Messages récents

Pages: [1] 2 3 4 5 ... 10
1
Cambodge - Articles animaux / Re : Cambodge : H5N1 en 2018
« Dernier message par gene le 03 septembre 2018 à 14:33:46 »
Foyer de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N1) chez des volailles au Cambodge Médecine des voyages
 Publié le 2 sept. 2018 à 15h40
Auteur : Jacques MORVAN
Au Cambodge, le 31 août 2018, le General Directorate of Animal Health and Production (GDAHP) a notifié à l'Organisation mondiale de la santé animale un foyer de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N1) chez des volailles à Trorpang Sangker, Srorlob, dans la province de Thoung Khmum au sud-est du pays. Sur un élevage de 378 volailles, 318 sont mortes.

Le diagnostic a été confirmé par l'Institut Pasteur du Cambodge (Laboratoire de référence régional).

Source : Organisation mondiale de la santé animale.

https://www.mesvaccins.net/web/news/12796-foyer-de-grippe-aviaire-hautement-pathogene-a-h5n1-chez-des-volailles-au-cambodge
2
En refusant de dévoiler les cellules souches d’un virus mortel, la Chine met le monde en danger de pandémie

par Brice Louvet
31 août 2018, 14 h 16 min

Malgré un accord conclu par l’Organisation mondiale de la Santé, les autorités sanitaires chinoises n’ont toujours pas envoyé d’échantillons de grippe aviaire H7N9 à leurs homologues américains. Et ça dure depuis plusieurs mois.

Selon le New York Times, la Chine n’a pas transmis d’échantillons de souche de la grippe H7N9 aux autorités sanitaires américaines depuis plus d’un an. Un échange d’informations pourtant nécessaire pour développer traitements et vaccins. « La mise en péril de l’accès des États-Unis aux agents pathogènes étrangers et aux thérapies pour les contrer affecte la capacité de notre nation à se protéger contre les infections qui peuvent se répandre dans le monde entier », déplore dans les colonnes du NYT le docteur Michael Callahan, de la Harvard Medical School. Et lorsque l’on parle de prochaine pandémie mondiale, le virus H7N9 se présente comme le parfait candidat.

Implanté en Chine en 2013, le virus s’est propagé dans les élevages de volailles et a en effet infecté les humains de 2016 à 2017 (766 cas signalés), d’où l’intérêt des Américains à vouloir étudier l’évolution du virus. Mais pour ce faire, des échantillons sont nécessaires. Les États-Unis se retrouvent ainsi exposés à une potentielle pandémie. Si la souche n’est pas contenue, elle pourrait en effet très facilement se propager dans le monde entier, et demeurer insensible aux traitements et vaccins actuellement proposés. « La grippe pandémique se propage plus vite que toute autre chose, explique Rick A. Bright, directeur de la Biomedical Advanced Research and Development Authority. Il n’y a rien pour le retenir. Chaque minute compte ».

Des tensions commerciales récentes – la taxation des produits d’importation de l’administration Trump – pourraient expliquer ce manque de communication bilatérale, relève le New York Times. Problème : Les États-Unis dépendent de la Chine non seulement pour les échantillons de grippe H7N9, « mais aussi pour les fournitures médicales, telles que les gouttes à gouttes en plastique pour les solutions salines intraveineuses, ainsi que pour certains ingrédients utilisés en oncologie et en anesthésie », peut-on lire. « Il n’y a pas de stocks », et « les hauts responsables commerciaux des deux gouvernements considèrent les échantillons viraux comme n’importe quel autre produit de laboratoire, et ne connaissent peut-être pas leur rôle essentiel dans la sécurité mondiale ».

https://sciencepost.fr/2018/08/en-refusant-de-devoiler-les-cellules-souches-dun-virus-mortel-la-chine-met-le-monde-en-danger-de-pandemie/
3
Cambodge - Articles animaux / Re : Cambodge : H5N1 en 2018
« Dernier message par gene le 30 août 2018 à 10:06:34 »
Cas de grippe H5N1 au Cambodge (30/08/18)
A la suite d'une épidémie de grippe aviaire dans la province de Tboung Khmum la semaine dernière, les responsables provinciaux et ministériels ont averti les villageois d'être prudents et conscients que le virus pourrait être transmis aux humains. Heng Piseth, directeur du département provincial de l'agriculture, a déclaré hier que le 22 août, 40 poulets infectés par le virus H5N1, communément appelé grippe aviaire, avaient été découverts. M. Piseth a déclaré que l'épidémie avait incité les autorités à brûler 70 poulets et leurs cages, ainsi qu'à pulvériser de l'antiseptique dans la maison où l'épidémie s'était produite. Les déchets de poulet et autres matériaux utilisés pour nourrir les poulets ont également été détruits, a-t-il ajouté. "Nos fonctionnaires continueront à surveiller et à pulvériser l'antiseptique deux à trois fois par jour", a déclaré M. Piseth.

