Messages récents

Pages: 1 ... 6 7 8 9 [10]
91
mise à jour du 19 janvier 2017
De nouveaux foyers d’influenza aviaire H5N8 continuent d’être détectés dans les Landes et le Gers, alors que la situation semble se stabiliser dans les autres départements.

Chaque jour ou presque, 3 à 6 foyers sont détectés dans les Landes et 1 à 2 dans le Gers, preuve que la situation est encore loin d’être stabilisée. De plus, un cas dans l’avifaune sauvage (buse variable) a été confirmé le 17 janvier dernier dans les Landes, après la découverte de trois canards colverts près de Nérac (Lot-et-Garonne), le 12 janvier, portant à 9 le nombre de foyers chez des oiseaux sauvages. En ce qui concerne les volailles domestiques, 137 foyers ont été recensés entre le début de l’épizootie et le 17 janvier, dont 71 dans le Gers, 37 dans les Landes, 8 dans le Tarn, 7 dans le Lot-et-Garonne, 6 dans les Hautes-Pyrénées, 3 dans les Pyrénées-Atlantiques et les Deux-Sèvres, et 2 dans l’Aveyron. Le 16 janvier, la zone d’abattage préventif des palmipèdes a été étendue à 229 communes, et tout le département des Landes placé en zone de contrôle temporaire. Le recensement de toutes les exploitations de volailles sera effectué, y compris celui des basses-cours, et aucune entrée ou sortie de palmipède (ou d’œuf de palmipède) n’est possible, sauf dérogation obtenue auprès de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP). Les mouvements de véhicules, de personnes ou d’animaux autres que les volailles sont à éviter autant que possible. Lorsqu’ils sont nécessaires, des précautions doivent être prises afin de réduire le risque de propagation du virus (nettoyage, désinfection). Le transport et l’épandage du fumier et du lisier provenant de palmipèdes (non assainis) est interdit.



mise à jour du 8 février 2017
La zone d’abattage préventif est de nouveau étendue et concerne désormais 415 communes
Un premier foyer d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 a été détecté en Haute-Garonne le 1er février. 6 nouveaux foyers ont également été identifiés dans les Pyrénées-Atlantiques, 13 dans les Landes, 5 dans les Hautes-Pyrénées et 3 dans le Gers entre le 1er  et le 4 février. Au 8 février, 224 foyers sont comptabilisés en élevage (dont 88 dans le Gers et 80 dans les Landes), et dans la faune sauvage, 21 cas répartis dans 10 départements.

La mise à jour du 6 février 2017 ajoute 5 communes de Haute-Garonne à la liste des communes visées par des abattages préventifs, ainsi que de nouvelles communes des Landes, du Gers et des Pyrénées-Atlantiques. 415 communes figurent dans la zone concernée.



mise à jour du 21 février 2017
Il reste environ 600 000 canards d'élevage dans le département des Landes où un abattage total est envisagé.
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, a annoncé ce mardi 21 février 2017 à l'antenne de France Bleu Gascogne, qu'il sera procédé à l'abattage de l'ensemble des canards encore vivants dans le département des Landes, soit environ 600 000 de plus que tous ceux qui ont déjà été abattus soit dans les foyers, soit dans le cadre des abattages préventifs.

De nouveaux cas ont été confirmés, portant le nombre de foyers en élevage à 165 dans les Landes et 320 sur l'ensemble du territoire (au 20 février). 40 cas sont par ailleurs comptabilisés dans la faune sauvage, dont 17 dans l'Ain, 7 dans le Gers, 3 dans les Landes et autant dans les Pyrénées-Atlantiques. Pour l'instant il n'a pas été annoncé d'abattage total des canards dans le Gers et les Pyrénées-Atlantiques (où respectivement 94 et 15 foyers sont comptabilisés).

