Messages récents

Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 ... 10
21
EBOLA et MARBURG / Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Dernier message par jsp le 29 mai 2018 à 20:05:54 »
https://www.franceculture.fr/sciences/republique-democratique-du-congo-docteur-ebola-et-candidat-a-la-presidentielle
 Rencontre avec Donat Mupapa Kibadi, un médecin congolais installé en France et qui porte le surnom de Docteur Ebola.
22
Risque biologique , grippe H5N8 en Bulgarie le 27 mai 2018 19:39 (UTC).

Les autorités bulgares responsables de la sécurité des aliments ont signalé dimanche l'apparition du virus de la grippe aviaire dans une ferme de canards du village de Stefanovo, dans le nord-est du pays, et déclaré que les oiseaux de la ferme étaient abattus. Il s'agit de la deuxième éclosion de grippe aviaire dans l'établissement depuis octobre, date à laquelle plus de 10 000 canards ont été abattus. Il n'était pas clair quelle souche de la grippe aviaire était. La Bulgarie a signalé une poignée de foyers de grippe aviaire depuis décembre, certains d'entre eux impliquant le virus de la grippe aviaire hautement pathogène H5N8. À la ferme de Stefanovo, une zone de protection de trois kilomètres autour de la ferme et des oiseaux domestiques, sauvages et autres a été interdite, ainsi que la vente d'œufs et de volailles, selon l'agence de sécurité alimentaire. son site web.

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/database/?pageid=event_desc&edis_id=BH-20180527-63281-BGR

Biological Hazard in Bulgaria on May 27 2018 07:39 PM (UTC).

Bulgaria's food safety agency authorities reported on Sunday an outbreak of the bird flu virus on a duck farm in the northeastern village of Stefanovo and said birds on the farm were being culled. It is the second outbreak of bird flu at the facility since October, when more than 10,000 ducks were culled. It was unclear which strain of bird flu it was. Bulgaria has reported a handful of outbreaks of bird flu since December, some of them involving the highly pathogenic H5N8 bird flu virus. At the farm in Stefanovo, a three-kilometre protection zone had been set around the farm and the movement of domestic, wild and other birds and has been banned within it, as has the sale of eggs and poultry, the food safety agency said on its website.
23
Nipah / Re : Nipah en Inde en 2018
« Dernier message par gene le 27 mai 2018 à 21:17:40 »

Épidémie de virus Nipah: le nombre de morts s'élève à 14 au Kerala, deux autres cas identifiés


Via l'Hindustan Times: épidémie de virus Nipah: le nombre de morts s'élève à 14 au Kerala, deux autres cas identifiés.

Le virus Nipah a revendiqué une nouvelle vie dimanche au Kerala, portant à 14 le nombre de morts, alors même que les autorités sanitaires ont réitéré que la situation était sous contrôle et qu'aucun nouveau cas n'a été signalé dans les zones touchées.
La dernière victime a été identifiée comme Ebin, âgé de 26 ans, qui a été admis dans un hôpital privé de Kozhikode avec une infection.
Deux autres personnes infectées par les Nipah sont en cours de traitement à l'unité de soins intensifs du Kozhikode Medical College Hospital, ont indiqué des responsables de la santé publique.
Parmi les 14 décès, 11 sont de Kozhikode et trois de Malappuram. La plupart des personnes sous observation ont été libérées après que leurs prélèvements sanguins soient devenus négatifs. Maintenant, 26 personnes sont sous observation.

https://www.hindustantimes.com/india-news/nipah-virus-outbreak-death-toll-rises-to-14-in-kerala-two-more-cases-identified/story-f4QenFXeOtJnWhw7NrVawJ.html

Nipah virus outbreak: Death toll rises to 14 in Kerala, two more cases identified

Via the Hindustan Times: Nipah virus outbreak: Death toll rises to 14 in Kerala, two more cases identified.

