre de consultations en médecine générale pour grippe ou syndrome grippal est estimé à plus de 32 000 depuis le début de l'épidémie", indique l'Agence régionale de santé océan Indien. Du jamais vu depuis 2010.

La grippe est arrivée tardivement cette année. L'épidémie a démarré il y a trois semaines. Une rentrée épidémique qui a coïncidé avec la rentrée scolaire où il a fait très froid ! Ces basses températures, alliées aux retours des voyageurs grippés de métropole (et de l'île Maurice où la grippe a beaucoup circulé), ont accéléré la propagation du virus.

Et contrairement à ce que certains croient, il ne s'agit pas de la grippe A H1N1, ni de la grippe aviaire. "On a pratiquement que des virus de type B et quasiment pas de virus de type A cette année", fait remarquer le docteur François Chieze, directeur de la veille et sécurité sanitaire de l'ARS OI.

Alors que la grippe de type A est jugée moins virulente que la B, on note que plusieurs patients ont été hospitalisés pour une forme grave de la grippe et cinq personnes en sont décédées.

Il faut dire que la grippe est une maladie qui se propage vite, facilement, par contagion et notamment par les microgouttelettes contaminées qui sont libérées dans l'air lorsqu'on tousse ou qu'on éternue ! et qui retombent sur tout : la vaisselle, les poignées de portes. Il ne faut pas embrasser amoureusement non plus son compagnon ou sa compagne, car le virus peut aussi se transmettre par la salive. "Le virus peut se retrouver rapidement sur le visage et les mains d'une personne grippée, les baisers et les poignées de main aux personnes malades sont à éviter", conseille le docteur.

Il ne faut pas banaliser la grippe. Car c'est une maladie contagieuse qui touche d'abord le système respiratoire et peut se compliquer ou présenter des formes graves. Elle peut conduire à la mort.

D'où l'importance de renforcer les mesures d'hygiène pour limiter la transmission de la maladie. "Ces mesures d'hygiène doivent être renforcées au contact des plus fragiles : les personnes âgées, les nourrissons et les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques", soutient encore le docteur Chieze.

Mais, surtout, il faut se faire vacciner. Seuls 35 % des Réunionnais à risque le font tous les ans contre 50 % en France métropolitaine. La vaccination est une priorité pour les personnes les plus vulnérables : les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, femmes enceintes, personnes obèses, tous les professionnels de santé. Même s'il ne permet pas toujours d'éviter la maladie, le vaccin réduit le risque de complications graves ou de décès. On se souvient que l'an dernier, la grippe a tué 19 Réunionnais.

"La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, qui devait se terminer fin août, a été prolongée jusqu'à fin septembre", rappelle l'Agence régionale de santé. Les professionnels de santé sont également appelés à se prémunir contre le virus.

Le vaccin est pris en charge à 100 % pour les populations à risque. Un courrier d'invitation et de prise en charge de la vaccination a été adressé à l'ensemble des assurés de plus de 65 ans, aux personnes atteintes de certaines maladies chroniques, aux professionnels de santé libéraux éligibles.

Pour bénéficier du vaccin gratuit, les personnes qui n'auraient pas été directement invitées par l'Assurancemaladie peuvent se rendre chez leur médecin traitant, qui leur délivrera une prescription si leur état de santé le nécessite.

JPB

Les complications possibles de la grippe
Il existe plusieurs complications possibles de la grippe. Les voici :

- La surinfection bactérienne : des complications peuvent survenir si, à la grippe (infection virale), s'ajoute une infection bactérienne, une otite moyenne, une sinusite, une pneumonie bactérienne post influenzae survenant du 4e au 14e jour après le début de l'infection, le plus souvent chez des personnes âgées.

- La pneumonie correspondant à une grippe maligne primaire. Rare et grave, elle entraîne une hospitalisation en réanimation médicale.

- Les complications atteignant d'autres organes que les poumons, comme des myocardites (inflammation du muscle cardiaque), péricardites (inflammation du péricarde, membrane située autour du cœ“ur), encéphalites (inflammation du cerveau), rhabdmyolyse (atteinte grave musculaire), syndrome de Reye (en cas de prise d'aspirine chez l'enfant, à l'origine d'hépatites et d'encéphalites aiguÀ«s, très grave).

- Des complications chez les personnes ayant une immunité diminuée.

- Pendant la grossesse, fausse couche, prématurité, malformations congénitales neurologiques.

- Et chez les sujets âgés, insuffisance cardiaque, respiratoire ou rénale préexistante qui peut s'aggraver considérablement (décompensation).

