Messages récents

Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 ... 10
21
EPIDEMIES HUMAINES EN COURS / Re : Epidémie de rougeole en France?
« Dernier message par jsp le 07 juillet 2018 à 16:06:20 »
https://www.sudouest.fr/2018/07/06/rougeole-une-jeune-fille-de-17-ans-meurt-en-nouvelle-aquitaine-troisieme-deces-en-france-5210291-4696.php
Après le décès d’une femme de 32 ans dans la Vienne, au CHU de Poitiers, annoncé en février, puis celui d’un homme de 26 ans, dont l’origine n’a pas été précisée, une troisième personne a succombé à l’épidémie de rougeole qui frappe la France, et principalement la Nouvelle-Aquitaine, depuis plusieurs mois.
Ce vendredi matin, l’Agence régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine a annoncé qu’elle "a été informée par le CHU de Bordeaux du décès d’une jeune fille de 17 ans des suites de complications neurologiques provoquées par la rougeole". L’organisme précise qu’il "poursuit ses efforts pour que la population vérifie sa vaccination."
Les deux premiers patients étaient "tous deux immunodéprimés", à savoir qu’ils avaient un système immunitaire trop faible pour leur permettre de recevoir le vaccin. L’agence de surveillance sanitaire avait alors déclaré qu’ils avaient été "probablement contaminés par un proche non vacciné".
Épidémie terminée mais vigilance nécessaire
Ce vendredi, l’ARS affirme que la Nouvelle-Aquitaine n’est actuellement plus en phase d’épidémie : "Depuis fin mars, l’épidémie est en déclin dans la région et aujourd’hui, avec moins de 10 cas confirmés par mois, elle est considérée comme terminée", affirme-t-elle. "Toutefois, il faut rester très vigilant car la couverture vaccinale contre la rougeole reste insuffisante en Nouvelle-Aquitaine et de nouveaux foyers peuvent donc apparaître".
Selon les chiffres communiqués, 1 096 cas de rougeole ont été confirmés en Nouvelle-Aquitaine depuis le 6 novembre 2017, et 2 567 dans l’ensemble de la France. "Un cas sur quatre a nécessité une hospitalisation" et "douze patients ont été transférés en réanimation".
Vaccination à vérifier
L’ARS rappelle que la "rougeole n’est pas une maladie bénigne", qu’elle peut "avoir des conséquences très graves" et qu’elle "est très contagieuse : en l’absence de vaccination, une personne atteinte peut contaminer jusqu’à vingt personnes."
De plus, il n’existe pas de traitement pour soigner cette maladie, seulement des médicaments permettant de soulager les symptômes. En revanche, un vaccin est efficace pour limiter sa propagation et "éviter des conséquences graves". En conséquence, l’ARS encourage les particuliers à "vérifier (leur) statut vaccinal".
Pour rappel, les premiers symptômes de la rougeole sont une température élevée, avec une fièvre supérieure à 38,5°C, la toux, le nez qui coule, des yeux rouges et larmoyants (conjonctivite), des boutons rouges, d’abord sur la tête et le visage puis sur le reste du corps, et enfin des lésions dans la bouche.
22
EPIDEMIES HUMAINES EN COURS / Re : Epidémie de rougeole en France?
« Dernier message par jsp le 07 juillet 2018 à 16:00:00 »
https://www.sudouest.fr/2018/04/29/epidemie-de-rougeole-en-gironde-je-me-suis-cru-protege-a-tort-5016401-2780.php#xtatc=INT-7-%5Blien_coeur_article%5D
Il a 22 ans, est étudiant à Bordeaux et a contracté la rougeole avec des complications telles, qu’il a dû être hospitalisé.
Sacha va bien. Il vous serre la main en riant, « n’ayez pas peur, je ne suis plus contagieux ! » Cet étudiant de 22 ans, en pharmacie à Bordeaux, sort tout juste d’une maladie que l’on qualifie à tort d’infantile, voire de bénigne. « Début mars, j’ai pensé souffrir d’un syndrome grippal banal…
La maladie l’a laissé un mois sur le flanc
23
Oiseaux / brassage de virus oiseaux Delaware
« Dernier message par jsp le 30 juin 2018 à 21:48:55 »
https://mainichi.jp/english/articles/20180628/p2g/00m/0dm/078000c

MIDDLE TOWNSHIP, N.J. (AP) -- Huge flocks of famished birds scour the sands of Delaware Bay for the tiny greenish eggs an army of horseshoe crabs lays every spring.
It's a marvel of ecology as shorebirds migrating from South America to the Arctic time a stop critical to their survival to this mass crab spawning. It's also one of the world's hot spots for bird flu -- a bonanza for scientists seeking clues about how influenza evolves so they just might better protect people.