The Nipah virus claimed one more life in Kerala on Sunday, taking the death toll to 14 even as health authorities reiterated that the situation was under control and no fresh case was reported from affected areas.
The latest victim was identified as 26-year-old Ebin, who was admitted at a private hospital in Kozhikode with infection.
Two more Nipah-infected people are undergoing treatment at the intensive care unit of the Kozhikode Medical College Hospital, state health officials said. 
Among 14 deaths, 11 are from Kozhikode and three from Malappuram. Most of the people who were under observation were discharged after their blood samples turned negative. Now 26 people are under observation, they said.
24
Nipah / Nipah en Inde en 2018
« Dernier message par gene le 25 mai 2018 à 18:23:33 »
Cela fait plusieurs jours que je vois des messages au sujet de ce virus qui provoque des décès en Inde .

Un vent de panique souffle en Inde à cause d’un dangereux virus
par Yohan Demeure
Le virus Nipah crée actuellement un vent de panique en Inde. Le fait est que ce virus tue environ 70 % des personnes qu’il infecte, et cela a déjà coûté la vie à 10 patients en deux semaines. Par ailleurs, l’OMS est très pessimiste au sujet de cette maladie que l’on compare à Ebola.
Le 23 mai 2018, le Times of India annonçait la mauvaise nouvelle : le virus Nipah a sévi dans l’état du Kerala, dans le sud-ouest de l’Inde. Les autorités ont fait état de 13 cas avérés dont 10 morts. Par ailleurs, une vingtaine de personnes suspectées d’avoir été infectées sont actuellement à l’hôpital, et les quarantaines devraient encore se multiplier.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dresse un portait peu flatteur de ce virus :

« Le tableau clinique chez l’homme va de l’infection asymptomatique à un syndrome respiratoire aigu et à une encéphalite mortelle. »

Découvert la première fois en Malaisie en 1998, celui-ci avait ressurgi en 2004 au Bangladesh (260 morts). Il n’existe aucun vaccin ni traitement, et le virus Nipah est impitoyable, car environ 7 personnes sur 10 y succombent. L’OMS en fait d’ailleurs un futur candidat sérieux pour des épidémies d’envergure comme c’est déjà le cas avec Ebola, surtout qu’il existerait certaines souches du virus dont le taux de mortalité avoisinerait les 90 % ! Ne manquons pas d’évoquer également la fulgurance du virus puisque celui-ci peut entraîner la mort en seulement 48 heures.

Le virus Nipah est inoffensif pour son hôte naturel – à savoir le renard volant à tête grise Pteropus poliocephalus – une chauve-souris frugivore particulièrement friande de la sève de palmier. Ainsi, il suffit simplement qu’un humain grimpe sur le tronc d’un palmier contaminé par la chauve-souris ou consomme son jus frais pour contracter le virus Nipah.

Par ailleurs, les transmissions interhumaines peuvent se produire : une infirmière de 31 ans soignant des patients atteints au Kerala a été infectée et est décédée. Pour couronner le tout, le virus peut se transmettre chez les porcs ainsi que d’autres animaux domestiques.

http://sciencepost.fr/2018/05/un-vent-de-panique-souffle-en-inde-a-cause-dun-dangereux-virus/
25
Népal - Articles animaux / Re : Népal : grippe aviaire H5N1 en 2018
« Dernier message par gene le 21 mai 2018 à 13:17:34 »
Foyer de grippe aviaire hautement pathogène A(H5N1) chez des volailles au Népal
 Médecine des voyages
 Publié le 20 mai 2018 à 13h57
Auteur : Jacques MORVAN
Au Népal, le 3 mai 2018, le Département de l'élevage a notifié à l'Organisation mondiale de la santé animale un foyer de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N1) dans une ferme de poules commerciales à Khairehani, petit village du district de Chitwan dans la zone de Narayani.

Les 1500 poules pondeuses de l'élevage sont mortes. Des mesures de contrôle sont appliquées: contrôle des déplacements à l'intérieur du pays, surveillance en dehors de la zone de confinement, mise en quarantaine.

Le diagnostic a été établi par le laboratoire vétérinaire central (laboratoire national).