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/database/?pageid=event_desc&edis_id=BH-20180830-64444-KHM

Biological Hazard in Cambodia on August 30 2018 04:39 AM (UTC).

Following an outbreak of bird flu in Tboung Khmum province last week, provincial and ministry officials are warning villagers to be cautious and aware that the virus could be transmitted to humans. Heng Piseth, provincial agriculture department director, said yesterday that on August 22, 40 infected chickens were found with H5N1, commonly known as bird flu. Mr Piseth said the outbreak prompted authorities to burn 70 chickens and their cages, along with spraying antiseptic in the house where the outbreak occurred. Chicken waste and other materials used to feed the chickens were also destroyed, he added. "Our officials will continue to monitor and spray antiseptic two to three times a day," Mr Piseth said. "In addition, we will follow up for another month and call experts to continuously check back to prevent the case from happening in the area again." Provincial health department director Keo Vannak said yesterday that the outbreak was contained without spreading the infection to humans. He noted that health officials tasked with monitoring the flu must protect themselves while they educate and distribute leaflets to people living in the area. "Since the information about the outbreak reached me, we have gone to educate villagers on the dangers of bird flu," he said. "We also have a working team checking people's health." Health Ministry spokesman Ly Sovann said yesterday that although there were no human infections, health officials must continue to monitor the area. Mr Sovann, who is also the director of the ministry's department of communicable disease control, said that symptoms usually occur 14 days after contracting the virus. "Everyone please be careful about bird flu because we don't yet have the capability to eradicate it," he said. "So when you see a sick duck or chicken, please don't sell it to other people. "We have to burn the bird or bury the bird and quickly report the incident to your nearest health official." In late 2017 and early 2018, cases of bird flu were found in Phnom Penh, Kampong Cham and Kampong Thom.
4
EBOLA et MARBURG / Re : EBOLA 2014 République Démocratique du Congo
« Dernier message par jsp le 27 août 2018 à 13:09:12 »
https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/08/25/la-lutte-contre-ebola-en-rdc-compromise-par-les-conflits-armes_5346127_3244.html

La lutte contre Ebola en RDC compromise par les conflits armés

L’épidémie déclarée le 1er août dans le Nord-Kivu, à l’est du pays, a déjà fait 61 morts. De nombreuses zones sont inaccessibles aux soignants.
La dixième épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo a pris tout le monde par surprise. Elle a été déclarée le 1er août dans le Nord-Kivu (est), une semaine après la fin de l’épidémie qui a sévi dans le nord-ouest du pays, dans la province de l’Equateur. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan s’élève déjà à 63 morts sur un total de 103 malades et le nombre de personnes infectées ne cesse de progresser.
« Même si le virus est bien moins contagieux que la grippe ou la rougeole, il faut s’attendre au moins à un doublement des cas dans les huit à dix jours à venir », estime Gwenala Seroux, responsable de la cellule des urgences pour Médecins sans frontières (MSF), qui revient d’une mission sur place. Dans cette région de forte densité, où s’affrontent de nombreux groupes armés, bien des zones sont inaccessibles et l’étendue réelle de l’épidémie n’est pas connue. « Elle a sans doute démarré en mai, et lorsque nous sommes arrivés à Mangina [l’épicentre], il y avait déjà beaucoup de cas, notamment parmi le personnel soignant de l’hôpital », précise Mme Seroux

Le vaccin rVSV-Zebov du laboratoire américain Merck a  été déployé : plus de 2 600 personnes ont été vaccinées, parmi les contacts et les contacts de contacts des malades. Cette vaccination « en anneau » aurait contribué à la maîtrise de l’épidémie dans la province de l'Equateur, mais cette stratégie ne pourra pas être répliquée dans le Nord-Kivu, où le suivi des contacts est compliqué. « En Afrique de l’Ouest, la chaîne de transmission avait pu être cassée. Là, le virus risque de continuer à circuler dans la communauté », souligne le Dr Denis Malvy, chercheur à l’INSERM et chef de service des maladies tropicales au CHU de Bordeaux.
5
EPIDEMIES HUMAINES EN COURS / Re : Choléra en Algérie
« Dernier message par jsp le 27 août 2018 à 13:02:22 »
https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/08/26/cholera-en-algerie-a-l-hopital-de-boufarik-on-a-declenche-le-plan-orsec_5346397_3212.html

Les autorités algériennes ont confirmé jeudi soir l’apparition d’une épidémie de choléra, dans les régions de Blida – là où se trouve l’hôpital de Boufarik –, Alger, Bouira et Tipaza, assurant que l’épidémie était limitée « à quelques familles » et que la situation était « maîtrisée ».