"Eventually, we would like to be able to predict which would be the next pandemic," said flu pioneer Robert Webster of St. Jude Children's Research Hospital.

These humble beaches turn into a mixing bowl for influenza between mid-May and early June, as thousands of shorebirds and gulls crowd together and swap viruses. Researchers carefully step around the nesting crabs to scoop up the evidence -- potentially flu-infected bird droppings.
"We have trained our eyes for this, that's for sure," said St. Jude researcher Pamela McKenzie as she bent over damp sand last month in search of the freshest samples to go on ice for later testing.
Not just any splat will do. Too dry, and tests might not be able to detect virus. Too big, and it's likely not from the species that carries the most flu here, the calico-patterned ruddy turnstone.
Why test birds? "That's where all flu viruses come from," said Richard Webby, who directs St. Jude's Center of Excellence for Influenza Research and Surveillance, a program funded by the National Institutes of Health.

Aquatic birds, including wild ducks and migrating shorebirds, are considered nature's main reservoir for influenza.
Whether it's the typical winter misery or a pandemic, every strain that infects humans "started off somewhere along the family tree in the aquatic bird reservoirs," Webby said.
Usually wild birds don't get sick, simply trading flu viruses they carry in the gut. But strains from wild birds can threaten domesticated chickens and turkeys, and every so often jump to pigs or even people.
St. Jude's annual study at Delaware Bay offers a glimpse into little-known efforts around the world -- including testing migrating ducks in China and Canada, and live poultry markets in Bangladesh -- to track how bird flu circulates and changes, information that can help determine what vaccines to make for animals and people.

And nowhere else in the world have scientists found so many shorebirds carrying diverse flu strains as when red knots, ruddy turnstones and other species make their migratory stopover at this bay nestled between New Jersey and Delaware.
Most bird flu isn't easily spread to people, stressed McKenzie, who doesn't even wear gloves as she pooper-scoops along a beach before the tide washes back.
Still, "it's amazing how the virus can change so rapidly, what genes they inherit," added McKenzie, who oversees St. Jude's global bird flu surveillance.

The U.S. stockpiles just-in-case vaccines against worrisome strains
"It only has to happen once," Webby said. "The right virus comes and gets into the right population which happens to fly over the right farm of turkeys which happens at the right time of year where the right farmer picks up the wrong bird -- and we're in trouble."

_____

Webster, now an emeritus virologist at St. Jude, made the connection between bird and human flu decades ago when he found some seabirds in Australia carrying antibodies against the strain that caused the 1957 pandemic. In 1985, his continuing hunt for bird flu took him to Delaware Bay.

Today, scientists know that if two different types of flu infect a single animal at the same time -- say a pig catches both a chicken strain and a human strain -- the genes can shuffle to produce a totally new virus.

But worry about bird flu as a threat to both poultry farms and humans has grown since a strain named H5N1 spread directly to people in the late 1990s in Hong Kong's crowded live-poultry markets. Cousins of that virus have cropped up, as has another flu named H7N9 that since 2013 has infected more than 1,500 people in China through close contact with infected chickens.

Those are very different viruses than what St. Jude finds in shorebirds passing through Delaware Bay, Webby said. For some reason, viruses carried by Asian and European birds rarely make it to the Americas, he said, but it's important to look -- and to understand the normal ebb and flow of different strains so it's more obvious when something new crops up.

The research is "one way to stay a little bit ahead of the virus," said Marciela DeGrace of NIH's National Institute of Allergy and Infectious Diseases. "Understanding how this virus can change and how much it can change in a quick amount of time is going to be critical for us to make countermeasures like vaccines."