https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/les-600-000-canards-encore-vivants-dans-les-landes-vont-etre-abattus-pour-eradiquer-la-grippe-aviaire-1487625133
92
Epidémiologie (CDC) / Re : Europe, 2016/2017
« Dernier message par gsgs le 24 février 2017 à 17:40:15 »
H3N2 Etats Unis , mutations:   http://magictour.free.fr/32-2427b.GIF


semaine 7 : http://magictour.free.fr/eu1707.GIF



country
max. in week
last season
this season (so far, week 7)

-------------------------
Armeni, 03  98259.26  50392.64
Tajiki, 09  1130.804  508.7409
Georgi, 10  6864.510  3884.937
Moldov, 11  131817.2  70160.85
Ukrain, 11  15344.36  13941.74
Romani, 11  23236.01  14652.82
Monten, 11  389.0141  842.3799
Portug, 11  580.8305  659.3936
Uzbeki, 11  993.6856  541.9518
Malta , 12  131817.2  70160.85
Macedo, 12  1400.157  1643.601
Kosovo, 12  2176.736  2332.053
Finlan, 12  4323.124  3343.030
Italy , 12  7358.034  7316.400
Israel, 13  1344.415  821.4201
Albani, 13  13601.44  9711.592
Serbia, 13  1405.903  1981.720
Norway, 13  2128.008  1904.970
Turkey, 13  2691.676  2630.705
Bulgar, 13  29044.08  23381.06
Wales , 13  333.6163  210.4052
Luxemb, 13  49026.59  31090.90
Irelan, 13  751.1421  501.5999
Austri, 14  22313.16  19582.60
Switze, 14  3192.293  2644.682
Scotla, 14  420.6056  252.0395
Croati, 14  490.8179  1130.181
Kazakh, 14  615.8958  706.4378
N.Irel, 14  642.7778  361.5235
Azerba, 14  7223.144  5492.884
Spain , 15  1995.755  1602.062
France, 15  4104.324  3261.846
Cyprus, 15  89269.22  64905.03
Czech , 16  1316.244  1527.591
Hungar, 16  4035.990  5133.438
Slovak, 16  4973.379  4428.445
Lithua, 16  798.6746  787.5053
Poland, 17  11913.33  8903.102
Latvia, 17  1416.164  1795.013
Nether, 17  1938.942  1417.686
Belaru, 17  281.7819  179.3397
Kyrgyz, 17  293.4056  258.0743
Sloven, 17  315.7466  563.1647
Estoni, 17  341.6950  221.3050
German, 17  42104.92  32221.36
Belgiu, 17  5479.648  3615.966
Russia, 17  62.71501  30.05835
Icelan, 18  855.6669  276.0662
Denmar, 19  2081.891  1084.321

93
FRANCE / Re : FRANCE grippe 2016-2017
« Dernier message par FREDE le 23 février 2017 à 11:51:24 »

http://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/grippe/grippe-hivernale-une-surmortalite-plus-elevee-qu-en-2014-2015_2068963.html

Grippe hivernale : une surmortalité plus élevée qu'en 2014-2015
L'agence Santé publique France a confirmé, mercredi, la fin de l'épidémie de grippe en France métropolitaine.

L'épidémie de grippe a contribué à une surmortalité élevée cet hiver, en particulier chez les personnes âgées, avec un bilan plus élevé que lors de la dernière grande épidémie, il y a deux ans, a annoncé, mercredi 22 février, l'agence Santé publique France.

"Sur les neuf premières semaines d'épidémie grippale", de début décembre à début février, "le nombre de décès en excès toutes causes confondues est (...) estimé à 19 400", a indiqué l'agence de veille sanitaire dans son bulletin hebdomadaire.

 

Il y a deux ans, elle avait relevé une "surmortalité" de 18 300 morts, dont "une large partie" était "probablement attribuable à la grippe", dépeint le dirigeant de Santé publique France. Contrairement à il y a deux ans, cette hausse de la mortalité "concerne quasi-exclusivement les personnes âgées de 65 ans ou plus."

L'agence a également confirmé que l'épidémie de grippe saisonnière était désormais terminée en France métropolitaine, le nombre de nouveaux cas s'étant maintenu sous le seuil épidémique pendant deux semaines consécutives.

