Auteur Sujet: DENGUE au Sénégal  (Lu 1155 fois)

Hors ligne FREDE

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 4570
DENGUE au Sénégal
« le: 10 décembre 2012 à 10:03:31 »
http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=23289:lutte-contre-le-paludisme--roll-back-malaria-tient-son-conseil-dadministration-aujourdhui-a-dakar&catid=140:actualites


Lutte contre le Paludisme : Roll Back Malaria tient son Conseil d’administration aujourd’hui à Dakar
 Thursday, 06 December 2012

Le Programme Roll Back Malaria tient, ce jeudi, à Dakar,  son 23ème Conseil d’administration. Cette réunion du Partenariat «Faire Reculer le Paludisme » durera 2 jours et sera présidée par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, le Pr. Awa Marie Coll Seck, en présence du ministre du Tourisme et des Loisirs,  Youssou Ndour, partenaire stratégique du programme Roll Back Malaria.

Pour atteindre l’Objectif du millénaire pour le développement (Omd) d’ici à 2015, le Programme Roll Back Malaria tient, ce matin, à Dakar, son conseil d’administration.
 L’objectif de cette rencontre, selon le communiqué parvenu à notre rédaction, « est que le fardeau du paludisme ne dépasse pas le niveau de 2015 et prévenir toute résurgence de l’infectieuse évitable et curable qui se transmet par les moustiques.

Le paludisme tue presque un million de personnes chaque année, principalement en Afrique subsaharienne, où cette maladie est la première cause de mortalité chez les enfants de mois de 5 ans et affecte les femmes et les enfants démunis ».

A en croire les spécialistes, « il perpétue un cycle vicieux de pauvreté dans les pays en voie de développement. Les maladies et les décès, associés au paludisme, coûtent, à la seule économie africaine, 12 milliards de dollars par an ».

Les initiateurs du Programme Roll Back Malaria estiment qu’à l’heure actuelle, cette pandémie peut être évitée, diagnostiquée et traitée à l’aide de combinaisons d’outils, à travers les estimations mondiales qui indiquent qu’il faut 4,2 milliards de dollars, chaque année, pour financer entièrement la lutte contre le paludisme.

Le Partenariat Richards Bay minerals (Rbm), dirigé par la direction exécutive et constituée d’un secrétariat hébergé par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) à Genève, en Suisse, a été lancé en 1998 par l’Oms, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), l’Unicef et la Banque mondiale, avec la volonté d’apporter une réponse internationale coordonnée à la lutte contre le paludisme.

Emmanuel Bouba YANGA (stagiaire

Hors ligne FREDE

  • Modérateur
  • Hero Member
  • ****
  • Messages: 4570
Re : DENGUE au Sénégal 2017
« Réponse #1 le: 03 novembre 2017 à 01:21:20 »
http://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/sante/actualites/senegal-dengue.html

Épidémie de dengue au Sénégal
01/11/17 Jean Shiloh

Lecture rapide
Trente-six cas positifs ont été détectés dans le Nord du pays

Le Sénégal est le troisième pays de la région à faire état de cas de dengue

Les autorités appellent la population à renforcer les mesures d'hygiène




Crédit image: Smith Chetanachan

        Le ministère de la Santé a annoncé 36 cas positifs sur 232 patients suspects, répartis entre les communes de Louga (34) et de Dahra (2).
 
Il précise qu’aucune complication n’a été notée chez ces malades, tous les patients diagnostiqués positifs se portent bien et ont repris leurs activités courantes.

Le ministère de la Santé, par la voix d'Abdoulaye Bousso, directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS), précise qu’il s’agit de la dengue de type 1.

"Tous les cas sont bénins. Il n'y a aucun malade hospitalisé, nous n'avons aucune complication notée", estime Abdoulaye Bousso. "Aujourd'hui l'ensemble des structures de santé de la région de Louga ont été mises en alerte avec des fiches et des protocoles de traitement élaborés."
 
La riposte s’organise sur le terrain à travers les équipes du COUS et notamment l’Institut Pasteur de Dakar.
 
Alioune Badara Ly, ancien fonctionnaire de l'Institut Pasteur et épidémiologiste au ministère de la Santé, signale pour sa part que l’Institut Pasteur joue un rôle important en accompagnant le ministère.
 
"Ils ont mis à la disposition du ministère un laboratoire mobile qui se trouve actuellement dans la région de Louga, au niveau du centre de santé et cela permet de collecter les prélèvements dans tous les districts et de les amener au niveau du laboratoire mobile qui est sur place", explique-t-il dans une interview avec SciDev.Net.
 
Les analyses permettent de déterminer au bout de quatre heures si le patient souffre de dengue.
 
Face à cette maladie, les autorités intensifient la lutte contre les moustiques et appellent les populations à faire de même.
 
"Ils n’ont pas besoin d'une grande quantité d’eau. Si vous avez chez vous un petit pot, un petit récipient tel qu’une boîte de sardines ou de tomates, avec un peu d’eau usée ou même de l'eau claire, de l’eau de pluie ou du robinet qui stagne pendant quelques jours, cela suffit aux moustiques pour se reproduire", explique encore Alioune Badara Ly.
 
"Nous conseillons donc de détruire tout ce qui peut contenir de l'eau stagnante dans les domiciles, y compris dans les pots de fleurs."
 
Deux autres pays de la région font actuellement face à une épidémie de dengue.
 
Il s’agit d'une part, du Burkina Faso, qui a enregistré au moins 13 morts, selon un bilan publié le 26 octobre par le ministère de la Santé de ce pays ; de l'autre, la Côte d'Ivoire, où la maladie a été signalée depuis mai 2017 à Abidjan, la capitale économique.
 
Au Burkina Faso, 6.000 infections, dont 2.000 pour le seul compte de la capitale Ouagadougou, ont été enregistrées.
 
Les autorités disent craindre 4.000 nouveaux cas durant le mois de novembre dans ce pays où la maladie avait fait 20 morts en 2016.
 
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en cas de piqûre infectante, les symptômes apparaissent au bout de 3 à 14 jours sous la forme d'un syndrome grippal.
 
Il n’existe pas de traitement spécifique. La dengue hémorragique est une complication potentiellement mortelle, mais le diagnostic clinique précoce et une prise en charge clinique attentive par des médecins et infirmiers expérimentés permettent souvent de sauver des vies.
 
La maladie est fréquente en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique occidental, mais l’Afrique et la Méditerranée orientale ont également enregistré des flambées épidémiques au cours des dix dernières années.

-------------------

La dengue est une maladie virale transmise par la piqûre d'un moustique femelle du genre Aedes.
“L'ensemble des structures de santeé de la région de Louga ont été mises en alerte.”
Abdoulaye Bousso
Directeur du COUS