_____

Why flu erupts during the Delaware Bay stopover remains a mystery. But the longest travelers arrive wasted, and must double their weight in two weeks.
"You can hold a bird and say, 'This bird just got here.' They're here to do work," said Alinde Fojtik of the University of Georgia's Southeastern Cooperative Wildlife Disease Study, a longtime flu researcher who this year volunteered her vacation to help count and tag shorebirds.
So the birds can feast uninterrupted, only scientists and conservation workers are allowed on their preferred beaches, carefully catching and counting them, testing their overall health and tagging them for tracking as the migration continues.

For the flu hunters, finding the right spot is a trick. St. Jude researcher Patrick Seiler pulls out binoculars: Nope, mostly gulls on one beach. Down the road, he spots a better target, a crowd of ruddy turnstones with their distinctive black, white and brown plumage.
The skittish birds take flight as the team approaches. Each dropping gets whisked up on a cotton swab, put into a small vial of preservative and stored in a cooler.
The team carried more than 600 samples back to St. Jude's labs in Memphis, Tennessee, where researchers are beginning the monthslong process to test how many droppings harbor flu and what kind. The viral library is used for further experiments to test how well strains spread, said NIH's DeGrace.
"I would love to be able to look at the sequence of virus we find in Delaware Bay this year say, 'Uh-oh, that's the guy that's coming.' We're not at that point yet," Webby cautioned. "That's our end goal, to be able to say, 'Uh-oh, here's something we have to worry about.'"
24
Chine - Articles animaux / Re : Chine : H5N1 en 2018
« Dernier message par gene le 30 juin 2018 à 11:46:07 »
Foyer de grippe aviaire hautement pathogène A(H5N1) chez des volailles en Chine Médecine des voyages
 Publié le 29 juin 2018 à 09h46
Auteur : Jacques MORVAN
En Chine, le ministère de l'agriculture a notifié le 26 juin 2018 à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) un foyer de grippe aviaire hautement pathogène A(H5N1). Ce foyer a frappé depuis le 12 juin une ferme de 1.615 volailles, dont 1.050 sont mortes, dans le district de Dachaidan (préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi, dans la province de Qinghai).

Le diagnostic a été confirmé par le Laboratoire national de référence pour l'influenza aviaire de Harbin (Laboratoire de référence de l'OIE).

https://www.mesvaccins.net/web/news/12484-foyer-de-grippe-aviaire-hautement-pathogene-a-h5n1-chez-des-volailles-en-chine

Source : Organisation mondiale de la santé animale (OIE).
25
Chine - Articles animaux / Chine : H5N1 en 2018
« Dernier message par gene le 28 juin 2018 à 08:27:27 »
Biological Hazard in China on June 28 2018 04:09 AM (UTC).

China reported an outbreak of highly pathogenic H5N1 bird flu at a farm in its northwest Qinghai province, the Paris-based World Organisation for Animal Health (OIE) said on Tuesday, citing a report from the Chinese agriculture ministry. It is the first case of the H5N1 strain of flu to be reported on a Chinese poultry farm since 2014, according to a Reuters search of OIE's database of notices from the Chinese agriculture ministry.

