Auteur Sujet: EBOLA 2014 République Démocratique du Congo  (Lu 2582 fois)

Hors ligne jsp

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 2819
EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« le: 24 août 2014 à 22:12:32 »
http://www.rfi.fr/afrique/20140824-rdc-deux-premieres-victimes-confirmees-ebola/
La République Démocratique du Congo est à son tour touchée par Ebola. Le ministre de la Santé, Felix Kabange Numbi, a confirmé que les deux premiers cas de la fièvre hémorragique Ebola ont été identifiés dans la province de l’Equateur sur les 13 décès et 11 patients actuellement à l’isolement. Selon les autorités, le virus ne viendrait pas d’un pays voisin.

La zone concernée est très enclavée, personne n'a eu de contact avec l'extérieur
Ebola n’a pas été importé d’Afrique de l’Ouest mais le virus est parti d’un chasseur de viande de brousse ou de sa femme, tous deux décédés après que le mari soit parti chasser du singe… C’est ce qu’affirme le ministre de la Santé congolais. Ebola vient donc de la forêt équatoriale. Un laboratoire de Kinshasa a confirmé ces deux premiers cas.

Il faut maintenant identifier la souche de la maladie : zaïroise très virulente ou soudanaise. Les résultats sont attendus d’ici quelques jours. Dans l’immédiat, le ministre de la Santé, Felix Kabange Numbi, a annoncé un certain nombre de mesures dont notamment la mise en place d’abord d’une zone de quarantaine très vaste d’un rayon de 100 km2. Entre 30 000 et 40 000 personnes vont avoir l’interdiction de quitter cette zone. La police est chargée de la surveillance.
Nous avons décidé de la mise en quarantaine du secteur de Djera

D’autre part, l’ensemble des aéroports du pays va être doté d’un laser thermique pour mesurer la température des passagers. Enfin, le gouvernement promet l’installation d’un laboratoire mobile dans l’épicentre de Lokolia, à environ 200 km de Mbandaka, la capitale de l’Equateur, pour diagnostiquer le virus en temps réel.
La zone d’Ebola est limitée, assure cependant le ministre de la Santé Felix Kabange Numbi. Il n’y a pas d’Ebola à Kinshasa, la capitale, ni à Mbandaka le chef-lieu de la province de l’Equateur, une façon de rassurer l’opinion alors que le pays doit faire face pour la septième fois à ce virus Ebola découvert pour la première fois en République démocratique du Congo.

je mets l'article ici en attendant le diagnostic de la souche en cause


« Modifié: 25 août 2014 à 14:48:04 par anne »

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #1 le: 26 août 2014 à 07:28:36 »
localisation du congo / aux épidémies ebola actuelles



d'aprés une infos, qui reste à certifier
une de souche serait ebola soudan, et l'autre un mélange d'ébola zaire et ebola soudan

Hors ligne jsp

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 2819
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #2 le: 26 août 2014 à 07:50:30 »
http://lci.tf1.fr/monde/afrique/plusieurs-cas-de-fievre-ebola-en-rdc-8471838.html
Les autorités de la République démocratique du Congo ont fait état de plusieurs cas de fièvre Ebola, dans le nord du pays. L'OMS ne confirme pas ces résultats.

Plusieurs cas de fièvre Ebola ont été identifié dans la province d'Equateur, au nord de la République démocratique du Congo.  Deux des huit cas de fièvre mortelle enregistrés dans cette province et qui ont fait l'objet de tests se sont révélés positifs au virus Ebola, a déclaré le ministre de la Santé de RDC, Felix Kabange Numbi. Plusieurs dizaines de personnes sont mortes ces dernières semaines d'une fièvre hémorragique dans la région mais l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré jeudi qu'il ne s'agissait pas la fièvre Ebola. "Je déclaré une épidémie d'Ebola dans la région de Djera, dans le territoire de Boende, dans la province d'Equateur", a dit Felix Kabange Numbi lors d'une conférence de presse. Cette région se situe à environ 1.200 km au nord de la capitale, Kinshasa.