Samedi, le ministère a confirmé le décès de deux patients et annoncé avoir découvert l’origine de la propagation de la bactérie : une source d’eau près de Tipaza, région limitrophe de l’ouest de la capitale. Dimanche matin, un nouveau bilan officiel est publié : 47 cas de choléra ont été confirmés, 147 personnes sont hospitalisées et la région de Médéa est désormais touchée.
6
EPIDEMIES HUMAINES EN COURS / fièvre jaune en Guyane française
« Dernier message par gene le 26 août 2018 à 21:09:23 »
Fièvre jaune - France - Guyane française

24 août 2018

Le 14 août 2018, le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe a communiqué à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) un cas confirmé de fièvre jaune en Guyane française. Le 10 août 2018, le Centre national français de référence pour les arbovirus (Institut Pasteur de la Guyane) a signalé un cas de fièvre jaune autochtone (acquis localement) et confirmé en laboratoire chez un Suisses de 47 ans non vacciné en Guyane. Depuis avril 2018, le patient a vécu dans une zone forestière de la commune de Roura en Guyane française. Le 4 août 2018, il a développé des symptômes pseudo-grippaux et, le 8 août 2018, il a été hospitalisé à Cayenne, en Guyane, avec une hépatite fulminante. Le 9 août 2018, il a été transféré à Paris, en France, où il a reçu une greffe du foie.

Des enquêtes épidémiologiques et entomologiques ont été menées et aucun autre cas n'a été identifié dans la zone d'hébergement du patient. Au cours de la recherche du contrat, il a été révélé que les contacts du patient ne signalaient aucune mortalité inhabituelle chez les primates non humains.

Un test de réaction en chaîne par polymérase en transcription inverse (RT-PCR) a été effectué au Centre national de référence français et était positif pour la fièvre jaune.

http://www.who.int/csr/don/24-august-2018-yellow-fever-french-guiana/en/

Yellow fever – France – French Guiana

Disease outbreak news
24 August 2018

On 14 August 2018, the World Health Organization (WHO) received information from the WHO Regional Office for Europe about a confirmed yellow fever case in French Guiana. On 10 August 2018, the French National Reference Centre for arboviruses (Institut Pasteur de la Guyane) reported an autochthonous (locally acquired) laboratory confirmed case of yellow fever in an unvaccinated 47-year-old Swiss man in French Guiana. Since April 2018, the case patient has lived in a forest area in the commune of Roura in French Guiana. On 4 August 2018, he developed flu-like symptoms, and on 8 August 2018 he was hospitalized in Cayenne, French Guiana, with fulminant hepatitis. On 9 August 2018, he was transferred to Paris, France where he received a liver transplant.

Epidemiological and entomological investigations have been conducted and no additional cases have been identified in the area of the patient’s accommodation. During contract tracing it was revealed that contacts of the case-patient did not report any unusual non-human primate mortality.

A reverse transcription polymerase chain reaction (RT-PCR) test was conducted at the French National Reference Centre and was positive for yellow fever.
7
histoire: peste et typhus / Re : témoin de la peste apportée à Marseille , une ancre
« Dernier message par jsp le 24 août 2018 à 14:01:57 »
https://www.youtube.com/watch?v=ZA604YJ2Eio&vl=fr
L'ombre d'un doute - La peste de 1720 : a-t-on sacrifié Marseille ?

 Sur la peste à Marseille en 1720 : rôle des édiles , négociants, qui ont laissé rentrer une cargaison d'étoffes précieuses , alors que le St-Antoine aurait dû faire sa quarantaine à l'île de Jarre
les mêmes mécanismes , toujours, d'intérêts économiques !


8
EPIDEMIES HUMAINES EN COURS / Choléra en Algérie
« Dernier message par jsp le 24 août 2018 à 13:46:07 »
https://www.leprogres.fr/france-monde/2018/08/24/cholera-en-algerie-les-autorites-accusees-d-avoir-cache-la-verite
Deux semaines. Il aura fallu deux semaines pour que les autorités algériennes apportent la confirmation que le choléra était de retour dans le pays, 22 ans après son éradication.