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/database/?pageid=event_desc&edis_id=BH-20180628-63681-CHN
26
Canidés - Articles / Re : type de virus grippaux chez le chien et le chat
« Dernier message par jsp le 25 juin 2018 à 12:40:19 »
Découverte de nouveaux virus influenza chez le chien
De nouveaux variants du virus influenza ont été identifiés chez le chien en Chine, ce qui soulève des interrogations sur un éventuel risque de transmission à l'homme.
Les chercheurs ont analysé 800 prélèvements réalisés sur des chiens présentant une pathologie respiratoire dans le sud de la Chine (Guangxi), entre 2013 et 2015. Il s'agissait de chiens de compagnie, d'élevages (alimentaires) et errants. 14,5%  des écouvillons étaient positifs par polymerase chain reaction (PCR) au virus influenza. Un séquençage complet du génome viral et une analyse phylogénétique ont permis d'identifier 16 virus influenza, dont deux nouveaux variants H1N1 d'origine porcine, parmi lesquels l'un présente un potentiel zoonotique.
Trois nouveaux réassortiments génotypiques contenant des fragments provenant de trois lignées qui circulent chez le porc en Chine ont été également repérés. Le H1N1, le H3N2 et le H3N8 peuvent donc être retrouvés chez le chien et interagir entre eux, créant des recombinaisons génétiques variées.
Un rôle de réservoir pour le chien
Le virus influenza peut infecter de nombreuses espèces. Les oiseaux et les porcs sont des réservoirs classiques du virus. Les chiens et les chevaux étaient jusqu'à présent connus pour abriter seulement des variants stables du virus sans danger pour l'homme. Les porcs infectés par des virus aviaires ont subi des recombinaisons génétiques à l'origine d'une pandémie en 2009. Avec les résultats de cette étude, les scientifiques craignent un scénario similaire chez le chien infecté par des virus porcins. Cette publication démontre le rôle de réservoir du chien, qui abrite une diversité génétique importante du virus, ce qui soulève beaucoup d'inquiétudes concernant l'apparition de variants pathogènes pour l'homme.
Le potentiel zoonotique à évaluer
Cependant, à l'heure actuelle, aucune donnée ne permet de confirmer la transmission par le chien d'un virus influenza pathogène pour l'homme, mais cela reste scientifiquement possible. Le risque d'apparition d'une nouvelle pandémie est accru du fait de la proximité de l'homme et du chien, celui-ci étant l'un des animaux de compagnie les plus représentatifs dans le monde.
Les scientifiques vont devoir étudier les caractéristiques de ces nouveaux variants, leur extension géographique et évaluer la pathogénicité et l'immunité de l'homme face à ces virus. Toutefois,
les chercheurs conseillent d'ores et déjà d'inclure l'espèce canine dans le protocole de surveillance établi pour les virus influenza pathogènes pour l'homme. La vaccination des chiens contre ces virus
pourrait également être prochainement un sujet de réflexion.
Chen Y, Trovilo N. S., Wang G. et colL Emergence and evolution of novel reassortant influenza A
viruses in canines in Southem China. MBio. 2018;9(3).

Recension faite par Mylène Panizio dans la Semaine Vétérinaire du 22 juin 2018
27
Grande Bretagne - Articles animaux / Re : Angleterre : H5N6
« Dernier message par gene le 20 juin 2018 à 12:24:40 »
Grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N6) chez un oiseau sauvage au Royaume-Uni Médecine des voyages
 Publié le 19 juin 2018 à 17h07
Auteur : Jacques MORVAN
Au Royaume-Uni, le 18 juin 2018 le Department for Environment,Food and Rural Affairs a notifié à l'Organisation mondiale de la santé animale un cas de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N6) chez une oie cendrée sauvage (Anser anser) trouvée morte le 14 juin à Armagh en Irlande du Nord.

Le séquençage indique une forte homologie avec le virus isolé d'une buse en Irlande du Nord le 23 mars 2018.

Le diagnostic a été confirmé par le Laboratoire AFBNI, Irlande du Nord (Laboratoire national) et par l'Agence des Laboratoires vétérinaires et santé animale) à Weybridge (Laboratoire de référence de l'Organisation mondiale de la santé animale).

Source : Organisation mondiale de la santé animale.

https://www.mesvaccins.net/web/news/12454-grippe-aviaire-hautement-pathogene-a-virus-a-h5n6-chez-un-oiseau-sauvage-au-royaume-uni
28
Népal - Articles animaux / Re : Népal : grippe aviaire H5N1 en 2018
« Dernier message par gene le 11 juin 2018 à 11:28:21 »
Foyer épidémique de grippe aviaire à virus A(H5N1), hautement pathogène, à Lalitpur au Népal Médecine des voyages
Publié le 10 juin 2018 à 15h53
Auteur : Claude HENGY
Au Népal, le 8 juin 2018, le Département de l'élevage a notifié à l'Organisation mondiale de la santé animale un foyer de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N1) dans une ferme de 6 000 poulets de chair dans le district de Lalitpur, rattaché à la zone de la Bagmati et à la région de développement Centre.