Ce niveau se situe actuellement à 102 consultations pour 100 000 habitants, nettement en dessous du seuil épidémique, estimé à 158 pour 100 000 habitants. Seule la région PACA reste au-dessus du seuil épidémique national, avec 172 consultations pour 100 000 habitants.
94
Chine - Articles humains / Re : Chine : grippe aviaire H7N9
« Dernier message par gene le 22 février 2017 à 21:43:21 »
Grippe aviaire: la Chine signale une forme plus aiguë
Par Le Figaro.fr avec Reuters1 Publié le 21/02/2017 à 19:38
Les autorités chinoises ont signalé une évolution dans la variante H7N9 de la grippe aviaire, qui peut provoquer des formes plus aiguë de maladie chez la volaille et doit être de ce fait suivie de près, a annoncé aujourd'hui l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Des échantillons du virus, prélevés sur deux humains contaminés, ont été injectés sur des oiseaux dans un laboratoire et se sont révélés "hautement pathogènes" pour la volaille, a précisé l'OMS.
La dangerosité en question ne concerne que les volatiles, et non pas les humains, a souligné le porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, selon qui il n'existe "pas de preuve que les mutations du virus modifient la capacité du virus à se propager entre humains".
Trois cent quatre cas de contaminations d'humains par la grippe aviaire, confirmés par des analyses en laboratoire, ont été comptabilisés en Chine continentale du 19 janvier au 14 février, et l'on a dénombré 36 décès de cette maladie chez les humains, a déclaré l'OMS dans son dernier point sur l'épidémie, lundi.
"C'est la première fois que de tels changements ont été détectés. Les deux seuls cas ont été signalés dans la province du Guangdong en Chine. Jusqu'à présent, on n'a pas repéré de telles mutations ailleurs", a ajouté le porte-parole.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/21/97001-20170221FILWWW00341-grippe-aviaire-la-chine-signale-une-forme-plus-aigue.php
95
Dengue / Re : nouvelle calédonie - Dengue
« Dernier message par FREDE le 22 février 2017 à 11:20:21 »
http://francais.medscape.com/voirarticle/3603041?nlid=112950_2401&src=WNL_mdplsnews_170222_MSCPEDIT_FR&uac=218476AX&faf=1

Dengue en Nouvelle-Calédonie : pourquoi la situation est grave
Aude Lecrubier
21 février 2017

Nouvelle-Calédonie — La Nouvelle-Calédonie est frappée par une épidémie de dengue depuis début janvier 2017. Elle a déjà fait deux morts. Il s'agissait dans les deux cas de jeunes femmes sans antécédents médicaux, qui n'avaient pas voyagé au cours des trois semaines précédentes. Depuis le 1er septembre 2016, 930 cas de dengue ont été dénombrés sur l’archipel dont 530 à Nouméa . La ville de Nouméa est d’ailleurs considérée en « état d’urgence », selon le site de la mairie. Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie rappelle que depuis 2003, 34 décès ont été enregistrés des suites de la dengue.

En quoi l’épidémie de dengue 2017 est-elle particulièrement préoccupante ?

« Cette année, l’épidémie concerne la dengue de type 1, 2 et 3 ainsi que le zika et le chikungunya […] C’est la première fois que tous les types de virus sont présents en même temps avec quelques cas de zika et de chikungunya », indique le site de la mairie de Nouméa (possibilités de coinfections, voir notre article )

Or, le zika et le chikungunya sont des virus dont l'apparition est récente et contre lesquels peu d’habitants de Nouvelle-Calédonie sont immunisés. En outre, la dernière épidémie de dengue de type 2 remonte à 1998. Le système immunitaire des Calédoniens ne les protège donc plus contre ce type de virus.


Ce faible niveau d’immunisation a pour conséquence d’augmenter le risque de contagion et fait craindre des manifestations cliniques sévères.

« Nous constatons à ce jour deux fois plus d'hospitalisations qu'habituellement.
Il faut donc être très vigilant et tous se mobiliser pour stopper l'épidémie », indique le site de la ville de Nouméa

Les gestes simples pour stopper l’épidémie

Autre problème pointé du doigt par les autorités, les épandages d’insecticide chimique ne suffisent pas pour stopper l’épidémie.

