Auteur Sujet: Pourquoi la grippe aviaire dans le monde  (Lu 286 fois)

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6375
Pourquoi la grippe aviaire dans le monde
« le: 01 décembre 2016 à 12:57:36 »
Pourquoi une telle flambée de cas de grippe aviaire dans le monde ?
Modifié le 01/12/2016 à 08:39 |
L'augmentation des cas de grippe aviaire dans le monde est liée à la migration des oiseaux sauvages, selon le Dr Monique Eloit, directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé animale.

L'augmentation des cas de grippe aviaire dans le monde est liée à la migration des oiseaux sauvages, selon le Dr Monique Eloit, directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), qui rappelle qu'on n'a jamais identifié de transmission à l'homme de la souche H5N8 présente en Europe.

Comment expliquez-vous cette flambée de cas de grippe aviaire dans le monde ?

Il n'est pas étonnant d'avoir tous ces cas (de grippe aviaire, NDLR) en ce moment car ils sont tous liés à des oiseaux sauvages et on est en pleine période de migration d'hiver. Pour les pays d'Europe de l'Ouest ce sont notamment les animaux eurasiens qui avec le froid se rapprochent de zones où il fait meilleur pour passer l'hiver. Ils font des stops pour ensuite continuer vers les pays chauds africains.

Les cas asiatiques sont également très liés aux migrations mais il faut noter que l'Asie est le berceau de l'influenza aviaire. Ils mélangent à la fois une situation de risque endémique dans la faune sauvage et les élevages avec des mouvements de migration. Beaucoup d'élevages sont en plein air, donc avec des connexions avec la faune sauvage qui font que le risque y est quasi permanent, ce qui n'est pas le cas en Europe de l'Ouest.

Quelles sont les souches concernées, et sont-elles dangereuses ?

Les pays asiatiques sont le réservoir (du virus, NDLR), le point de départ de tout, ce n'est donc pas étonnant de retrouver en Asie régulièrement différentes souches. En Europe de l'ouest, la souche est la même dans tous les pays, le H5N8.

Les premiers cas de H5N8 apparaissent en 2014 en Chine et en Corée. Il y a régulièrement eu d'autres déclarations en Asie en 2015 et en 2016, on le retrouve également en Europe de l'Ouest au Danemark, en Allemagne, en Pologne, en France récemment.

Jusqu'à présent, on n'a pas eu de connexion entre des cas humains et cette souche H5N8. Mais je ne me permettrai pas de dire qu'une souche donnée ne présente pas de risque pour l'homme car les virus d'influenza sont assez compliqués. Entre leurs mutations, leurs réassortiments, leurs petites modifications génétiques je ne crois pas que vous trouviez quelqu'un qui vous dise que tel virus ne présente pas de risque pour l'homme.

Pour certains c'est clair : le H5N1, par exemple, est déjà passé à l'homme, on connaît le risque, mais le H5N8 on ne l'a jamais identifié dans des cas humains.

Quels sont les moyens de lutte face à cette épizootie ?

De plus en plus de pays sont sensibilisés et améliorent leur programme de surveillance ainsi que la transparence sur qui se passe chez eux en augmentant leurs notifications.

En matière de maladies transmissibles à l'homme, la grippe aviaire est un exemple majeur voire unique de surveillance mondiale aussi fine. Avec l'OMS et la FAO nous avons monté un réseau de surveillance avec des laboratoires de référence.

Concernant les mesures de sécurité, dans des pays à l'élevage traditionnel avec beaucoup de fermes et de basse-cours, elles sont très difficiles à appliquer. Pour enfermer des animaux il faut déjà avoir des bâtiments. Mais certains pays font de vrais efforts.

L'OIE peut fournir une aide en approvisionnement de vaccins, en fonction des disponibilités budgétaires. Il y a des pays en Asie du Sud-Est, ou comme l'Égypte, où le virus est endémique et où la vaccination a de l'intérêt car elle fait baisser la pression de la maladie, et ainsi diminue le risque de transmission à l'homme.

http://www.ouest-france.fr/sante/grippe-aviaire/pourquoi-une-telle-flambee-de-cas-de-grippe-aviaire-dans-le-monde-4649528

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6375
Re : Pourquoi la grippe aviaire dans le monde
« Réponse #1 le: 13 mai 2017 à 15:52:19 »
Des virus H5Nx mondialement partagés