L'OMS n'est pas en mesure de confirmer les résultats

Felix Kabange Numbi a précisé que l'un des deux cas positifs au virus Ebola concernait la souche Soudan, alors que l'autre associait la souche Soudan et la souche Zaïre, la plus dangereuse. L'épidémie de fièvre Ebola a fait au moins 1.427 morts depuis mars en Afrique, principalement au Liberia, au Sierra Leone et en Guinée. L'OMS a déclaré jeudi que la maladie qui a tué au moins 70 personnes dans la province d'Equateur était une gastro-entérite hémorragique.

Dimanche, un porte-parole de l'OMS a dit que celle-ci n'était pas en mesure pour l'instant de confirmer les résultats des tests annoncés par Kinshasa, précisant que ces tests avaient été réalisés par les autorités de RDC.

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #3 le: 02 septembre 2014 à 17:50:34 »
j'ai lu sur un site sérieux que ce serait ebola zaire
à controler néanmoins

Hors ligne jsp

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 2819
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #4 le: 16 novembre 2014 à 11:59:57 »
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2121960/2014/11/15/Kinshasa-annonce-la-fin-de-l-epidemie-d-Ebola-au-Congo.dhtml

 Les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola qui avait été déclarée fin août dans une zone reculée de la République démocratique du Congo et a fait officiellement 49 morts.

Le ministre de la Santé congolais, Félix Kabange Numbi, a également indiqué que la RDC venait de terminer la formation d'un premier groupe de 180 personnes spécialisées dans la lutte contre cette maladie, "prêtes à aller intervenir en Guinée, Sierra Léone, [au] Liberia et [au] Mali."

Les autorités congolaises avaient déclaré officiellement l'épidémie d'Ebola le 24 août. Celle-ci est distincte de celle qui frappe l'Afrique de l'Ouest, et qui a fait 5.177 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), publié vendredi.

En RDC, "la fin de l'épidémie [...] ne signifie pas que le danger est totalement écarté". Le Congo "reste comme tous les autres pays du monde, sous la menace des cas d'importation de la maladie à virus Ebola sévissant en Afrique de l'Ouest", a déclaré le Dr Kabange, lors d'une conférence de presse à Kinshasa.

L'annonce de la fin de l'épidémie en RDC survient 42 jours après l'enregistrement du dernier malade atteint par le virus, le 4 octobre, et moins de trois mois après sa reconnaissance par les autorités. La durée d'incubation du virus Ebola est de 21 jours.

"J'invite toute la population congolaise à garder et à pratiquer toutes les mesures d'hygiène élémentaire, notamment le lavage des mains au savon ou à la cendre", a encore dit le Dr Kabange.

Le ministre a aussi invité le personnel médical à observer les "mesures universelles d'hygiène hospitalière et de contrôle de l'infection" et a "demandé aux populations vivant à coté des forêts d'éviter de toucher et de consommer les animaux trouvés morts dans la forêt".

Au Congo, la maladie a touché une région enclavée de la province de l'Équateur (Nord-Ouest), en pleine forêt équatoriale, dans le district de Boende (800 km au nord-est de Kinshasa).

Début octobre, les Nations unies avaient salué "l'immense travail" réalisé contre la maladie par Kinshasa et ses partenaires, comme l'OMS ou Médecins sans frontières.

L'épidémie d'Ebola dont le Dr Kabange a annoncé la fin est la septième a avoir touché le pays depuis la découverte, sur son sol, de ce virus, en 1976.

Selon les données officielles, les autorités sanitaires ont enregistré 66 cas confirmés en laboratoire ou suspects, ce qui fait ressortir un taux de létalité global de 74,2%. La précédente épidémie, en 2012, avait fait 29 morts dans l'extrême Nord-Est du pays. La RDC s'est engagée à faire bénéficier de son expérience les pays qui sont aujourd'hui frappés par Ebola en Afrique de l'Ouest.

Kinshasa avait ainsi annoncé son intention de former 1.000 personnes pouvant intégrer des "équipes multidisciplinaires [...] pour la riposte face à l'épidémie". Après la sortie des 180 premières personnes en ayant bénéficié "ces formations vont se poursuivre progressivement", a déclaré M. Kabange.