« Les épandages d’insecticide tuent les moustiques adultes mais pas les larves. Les moustiques continuent à se reproduire. De plus, les moustiques sont devenus aujourd’hui résistants aux insecticides chimiques utilisés (50% seulement de mortalité avec la deltaméthrine) », précisent les responsables de la plus grande ville francophone d’Océanie.

Pour tenter de trouver une solution, la ville de Nouméa est en train de remplacer les épandages d’insecticide chimique par la pulvérisation de larvicide biologique (BTI).

« Le BTI est un larvicide totalement inoffensif pour l’homme puisque c’est une bactérie déjà présente à l’état naturel. Ce traitement est appliqué depuis de nombreuses années sans impact sur les écosystèmes ou sur les animaux.
Cette technique bio, plébiscitée par les associations environnementales, vient de passer avec succès les tests réalisés par la DASS-NC. En outre, elle permet de traiter les gouttières souvent difficiles d’accès », explique la mairie.

Face à cette situation d’urgence, la Ville de Nouméa a aussi recruté 10 nouveaux techniciens pour augmenter le nombre d’interventions sur le terrain et elle a activé une cellule de crise.

En parallèle, une campagne de communication a été lancée pour inciter les nouméens à agir et à effectuer les gestes simples pour stopper l’épidémie.
96
Chine - Articles humains / Re : Chine : grippe aviaire H7N9
« Dernier message par gene le 18 février 2017 à 21:27:21 »
Chine : déjà 100 morts de la grippe aviaire
Anne-Marie Thomazeau
17-02-2017

En Chine, le nombre de personnes tuées par la grippe aviaire a explosé. On en compte près de 100 pour le mois de janvier, contre cinq l’an dernier à la même époque.
Pour tenter d’endiguer l’épidémie, le commerce de volailles a été suspendu dans plusieurs provinces et métropoles du pays.

Cent personnes ont été tuées en Chine depuis le début de l’hiver par le virus H7N9, dont 79 pour le seul mois de janvier, soit seize fois plus qu’en janvier 2016.

Une possible épidémie de grande ampleur est à craindre, d’autant que cette souche de la grippe aviaire ne tue pas les poulets infectés, qui ne développent pas non plus de symptômes. Difficile donc de savoir si l’on est en contact avec des poulets malades.

Les autorités ont donc suspendu le commerce de volailles vivantes dans les métropoles de Canton, dans le sud, et Changsha, dans le centre du pays. Même chose dans l’ensemble de la province du Zhejiang, au sud de Shanghaï.

Le gouvernement conseille d’éviter les marchés aux poulets, où de mauvaises conditions sanitaires augmentent les risques de transmission. Depuis l'apparition du virus chez l'homme en 2013, la Chine a rapporté près d’un millier de cas d’infection, selon l'OMS. Près de 40 % des patients contaminés sont morts.

Depuis le début de l’année, Taipei a abattu 130 000 volailles. A la fin de l'année dernière, la Corée du Sud avait, elle, dû en abattre plus de 30 millions en moins de deux mois.

http://www.viva.presse.fr/chine-deja-100-morts-de-la-grippe-aviaire-172459
97
Chine - Articles humains / Re : Chine : grippe aviaire H7N9
« Dernier message par gene le 17 février 2017 à 23:11:44 »
Chine : en janvier, 80 personnes sont mortes de la grippe aviaire H7N9
Inquiétude en Chine et à l'OMS alors que le nombre de décès dus au virus H7N9 a explosé cet hiver par rapport à la même période l'année dernière.
SOURCE AFP
 Publié le 16/02/2017 à 10:46 | Le Point.fr