Source : Promed ; Organisation mondiale de la santé animale.

https://www.mesvaccins.net/web/news/12329-foyer-de-grippe-aviaire-hautement-pathogene-a-h5n1-chez-des-volailles-au-nepal
26
Médicaments / Re : interdiction du Tamiflu au Japon pour les enfants
« Dernier message par jsp le 20 mai 2018 à 08:36:53 »
https://mainichi.jp/english/articles/20180517/p2a/00m/0na/012000c

le Ministère de la santé japonais lève l'interdiction du Tamiflu pour les adolescents

 The Ministry of Health, Labor and Welfare decided on May 16 , 2018  to lift the ban on the use of the influenza antiviral medication Tamiflu on patients in their teens, it has been learned.

A special council of experts convened on the day to review Tamiflu decided that the phenomenon of unusual behavior related to incidents in 2007 was not limited to those taking the drug. As such, the health ministry plans to instruct pharmaceutical companies to revise the warning label on the medication by this fall.

In February 2007, there were two cases of junior high school students jumping to their deaths from their apartment buildings while taking the medication. The health ministry then requested the following month that doctors not prescribe the medicine to teenagers. In the eight years since the decision, there have been eight deaths -- including adults -- due to unusual behavior after taking four flu medications including Tamiflu.

On the other hand, according to a survey by a research body of the health ministry and other sources, regardless of the presence of medication or the type of medication, patients acted erratically when infected by the flu. This was also the case with many children under age 9.

Taking this into account, the expert panel recommended that the ministry do away with the prohibition measures for Tamiflu. However, because "the cause-effect relationship between influenza medications and unusual actions is unclear," the panel still requested that patients on the antivirals be warned of the side effects to avoid the danger posed by erratic behavior.

The health ministry is calling for children and teenagers that have come down with the flu to not be left by themselves or be allowed to sleep in a room facing a balcony or veranda for at least two days, regardless of whether they are taking medication or not.
27
Népal - Articles animaux / Népal : grippe aviaire H5N1 en 2018
« Dernier message par gene le 18 mai 2018 à 21:59:52 »
Risque biologique au Népal le 18 mai 2018 13:53 (UTC).

La municipalité de Khairhani dans le district de Chitwan a signalé une épidémie de grippe aviaire H5N1, ont indiqué les autorités. Le virus a tué 2 500 poules exposées dans deux fermes avicoles, tandis que les autres oiseaux domestiques, y compris les canards, les poules et les pigeons, ont été abattus par les autorités municipales. Selon le chef du Laboratoire national d'enquête sur les maladies aviaires, le Dr Daya Ram Chapagain, le virus a été détecté après que quelques échantillons de poules mortes provenant de fermes avicoles appartenant à Rajan Chaudhary et Laxman Chaudhary ont été apportés au laboratoire. En réponse à l'épidémie de grippe aviaire sévère, une réunion du cabinet jeudi a pris la décision d'abattre des oiseaux domestiques dans les zones environnantes, a déclaré le Dr Chapagain. De même, peu de zones de la municipalité ont été déclarées contaminées par l'interdiction de transporter des oiseaux à destination et en provenance des zones contaminées en vigueur. Auparavant, la grippe aviaire H5N1 avait été signalée dans le district il y a cinq ans. L'Organisation mondiale de la santé a affirmé que le virus H5N1 est un type de virus de la grippe qui cause une maladie respiratoire grave et hautement infectieuse chez les oiseaux. «Des cas humains de grippe aviaire H5N1 surviennent occasionnellement, mais il est difficile de transmettre l'infection d'une personne à l'autre: lorsque la population est infectée, le taux de mortalité est d'environ 60%», indique l'OMS.

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/database/?pageid=event_desc&edis_id=BH-20180518-63161-NPL

Biological Hazard in Nepal on May 18 2018 01:53 PM (UTC).