Les poulets ont commencé à présenter des symptômes de matité, de dyspnée et de mort subite le 20 mai et 1 340 en sont morts.

Les oiseaux morts ont été éliminés correctement.

Un total de 4 660 poulets de chair, 75 poulets de basse-cour et 512 kg d'aliments pour animaux ont été détruits et éliminés par l'équipe d'intervention rapide. L'abattage, le nettoyage et la désinfection, l'étanchéité des locaux infectés ont été achevés. La surveillance post-opératoire à l'extérieur de la zone de confinement est en cours.

Les mesures suivantes ont été mises en place :

contrôle des déplacements à l'intérieur du pays ;
surveillance à l'extérieur de la zone de confinement et / ou de protection ;
dépistage de nouveaux cas ;
mise en quarantaine ;
destruction officielle des produits animaux ;
élimination des carcasses, des sous-produits et des déchets ;
désinfection ;
vaccination interdite.
Le diagnostic a été établi par le laboratoire vétérinaire central (laboratoire national).

Source : Promed ; Organisation mondiale de la santé animale

https://www.mesvaccins.net/web/news/12416-foyer-epidemique-de-grippe-aviaire-a-virus-a-h5n1-hautement-pathogene-a-lalitpur-au-nepal
29
Chine - Articles humains / Re : Chine : grippe aviaire H7N9
« Dernier message par gene le 09 juin 2018 à 11:38:36 »
Grippe aviaire à virus hautement pathogène A(H7N9),dans la province du Liaoning, en Chine Médecine des voyages
 Publié le 8 juin 2018 à 09h57
Auteur : Claude HENGY
En Chine, le 6 juin 2018, les autorités sanitaires  ont notifié à l'Organisation mondiale de la santé animale  un foyer de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H7N9) dans un élevage de 17 000 poules pondeuses dont 9 000 sont mortes le 22 mai.

La ferme située à Shenyang, district de Liaozhong, dans la province du Liaoning,  a été mise en quarantaine, les mouvements de volailles interdits et les 8 000 autres volailles ont été abattues.

Le diagnostic a été confirmé par le Laboratoire national de référence de Harbin pour la grippe aviaire (Laboratoire de référence de l'Organisation mondiale de la santé animale).

Source : Organisation mondiale de la santé animale.

https://www.mesvaccins.net/web/news/12408-grippe-aviaire-a-virus-hautement-pathogene-a-h7n9-dans-la-province-du-liaoning-en-chine
30
Nipah / Re : Nipah en Inde en 2018
« Dernier message par gene le 05 juin 2018 à 21:23:39 »
Le virus Nipah, dangereux et peu connu, se propage en Inde
L'infection, une menace émergente, a tué pratiquement toutes ses victimes jusqu'à présent en Inde.

Par Emily Baumgaertner
4 juin 2018
Selon l'Organisation mondiale de la santé, un virus rare et dangereux pour le cerveau que les experts considèrent comme une menace épidémique a éclaté dans l'État du Kerala, en Inde, infectant au moins 18 personnes et en tuant 17 d'entre elles.

Le virus Nipah réside naturellement dans les fruits des chauves-souris à travers l'Asie du Sud et du Sud-Est, et peut se propager aux humains par contact avec les fluides corporels des animaux. Il n'y a pas de vaccin et pas de remède.

Le virus est répertorié par le W.H.O. comme une haute priorité pour la recherche. Les mesures de traitement actuelles sont insuffisantes, selon le Dr Stuart Nichol, chef de la branche des agents pathogènes viraux spéciaux au Centers for Disease Control and Prevention.

"Il y a un échec du marché pour protéger les gens de cela", a déclaré le Dr Steve Luby, épidémiologiste à l'Université de Stanford. "Ce n'est pas comme traiter la calvitie ou le cancer du sein, où les gens riches vont payer pour votre produit. Il n'y a pas de gros client ici, pas d'incitation, jusqu'à ce que ça dégénère. "
Si le virus devait se propager en dehors de l'Inde, il apparaîtrait probablement d'abord à Dubaï, où de nombreux Indiens travaillent, selon une analyse des habitudes de vol menée par l'EcoHealth Alliance, un groupe de recherche à but non lucratif.