En Chine, la grippe aviaire explose. Face à la recrudescence des contaminations au virus H7N9, certaines villes ont suspendu le commerce de volailles vivantes. En janvier, près de 80 personnes sont mortes de la grippe aviaire en Chine, contre seulement 5 sur la même période de 2016. Depuis le début de la principale période annuelle de contamination au virus H7N9 - du début de l'hiver jusqu'au printemps -, 100 décès ont été rapportés en Chine, dont 79 sur le seul mois de janvier, a annoncé jeudi la Commission nationale de la santé et du planning familial.
Pour janvier, le nombre de morts dus à la grippe aviaire a donc été multiplié par seize en l'espace d'une année : une progression qui agite le spectre d'une potentielle épidémie de grande ampleur appelée à s'étendre encore davantage. La Chine a rapporté plus d'un millier de cas d'infection depuis l'apparition du virus chez l'homme, en mars 2013, et près de 40 % des patients contaminés en sont morts, selon des statistiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Difficultés respiratoires

La souche H7N9 de la grippe aviaire, qui peut provoquer de graves problèmes respiratoires, est particulièrement préoccupante, car elle ne tue pas les poulets infectés, qui ne développent pas non plus de symptômes. Cela signifie que la propagation du virus est compliquée à déceler avant son contact avec l'homme.
Les risques de propagation sont d'autant plus importants en Chine que la population y préfère les volailles fraîchement égorgées, au lieu de denrées congelées, a expliqué Ni Daxin, un haut responsable du Centre chinois des maladies infectieuses, cité jeudi par le journal China Daily.
Endiguer l'épidémie

Pour tenter d'endiguer l'épidémie, le commerce de volailles vivantes a été temporairement suspendu dans les métropoles de Canton (sud) et de Changsha (centre), ainsi que dans l'ensemble de la province du Zhejiang (est) où 35 infections ont été rapportées en janvier, a indiqué l'agence étatique Chine nouvelle. De leur côté, les autorités hongkongaises avaient procédé ces deux dernières années à l'abattage préventif de dizaines de milliers de volailles infectées, dont 4 500 poulets et pigeons en juin 2016.
L'OMS s'est déjà procuré 350 millions de doses de vaccin, avait assuré début janvier la directrice générale de l'organisation, Margaret Chan. Mais celle-ci avait néanmoins mis en garde : « Le monde est mieux préparé pour la prochaine pandémie de grippe, mais pas du tout suffisamment. »

http://www.lepoint.fr/monde/la-grippe-aviaire-fait-des-ravages-en-chine-16-02-2017-2105283_24.php
98
Epidémiologie (CDC) / Re : Europe, 2016/2017
« Dernier message par gsgs le 17 février 2017 à 18:20:19 »
semaine/week 6 : http://magictour.free.fr/eu1706.GIF



country
max. in week
last season
this season (so far, week 6)

-------------------------
Armeni,  3  98259 48943
Tajiki, 10     18     6
Georgi, 10   6864  3717
Monten, 11    389   838
Portug, 11    580   651
Uzbeki, 11    993   514
Ukrain, 11  15344 13343
Romani, 11  23236 13879
Moldov, 11 131817 68588
Makedo, 12   1400  1632
Kosovo, 12   2176  2258
Finlan, 12   4323  3261
Italy , 12   7358  7316
Malta , 12 131817 68588
Wales , 13    333   210
Irelan, 13    751   491
Israel, 13   1344   791
Serbia, 13   1405  1933
Norway, 13   2128  1780
Turkey, 13   2691  2498
Albani, 13  13601  8774
Bulgar, 13  29044 22402
Luxemb, 13  49026 29188
Scotla, 14    420   236
Croati, 14    490  1070
Kazakh, 14    615   655
N.Irel, 14    642   349
Switze, 14   3192  2508
Azerba, 14   7223  5257
Austri, 14  22313 18631
Icelan, 15    855   206
Spain , 15   1995  1551
France, 15   4104  3181
Cyprus, 15  89269 61515
Lithua, 16    798   708
Czech , 16   1316  1433
Hungar, 16   4035  4686
Slovak, 16   4973  4106
Russia, 17     62    27
Belaru, 17    281   170
Kyrgyz, 17    293   258
Sloven, 17    315   524
Estoni, 17    341   207
Latvia, 17   1416  1484
Nether, 17   1938  1323
Belgiu, 17   5479  3307
Poland, 17  11913  8341
German, 17  42104 29901
Denmar, 18   2081   863