Hors ligne anne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16304
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #5 le: 16 novembre 2014 à 18:26:26 »
trés bonne nouvelle
eux, sont " rodés".. ont tout de suite réagi
et en PLUS, ils vont aller aider les autres....

Hors ligne jsp

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 2819
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #6 le: 17 mai 2018 à 12:37:28 »
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/05/17/premier-signalement-d-un-cas-d-ebola-en-zone-urbaine-en-republique-democratique-du-congo_5300420_3212.html
Premier signalement d’un cas d’Ebola en zone urbaine en RDC

L’arrivée de la maladie à Mbandaka pourrait rendre l’épidémie plus difficile à combattre.
L’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) est entrée « dans une nouvelle phase ». Un premier cas de fièvre hémorragique a été découvert en zone urbaine, à Mbandaka, dans le nord-ouest du pays, a annoncé mercredi 16 mai le ministre de la santé.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait part, jeudi 17 mai, de son inquiétude : « Un nouveau cas (…) a été confirmé à Wangata, l’une des trois zones sanitaires de Mbandaka, une ville de près de 1,2 million d’habitants de la province de l’Equateur, dans le nord-ouest de la RDC », signale l’OMS, qui fait part de son inquiétude.
Avant ce dernier cas confirmé, Peter Salama, directeur du programme de gestion des situations d’urgence de l’OMS, avait déclaré que le nombre de cas suspects, probables ou confirmés était de 42, dont 23 morts. Ces cas ont été détectés dans des zones plus isolées, ce qui donnait aux autorités une meilleure chance d’isoler le virus.

Neuvième fois que le virus Ebola est constaté en RDC
L’arrivée de la maladie à Mbandaka pourrait rendre l’épidémie plus difficile à combattre, d’autant plus que la ville est située sur les rives du Congo, une artère majeure pour le commerce et la circulation des personnes vers la capitale, Kinshasa. De l’autre côté du fleuve se trouve la République du Congo.

C’est la neuvième fois que le virus Ebola est constaté en RDC. La maladie a fait sa première apparition connue près de l’Ebola, rivière du nord du pays, dans les années 1970.

Un premier lot de 4 000 vaccins contre le virus fourni par l’OMS est arrivé à Kinshasa mercredi. Le ministère de la santé a déclaré que les vaccinations commenceraient au début de la semaine prochaine. C’est la première fois que le vaccin sera utilisé depuis sa mise au point, il y a deux ans.
Développé par l’américain Merck, il n’est toujours pas homologué, mais il s’est révélé efficace lors d’essais limités en Afrique de l’Ouest lors de la grande épidémie, qui a tué 11 300 personnes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone de 2014 à 2016.


Hors ligne jsp

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 2819
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #7 le: 29 mai 2018 à 20:05:54 »
https://www.franceculture.fr/sciences/republique-democratique-du-congo-docteur-ebola-et-candidat-a-la-presidentielle
 Rencontre avec Donat Mupapa Kibadi, un médecin congolais installé en France et qui porte le surnom de Docteur Ebola.

Hors ligne gene

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 6458
Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Réponse #8 le: 29 mai 2018 à 21:47:51 »
Le plan ébola suppose 100 à 300 cas sur trois mois

PUBLIÉ il y a 9 HEURES
MISE À JOUR LE 29 MAI 2018
L'Organisation mondiale de la santé prend en charge de 100 à 300 cas d'Ebola en République démocratique du Congo entre mai et juillet, dans le cadre d'un plan de réponse révisé à l'épidémie qu'elle a publié mardi.

Une version antérieure du plan, basée sur des informations au 15 mai, avait supposé 80 à 100 cas.

L'OMS dit que le nouveau chiffre n'est pas une prédiction mais une partie de sa modélisation pour planifier et budgétiser une réponse.

Le ministère congolais de la Santé a déclaré lundi que 54 cas d'Ebola avaient été recensés dans l'épidémie - 35 confirmés, 13 probables et six suspects - et 25 décès. Il n'y a pas eu de décès ou de nouveaux cas confirmés au cours des deux derniers jours.