Grippe

Près des 2/3 des Réunionnais pas vaccinés

Depuis le début de l'année, 24 patients ont été hospitalisés en réanimation pour grippe, dont 5 personnes décédées. Quasiment toutes ces personnes n'étaient pas vaccinées contre la grippe. 35 % des Réunionnais se font vacciner. Cela veut dire que près des deux-tiers minimisent les dangers de la grippe. "C'est une vraie maladie qui peut s'avérer mortelle", rappellent les autorités sanitaires. L'an dernier, 19 Réunionnais ont été emportés par la grippe. "Il faut se faire vacciner", insiste l'ARS-OI. Et il n'y a pas de risque de pénurie de vaccins car "c'est le même vaccin qu'en métropole". On peut être vacciné dès l'âge de 2 ans.

"Tout le monde est touché"

Petits ou grands sont touchés par la grippe. Il faut rester vigilant car on peut avoir des séquelles pulmonaires, cardiaques, rhumatismales ! Les personnes qui présentent des symptômes évocateurs de grippe clinique, associant des signes généraux (fièvre, frissons, malaise général, céphalées, myalgies) et des signes respiratoires (catarrhe des voies aériennes supérieures, toux, dyspnée), doivent prendre contact avec leur médecin traitant. Il faut donc tout faire pour éviter l'aggravation et adopter des bons gestes et les mesures d'hygiène.

Adopter des gestes d'hygiène

Pour se prémunir, se laver régulièrement les mains avec de l'eau et du savon ou utiliser une solution hydroalcoolique, se couvrir la bouche dès que l'on tousse, éternue (dans sa manche ou dans un mouchoir) et transmettre ce réflexe aux enfants, porter un masque, limiter les contacts, se moucher dans des mouchoirs jetables, éviter de serrer les mains, d'embrasser, ne pas partager ses effets personnels.

Hors ligne FREDE

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 4566
Re : Suivi de la grippe saisonnière en Europe 2017/18
« Réponse #1 le: 06 octobre 2017 à 23:18:58 »
http://www.linfo.re/la-reunion/sante/728039-epidemie-de-grippe-a-la-reunion-plus-de-62-200-consultations-5-deces[/b]]http://www.linfo.re/la-reunion/sante/728039-epidemie-de-grippe-a-la-reunion-plus-de-62-200-consultations-5-deces[/color]

Épidémie de grippe à La Réunion : plus de 62 200 consultations, 5 décès

LINFO.RE – créé le 5.10.2017  - Manuel Yepes

Au cours de ces deux dernières semaines, l’ARS Océan Indien indique que l’épidémie de grippe s’est poursuivie à La Réunion : le nombre de consultations en médecine générale pour grippe ou syndrome grippal a été estimé à plus
de 62 200 depuis le début de l’épidémie, et 5 décès.

Poursuite de l’épidémie de grippe à La Réunion

L’épidémie saisonnière de grippe a commencé de manière tardive cette année, indique l’Agence régionale de santé de l’océan Indien (ARS OI). Au cours de ces deux dernières semaines l’augmentation de l’activité pour grippe ou syndrome grippal se poursuit dans les services d’urgences et en médecine de ville.

62 200 consultations depuis le début de l’épidémie

Le nombre de consultations en médecine générale pour grippe ou syndrome grippal été estimé à plus de 62 200 depuis le début de l’épidémie.

28 hospitalisations, 5 décès

Depuis le début de l’année, 28 patients ont été hospitalisés en réanimation pour grippe, dont 5 personnes décédées.


Rappel des mesures d’hygiène pour limiter la transmission de la maladie

Dans ce contexte, l’ARS OI rappelle l’importance de renforcer les mesures d’hygiène pour limiter la transmission de la maladie.

Des gestes simples appliqués au quotidien permettent de se protéger de la maladie et de protéger son entourage. "Ces mesures d’hygiène doivent être renforcées au contact des plus fragiles : les personnes âgées, les nourrissons et les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques…".


- Se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon ou utiliser une solution hydroalcoolique.
· Se couvrir la bouche dès que l’on tousse, éternue (dans sa manche ou dans un mouchoir à usage unique) et transmettre ce réflexe aux enfants.
- Porter un masque et limiter les contacts.
- Se moucher dans des mouchoirs à usage unique et les jeter.
- Éviter de serrer les mains, d’embrasser, de partager ses effets personnels (couverts, verre, brosse à dent, serviette de toilette, etc.), notamment avec les plus fragiles.


Les personnes qui présentent des symptômes évocateurs de grippe clinique, associant des signes généraux (fièvre, frissons, malaise général, céphalées, myalgies) et des signes respiratoires (catarrhe des voies aériennes supérieures, toux, dyspnée), doivent prendre contact avec leur médecin traitant.