99
Cela se généralise en France, donc, nouveau file

Influenza aviaire : situation en France au 10 février 2017
Voici la mise à jour par le ministère de l’agriculture de la situation au 10 février 2017 (information relevée le 10 février à 20h00 et susceptible d’évolution) :

231 foyers H5N8 dans les élevages et 21 cas dans la faune sauvage confirmés et notifiés
Au 9 février, la situation était alors la suivante : 227 foyers H5N8 dans les élevages et 21 cas dans la faune sauvage confirmés et notifiés.

Liste des foyers dans les départements

    Landes : 82 foyers
    Tarn : 8 foyers
    Gers : 91 foyers
    Lot-et-Garonne : 7 foyers
    Hautes-Pyrénées : 24 foyers
    Pyrénées-Atlantiques : 13 foyers
    Aveyron : 2 foyers
    Deux-Sèvres : 3 foyers
    Haute Garonne : 1 foyer

Liste des foyers dans la faune sauvage

    Pas-de-Calais : 1 foyer
    Haute-Savoie : 2 foyers
    Tarn : 2 foyers
    Manche : 1 foyer
    Lot-et-Garonne : 1 foyer
    Ain : 3 foyers
    Landes : 3 foyers
    Gers : 6 foyers
    Loire Atlantique : 1 foyer
    Pyrénées-Atlantiques : 1 foyer