Khairhani Municipality in Chitwan district has reported an outbreak of H5N1 bird flu, authorities said. The virus has killed 2,500 hens exposed in two poultry farms while the remaining domestic birds including ducks, hens and pigeons were culled by the city authorities. According to Chief of National Avian Disease Investigation Laboratory, Dr Daya Ram Chapagain, the virus was detected after few samples of dead hens from poultry farms owned by Rajan Chaudhary and Laxman Chaudhary were brought to the laboratory. In response to the outbreak of severe avian influenza, a cabinet meeting on Thursday took the decision to slaughter domestic birds in the surrounding areas, Dr Chapagain said. Likewise, few areas of the municipality were declared contaminated with a ban on hauling birds, to and from, the contaminated areas in effect. Prior to this, the H5N1 avian influenza was reported in the district five years ago. The World Health Organisation has asserted that H5N1 is a type of influenza virus that causes a highly infectious, severe respiratory disease in birds. "Human cases of H5N1 avian influenza occur occasionally, but it is difficult to transmit the infection from person to person. When people do become infected, the mortality rate is about 60 per cent," WHO says.
28
EBOLA et MARBURG / Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Dernier message par jsp le 17 mai 2018 à 12:37:28 »
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/05/17/premier-signalement-d-un-cas-d-ebola-en-zone-urbaine-en-republique-democratique-du-congo_5300420_3212.html
Premier signalement d’un cas d’Ebola en zone urbaine en RDC

L’arrivée de la maladie à Mbandaka pourrait rendre l’épidémie plus difficile à combattre.
L’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) est entrée « dans une nouvelle phase ». Un premier cas de fièvre hémorragique a été découvert en zone urbaine, à Mbandaka, dans le nord-ouest du pays, a annoncé mercredi 16 mai le ministre de la santé.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait part, jeudi 17 mai, de son inquiétude : « Un nouveau cas (…) a été confirmé à Wangata, l’une des trois zones sanitaires de Mbandaka, une ville de près de 1,2 million d’habitants de la province de l’Equateur, dans le nord-ouest de la RDC », signale l’OMS, qui fait part de son inquiétude.
Avant ce dernier cas confirmé, Peter Salama, directeur du programme de gestion des situations d’urgence de l’OMS, avait déclaré que le nombre de cas suspects, probables ou confirmés était de 42, dont 23 morts. Ces cas ont été détectés dans des zones plus isolées, ce qui donnait aux autorités une meilleure chance d’isoler le virus.

Neuvième fois que le virus Ebola est constaté en RDC
L’arrivée de la maladie à Mbandaka pourrait rendre l’épidémie plus difficile à combattre, d’autant plus que la ville est située sur les rives du Congo, une artère majeure pour le commerce et la circulation des personnes vers la capitale, Kinshasa. De l’autre côté du fleuve se trouve la République du Congo.

C’est la neuvième fois que le virus Ebola est constaté en RDC. La maladie a fait sa première apparition connue près de l’Ebola, rivière du nord du pays, dans les années 1970.

Un premier lot de 4 000 vaccins contre le virus fourni par l’OMS est arrivé à Kinshasa mercredi. Le ministère de la santé a déclaré que les vaccinations commenceraient au début de la semaine prochaine. C’est la première fois que le vaccin sera utilisé depuis sa mise au point, il y a deux ans.
Développé par l’américain Merck, il n’est toujours pas homologué, mais il s’est révélé efficace lors d’essais limités en Afrique de l’Ouest lors de la grande épidémie, qui a tué 11 300 personnes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone de 2014 à 2016.

29
EBOLA et MARBURG / Re : Vaccin et traitement contre l'Ebola?
« Dernier message par jsp le 17 mai 2018 à 12:32:46 »
https://actualite.cd/2018/05/16/rdc-le-gouvernement-a-recu-5-400-doses-de-vaccin-contre-ebola/
Le gouvernement de la République démocratique du Congo  a réceptionné ce mercredi 16 mai 2018 un stock de 5400 doses de vaccin pour lutter contre le virus Ebola qui sévit à Bikoro, dans la province de l’Équateur.
La réception de ces vaccins s’est effectuée au bureau de Programme Élargi de Vaccination (PEV) en présence du ministre de la santé, Oly Ilunga.
«Une fois que nous aurons des listes des personnes et des ménages qui ont été en contact avec des cas suspects ou confirmés, au début de la semaine prochaine, nous allons commencer à faire une vaccination ciblée. Ce n’est pas une vaccination de masse. C’est une vaccination uniquement pour les contacts avec les personnes suspectées ou des cas confirmés», a expliqué le ministre de la santé.
Depuis le 14 mai dernier en territoire de Bikoro le nord-ouest de la RDC, 42 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dont 2 cas confirmés, 20 probables et 20 suspectes.
30
AMERIQUES / Bolivie : grippe H1N1 en 2018
« Dernier message par gene le 15 mai 2018 à 19:18:16 »
Bolivie: alerte à l'épidémie de grippe A
Par Alice Campaignolle    Publié le 14-05-2018