Le rôle prépondérant joué par les migrateurs, en tant que réservoir et vecteur des virus influenza H5Nx ne fait plus débat.
Le rôle prépondérant joué par les migrateurs, en tant que réservoir et vecteur des virus influenza H5Nx ne fait plus débat. - © Ludovic Vimond
Jusqu’il y a vingt ans, les virus influenza des sous-types H5 et H7 faiblement pathogènes, naturellement présents dans l’avifaune sauvage, pouvaient devenir hautement pathogènes en infectant les volailles domestiques, mais les cas restaient isolés et étaient assez vite contenus. Tout a changé avec l’apparition du virus H5N1 dénommé A/Oie/Guangdong/1/1996H5N1. Cette lignée hautement pathogène pour la volaille est apparue en Chine en 1996. À partir de 1997, elle a tué des humains en contact étroit avec des volailles infectées, sans franchir la barrière d’espèce. Elle s’est répandue en Asie, en Europe (« grippe aviaire » de 2005-2006), au Moyen-Orient et en Afrique. Au cours des deux décennies, H5N1 a évolué en de nombreuses sous-lignées. Le virus a subi de multiples réassortiments génétiques (lire glossaire), mais il conservait toujours sa neuraminidase N1 d’origine.
Entre 2013 et 2015 une nouvelle sous lignée H5N1 (apparue en Chine en 2008), désignée par le code « clade 2.3.4.4 », s’est soudainement propagée dans une grande partie du monde. Au cours de son périple, elle a subi des réassortiments. Elle a perdu son N1 originel au profit de nouvelles neuraminidases : N2, N3, N5, N6 et N8. Cette série d’événements a donné naissance à des virus "H5Nx clade 2.3.4.4”, X désignant une N variable. Les H5N6 prédominent en Asie, tandis que des sous-lignées H5N8 ont été exportées de la Chine vers l’Europe et vers l’Amérique du Nord, en transitant par les régions arctiques.
Les migrateurs, un bouillon de culture

Au début de l’année 2015, le virus H5N8 s’est réassorti en H5N1 et H5N2 en Amérique du Nord, où il a causé d’énormes pertes. Au bout de six mois, H5N1 et H5N2 ont presque tous disparu et H5N8 a reculé de façon spectaculaire en Europe, comme l’ont montré des chercheurs néerlandais de l’équipe de MJ Poen. En 2014-2015, les décès d’oiseaux sauvages étaient rares. Le rôle prépondérant joué par les migrateurs, en tant que réservoir et vecteur des virus influenza H5Nx ne fait plus débat. Au printemps, les migrateurs convergent de plusieurs continents (Amérique du Nord et du Sud, Asie, Europe, Afrique…). Ils se reproduisent dans les régions arctiques (Alaska, Sibérie, Mongolie) et se transmettent des virus. Puis, lors de la migration descendante d’automne, des échanges se produisent avec d’autres oiseaux, dont des domestiques.

Renforcement de la pathogénicité de H5N8

À l’été 2016, des H5N8 clade 2.3.4.4 venus de Russie et de Mongolie se sont à nouveau propagés le long des voies de migration, jusqu’à l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Inde. Contrairement à 2014-2015, la vague H5N8 actuelle entraîne la mort de nombreux canards et d’espèces d’oiseaux sauvages. Les scientifiques pensent qu’à la suite de changements génétiques, les virus H5Nx sont devenus plus transmissibles ou plus stables dans l’environnement ou bien encore plus stables chez les oiseaux sauvages. Une étude récente accrédite cette hypothèse. Le chercheur Hungbuo Guo et son équipe ont examiné les mutations d’un virus H5N8 européen de 2014 et les propriétés de liaisons du récepteur de son hémagglutinine H5. Ils estiment que l’altération de la spécificité de liaison permet à H5 de s’associer à une grande variété de sous-types N. Cette nouvelle propriété des virus de lignée H5Nx explique-t-elle leur propagation soudaine et explosive ? D’autres changements sont-ils en cause ? C’est vraisemblable. Anne Pohlmann, chercheuse allemande à l’Institut Friedrich Loeffler, vient de montrer que le virus H5N8 européen a subi des réassortiments depuis l’été 2016, qui seraient la cause des fortes mortalités observées.
Trois virus H5Nx circulent en Europe

Courant janvier, cet institut a aussi découvert des virus H5N5 hautement pathogènes vis-à-vis d’oiseaux sauvages et d’élevages allemands. D’autres pays ont déclaré du H5N5 (mais pas la France). En février, un nouveau sous-type H5N6 a été détecté en Grèce. Les chercheurs s’interrogent. Plus que jamais, une démarche internationale concertée est indispensable. Une meilleure compréhension des processus d’adaptation des virus permettrait de mieux prévenir et contrôler la transmission des H5Nx entre oiseaux sauvages, oiseaux domestiques et mammifères (Homme compris). Aucune filière ou aucun État ne pourra résoudre seul une épidémie mondiale et multicible (avifaune sauvage et captive, élevages familiaux et de rente…). D’autant qu’elle risque de se renouveler au gré des migrations.

http://aviculture.reussir.fr/actualites/des-virus-h5nx-mondialement-partages:T15GGJMU.html