NB : Rappelons qu’il n’est pas possible de suivre l’évolution des foyers d’influenza aviaire au jour le jour, le lien Internet du ministère de l’agriculture étant le même quelque soit le jour ou l’heure de la mise à jour … De plus la situation évolue parfois plusieurs fois par jour et il semble difficile de la suivre …
http://amgar.blog.processalimentaire.com/contaminant-chimique/influenza-aviaire-situation-en-france-au-10-fevrier-2017/
100
tuberculose France / Re : tuberculose décès fillette Bretagne
« Dernier message par jsp le 14 février 2017 à 20:17:13 »
lien fourni par Anne
http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/la_tuberculose_tue_une_petite_fille_en_bretagne__163786/document_actu_pro.phtml
Rennes, le mardi 14 février 2017 – Une enfant de quatre ans est morte, victime d’une méningite tuberculeuse, à l’hôpital Sud de Rennes, selon des informations publiées aujourd’hui par le quotidien Ouest-France. Peu d’informations ont été données sur la petite fille et sur les circonstances de son exposition au bacille de Koch.
Il est uniquement précisé que l’enfant était originaire de Vildé-Guingalan (Côtes d’Armor) et que sa prise en charge par le centre hospitalier de Rennes n’a pas permis de la sauver. Immédiatement, des mesures ont été prises par l’Agence régionale de Santé (ARS), qui a déjà récemment dû faire face à des crises similaires, après par exemple plusieurs cas de méningite détectés à Broons (sud de Dinan). A Vildé-Guingalan, un protocole a été mis en place qui repose sur la réalisation d’une radio pulmonaire, qui sera renouvelée dans les trois mois. « Toutes les personnes ayant eu un temps de contact cumulé de huit heures lors des trois derniers mois » avec  la petite fille sont concernées, ce qui inclut notamment les enfants scolarisés dans la même école maternelle.
Dépistage des nouveaux arrivants : un programme qui marche
Ce cas dramatique invite à rappeler que si elle est en constat recul, la tuberculose n’a nullement disparu en France. Les chiffres publiés en mars 2016 confirmaient qu’en 2014, « le nombre de cas de tuberculose déclarés continue de baisser, avec une incidence qui reste faible (4 827 cas, soit 7,3 cas pour 100 000 habitants, comparés à 7,5/100 000 en 2013) » indiquait l’Institut national de veille sanitaire. Plusieurs régions sont particulièrement touchées : la Guyane, l’Ile-de-France et Mayotte. Des groupes de population sont également particulièrement exposés : « Le taux de déclaration était 10 fois supérieur chez les personnes nées à l’étranger par rapport à celles nées en France, avec les taux les plus élevés chez les personnes nées en Afrique subsaharienne et en Asie » rappelait en 2015 une étude publiée par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Ces chiffres, s’ils ne doivent pas participer à une stigmatisation des migrants peuvent inviter à des mesures particulières. Un programme de dépistage radiologique de la tuberculose chez les nouveaux arrivants en Grande-Bretagne a en effet permis une baisse du nombre de diagnostics chez les migrants, comme l’a mis en évidence une étude publiée fin 2016 dans le Lancet.
46 % des cas de tuberculose en province auraient pu être évités par la vaccination
La vaccination obligatoire par le BCG a été on le sait suspendue en 2007. Elle ne s’impose donc désormais plus que chez certaines personnes (professionnels de santé notamment, personnels des établissements pénitentiaires, assistantes maternelles et pompiers). Elle demeure néanmoins fortement recommandée chez les enfants vivant en Ile-de-France, en Guyane, à Mayotte, chez ceux nés dans un pays où la tuberculose est endémique, chez ceux vivant dans des conditions précaires et ceux ayant des antécédents familiaux de tuberculose. Aujourd’hui, la couverture vaccinale par le BCG atteint 80 % en Ile de France et en Guyane, ce qui est inférieur à l’objectif de 95 %, tandis que des disparités importantes existent entre les enfants suivis par les PMI et les autres. La levée de l’obligation vaccinale et la baisse de la couverture vaccinale constatée depuis 2006 ne semblent pas avoir eu « à ce jour d’impact sur l’épidémiologie de la tuberculose de l’enfant au-delà de ce qui était attendu. Le nombre de cas de tuberculose chez les enfants de moins de 9 ans est en effet stable, et le nombre de cas sévères dans ce groupe d’âge ne dépasse pas le nombre attendu par les prévisions effectuées au moment du changement de politique vaccinale BCG » indiquait l’année dernière l’INVS. Néanmoins, dans les régions non ciblées par la recommandation, la couverture vaccinale est très faible (inférieure à 50 % chez les enfants à risque de tuberculose suivis en médecine libérale). Face à cette constatation, déjà en 2012, une étude publiée dans le BEH considérait que 46 % des cas de tuberculose déclarés en province, auraient pu être évités par le BCG, des chiffres qui éclairent le cas mortel de Vildé-Guingalan, même si le statut vaccinal de la fillette n’est pas connu. On sait en effet que l’efficacité du BCG n’est pas parfaite (ce qui a entre autres conduit à la levée de la vaccination) : néanmoins, on considère que la vaccination protège les enfants de formes graves de la tuberculose dans 75 % des cas.
Rupture de stocks du vaccin
La levée de l’obligation vaccinale est à l’origine du recul de la couverture (ce qui est riche d’enseignements à l’heure où la question de l’obligation se pose pour d’autres vaccins). Cependant, les ruptures de stock du vaccin ont également pu contribuer ces deux dernières années à empêcher l’accès à la vaccination. Depuis la fin de l’année 2014, le vaccin BCG-SSI commercialisé par les laboratoires Sanofi-Pasteur connaît des ruptures d’approvisionnement, qui ont même conduit à un épuisement total du stock depuis mars 2016. Cette situation a contraint les laboratoires à se fournir sur le marché polonais, tandis que le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) a dû établir un ordre de priorité à la vaccination. Ainsi, doivent être privilégiés les enfants nés en Guyane et à Mayotte et en métropole « les enfants âgés de moins de cinq ans ayant un facteur de risque de tuberculose identifié ». A l’occasion de la publication de nouveaux chiffres sur l’épidémiologie de la tuberculose en France à la fin mars, peut-être pourra-t-on mesurer les premiers impacts de cette situation de pénurie (même si les chiffres les plus intéressants devront sans doute se faire attendre jusqu’en 2018).
Aurélie Haroche

Pages: 1 ... 6 7 8 9 [10]