Le virus mortel se propage facilement à travers les fluides corporels et huit flambées précédentes au Congo ont fait entre 1 et 256 morts. Une épidémie en Afrique de l'Ouest qui a débuté fin 2013 a tué 11 300 personnes avant d'être maîtrisée en 2016.

Le plan de l'OMS pour le Congo suppose que chaque cas d'Ebola en milieu rural aurait 10 contacts potentiellement infectés et chaque cas urbain en aurait 30. Au 26 mai, 906 contacts ont été suivis, a déclaré le porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic.

Identifier les contacts est crucial pour arrêter la propagation de la maladie. Les agents de santé espèrent vacciner chaque contact afin de protéger efficacement chaque patient atteint d'Ebola et d'empêcher sa propagation.

L'OMS estime que 1 000 personnes se déplacent chaque jour par les principaux points d'entrée de la zone de santé de Bikoro, la région reculée de la province de l'Equateur où l'épidémie a été déclarée pour la première fois. Environ 50 par jour vont en bateau de Bikoro à la République du Congo voisine.

Depuis la rédaction du plan, la maladie s'est propagée à la capitale provinciale Mbandaka, avec une population estimée à 1,5 million de personnes, et l'OMS a plus que doublé son budget d'intervention, passant de 26 millions à 56 millions de dollars.

Le plan établit également des cibles pour la réponse à la maladie, y compris que 100 pour cent des nouveaux cas devraient provenir de contacts connus et aucun des cas ne devrait être des travailleurs de la santé.

Les contacts zéro devraient être perdus, et toutes les personnes qui meurent d'Ebola présumé ou probable devraient être enterrées de manière sûre, pour empêcher la propagation de l'infection.

Le taux de létalité pour tous les cas confirmés admis dans les centres de traitement Ebola devrait être inférieur à 50 pour cent, selon le rapport.

https://www.theglobeandmail.com/world/article-whos-congo-ebola-plan-assumes-100-to-300-cases-over-three-months/

Ebola plan assumes 100 to 300 cases over three months

PUBLISHED 9 HOURS AGO
UPDATED MAY 29, 2018
The World Health Organization assumes 100-300 cases of Ebola in Democratic Republic of Congo between May and July, under a revised response plan to the outbreak that it published on Tuesday.

An earlier version of the plan, based on information to May 15, had assumed 80-100 cases.

The WHO says the new figure is not a prediction but part of its modelling to plan and budget for a response.

Congo’s Health Ministry said late on Monday there had been 54 cases of Ebola in the outbreak - 35 confirmed, 13 probable and six suspected - and 25 deaths. There have been no deaths or new confirmed cases in the past two days.

The deadly virus spreads easily through bodily fluids and eight previous outbreaks in Congo have claimed between 1 and 256 lives. A West African outbreak that began in late 2013 killed 11,300 before being brought under control in 2016.

The WHO’s plan for Congo assumes each rural Ebola case would have 10 potentially infected contacts and each urban case would have 30. As of May 26, there were 906 contacts being followed, WHO spokesman Tarik Jasarevic said.

Identifying contacts is crucial for stopping the spread of the disease. Health workers hope to vaccinate every contact to effectively ringfence each Ebola patient and prevent further spread.

The WHO estimates 1,000 people move each day through major points of entry connected to Bikoro health zone, the remote area of Equateur province where the outbreak was first declared. Around 50 per day go by boat from Bikoro to neighbouring Republic of Congo.

Since the plan was written, the disease has spread to the provincial capital Mbandaka, with an estimated population of 1.5 million people, and WHO has more than doubled its response budget, to $56 million from an initial $26 million.

The plan also sets out targets for the disease response, including that 100 percent of new cases should come from known contacts and none of the cases should be health care workers.

Zero contacts should be lost, and all people who die from suspected or probable Ebola should be buried in a safe way, to prevent the infection spreading.

The case fatality ratio for all confirmed cases admitted into Ebola treatment centres should be less than 50 percent, it said.