En Bolivie, une épidémie de grippe A sévit dans la partie amazonienne du pays, à l’est. Depuis le début de l’année 2018, le pays compte 22 morts et il y aurait plus de 1 000 cas avérés sur tout le territoire, dont 700 de grippe H1N1. Des campagnes de prévention rappellent les gestes essentiels pour éviter la propagation, et des espaces de quarantaine ont été installés dans les hôpitaux, mais le plus important a manqué pendant plusieurs semaines sur place : les vaccins.
De notre correspondante à la Paz,

Depuis le début de l’année, 22 personnes sont mortes de la grippe A. Mais ce chiffre ne reflète pas l’épidémie de ces dernières semaines. En effet mi-avril le pays déplorait 7 décès dus à la grippe depuis le début de l’année, et, en à peine un mois ce sont 15 personnes qui sont mortes de cette maladie. Sur les 1 100 cas avérés de grippe A, il y en aurait plus de 700 dus au virus H1N1, 300 qui seraient des cas de grippe type B, et moins d’une dizaine de H3N2. Une situation grave qui a donc poussé le département de Santa Cruz à déclarer l’état d’urgence sanitaire, en effet c’est là-bas qu’ont été recensés 95% des cas de grippe A. Cependant l’épidémie restant, pour le moment, circonscrite à ce territoire, rien ne change dans le reste du pays.

Des vaccins arrivés trop tardivement

Selon les autorités boliviennes de santé, il est important de se faire vacciner contre la grippe en début d’hiver, surtout pour les populations les plus vulnérables, les personnes âgées, les enfants en bas âge ou les femmes enceintes. Mais voilà, comme chaque année, les vaccins ne sont arrivés dans le pays que la semaine dernière. L’organisation panaméricaine de santé, le bureau régional de l’OMS, a reconnu que le retard dans l’acheminement des vaccins était de sa responsabilité. En cause, un changement de composition du vaccin, composition qui était restée la même en 2016 et 2017. Autre raison avancée par l’organisation : en principe le pic épidémiologique en Amérique Latine a lieu en mai, et pas en avril comme cette année.

Le département de Santa Cruz en état d'urgence sanitaire mais mal approvisionné en vaccins

La campagne de vaccination a donc enfin débuté, mais pour le département de Santa Cruz, le plus touché, il a fallu attendre encore un jour après l’arrivée des vaccins sur le territoire, qui ont tout d’abord été livrés à La Paz. Ce sont 1,8 million de doses qui ont été réparties sur tout le territoire, mais le département de Santa Cruz, pourtant le plus peuplé et le plus touché par la grippe en a reçu moins que celui de La Paz.

Certains centres de santé du département sont d’ailleurs déjà arrivés au bout de leurs stocks, après 4 jours de vaccination intensive. De plus, samedi dernier, le travail s’est quasiment arrêté dans une grande majorité des centres de santé car c’était le jour des infirmières, et ces dernières profitaient donc d’une journée libre. Malgré le début de cette campagne de vaccination, les choses ne sont donc pas tout à fait rentrées dans l’ordre, et certains médecins ont exprimé leur inquiétude pour les zones plus rurales de l’est du pays où il est difficile d’accéder à des soins médicaux

http://www.rfi.fr/ameriques/20180514-bolivie-epidemie-grippe-aviaire-virus-h1n1
Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 ... 10