Parmi les aéroports des États-Unis, un voyageur infecté arriverait probablement en premier à l'aéroport John F. Kennedy.
"L'objectif de la cartographie des scénarios n'est pas de créer la panique. C'est pour préparer les pays », a déclaré le Dr Peter Daszak, le président de l'alliance. "Ce virus va de mieux en mieux se propager - c'est ce que nous sommes contre. Nous devons être en avance sur la courbe. "
L'infection par Nipah produit des symptômes pseudo-grippaux, y compris des fièvres, des courbatures et des vomissements, qui évoluent souvent vers un syndrome respiratoire aigu et une encéphalite ou une inflammation cérébrale. Certains survivants montrent des effets neurologiques persistants, y compris des changements de personnalité.
Le virus a été identifié pour la première fois lors d'une épidémie en 1998 chez des éleveurs de porcs en Malaisie, où il a tué plus de 100 personnes et entraîné l'abattage de plus d'un million de porcs. Les cas apparaissent maintenant presque chaque année au Bangladesh.

L'épidémie actuelle a probablement commencé lorsque les gens ont puisé de l'eau dans un puits infesté de chauves-souris, selon le Centre national indien de contrôle des maladies, qui dirige l'enquête.

Le W.H.O. n'a pas recommandé de restrictions de voyage ou de commerce pour la région.

La Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies a annoncé l'attribution d'un montant maximal de 25 millions de dollars à Profectus BioSciences et à Emergent BioSolutions pour la mise au point d'un nouveau vaccin contre le virus Nipah. Le projet devrait durer au moins cinq ans.

https://www.nytimes.com/2018/06/04/health/nipah-virus-india-vaccine-epidemic.html

Nipah Virus, Dangerous and Little Known, Spreads in India
The infection, an emerging threat, has killed virtually all of its victims so far in India.

By Emily Baumgaertner
June 4, 2018
A rare, brain-damaging virus that experts consider a possible epidemic threat has broken out in the state of Kerala, India, for the first time, infecting at least 18 people and killing 17 of them, according to the World Health Organization.

The Nipah virus naturally resides in fruit bats across South and Southeast Asia, and can spread to humans through contact with the animals’ bodily fluids. There is no vaccine and no cure.

The virus is listed by the W.H.O. as a high priority for research. Current treatment measures are insufficient, according to Dr. Stuart Nichol, the head of the viral special pathogens branch at the Centers for Disease Control and Prevention.

“There’s a market failure for protecting people from this,” said Dr. Steve Luby, an epidemiologist at Stanford University. “It’s not like treating baldness or breast cancer, where wealthy people will pay for your product. There’s no big customer here, no incentive, until it escalates.”
If the virus were to spread outside India, it would likely appear first in Dubai, where many Indians work, according to an analysis of flight patterns conducted by the EcoHealth Alliance, a nonprofit research group.

Among United States airports, an infected traveler would likely arrive first at John F. Kennedy Airport.
“The goal of mapping scenarios out is not to create panic. It’s to get countries ready,” said Dr. Peter Daszak, the president of the alliance. “This virus will get better and better at spreading — that’s what we’re up against. We need to be ahead of the curve.”
The Nipah infection produces flulike symptoms, including fevers, body aches and vomiting, which often progress to acute respiratory syndrome and encephalitis, or brain inflammation. Some survivors show persistent neurological effects, including personality changes.
The virus was first identified during an outbreak in 1998 among pig farmers in Malaysia, where it killed over 100 people and led to the slaughtering of more than one million pigs. Cases now appear almost annually in Bangladesh.

The current outbreak likely began when people drew water from a bat-infested well, according to the India’s National Centre for Disease Control, which is leading the investigation.

The W.H.O. has not recommended any travel or trade restrictions for the region.

The Coalition for Epidemic Preparedness Innovations has announced an award of up to $25 million to Profectus BioSciences and Emergent BioSolutions to develop a vaccine again Nipah virus. The project is expected to take at least five years.
Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 ... 10