Dès la première vague d'hospitalisations, le mot "choléra" a circulé. Une hypothèse contredite dans l'immédiat par les autorités sanitaires, qui ont fait état d'une "maladie non identifiée" provoquant les mêmes symptômes qu'une intoxication alimentaire, à savoir des vomissements et une diarrhée.
Un démenti catégorique a même été apporté par l'Institut Pasteur d'Algérie. "Les analyses préliminaires ont suffi à prouver qu'il ne s'agit nullement de cas de choléra", a ainsi affirmé lundi son directeur général, Zoubir Harrat, au cours d'une conférence de presse conjointe avec le directeur de la prévention au ministère de la Santé, Djamel Fourar.
Mais jeudi, volte-face : les deux mêmes directeurs ont tenu une nouvelle conférence de presse à l’Institut national de la santé publique à Alger au cours de laquelle ils ont confirmé qu'il s'agissait bien du choléra.
"C'est une situation exceptionnelle"
En totalité, "88 cas de choléra ont été détectés, dont 41 confirmés" sur les 180 cas suspectés parmi les personnes qui ont été hospitalisées à Alger, Blida, Tipasa et Bouira, selon El Watan.
Quatre Wilaya (régions) du Nord algérien sont concernées par l'épidémie. La Wilaya de Blida est la plus touchée, avec 50 cas, dont 22 confirmés, suivie de Tipaza (11 cas confirmés sur 18), d'Alger (5 cas confirmés sur 14) et de Bouira (3 cas confirmés sur 6). Quelque 26 enfants âgés entre 4 et 15 ans font partie des victimes. Une personne serait décédée.
"On a vraiment dû s'assurer qu'il s'agissait de cela, parce que c'est une situation exceptionnelle. On a dû identifier la bactérie du choléra. Cela nous a pris quelques jours", a justifié le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie, Zoubir Harrat.
Les premières analyses bactériologiques effectuées sur des personnes atteintes indiquent que "la maladie s'est propagée en raison du non-respect des règles d’hygiène concernant la consommation de certains aliments, excluant une contamination liée à la consommation d’eau" d'après le journal.
9
MERS CoV / Mers en Angleterre en 2018
« Dernier message par gene le 23 août 2018 à 21:45:51 »
Un patient a été diagnostiqué comme le premier cas de virus Mers en Angleterre depuis 2013
Les autorités sanitaires recherchent des personnes en contact étroit avec des résidents du Moyen-Orient
Une personne chez qui le premier cas de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers) a été diagnostiqué en Angleterre depuis 2013 serait dans un état stable.

Public Health England (PHE) a déclaré que le patient résidait au Moyen-Orient, où on pense qu’il a contracté l’infection avant de se rendre au Royaume-Uni.

"Bien que cette infection soit grave pour l'individu, le risque de transmission à la population générale à partir de ce cas est très faible", a déclaré un porte-parole.

Il a déclaré que le patient avait été initialement admis dans un hôpital de Leeds, puis transféré à l’hôpital de Liverpool, centre spécialisé dans les maladies respiratoires infectieuses, où ils sont stables et reçoivent un traitement approprié.

PHE a déclaré que Mers-CoV (le virus qui cause le Mers) ne peut se propager que si une personne est en contact étroit avec un patient pendant une période prolongée, ce qui signifie que le risque de maladie est très faible.

https://www.theguardian.com/society/2018/aug/23/patient-diagnosed-with-first-case-of-mers-virus-in-england-since-2013

Patient diagnosed with first case of Mers virus in England since 2013
Health authorities are tracing people who were in close contact with Middle East resident
A person who was diagnosed with the first case of Middle East Respiratory Syndrome (Mers) in England since 2013 is said to be in a stable condition.

Public Health England (PHE) said the patient is a resident of the Middle East, where they are believed to have contracted the infection before travelling to the UK.

“While this is a serious infection for the individual, the risk of transmission to the general population from this case is very low,” a spokesman said.

He said the patient was initially admitted to a hospital in Leeds and then transferred to Liverpool hospital, an expert respiratory infectious disease centre, where they are stable and receiving appropriate treatment.

PHE said Mers-CoV (the virus that causes Mers) can be spread only when someone is in close contact with a patient over a sustained period of time, which means there is a very low risk to the general population of becoming ill.
.....................
10
Moyen Orient - Articles animaux H5N8 / Re : H5N8 en Arabie Saoudite en 2107
« Dernier message par gene le 25 juillet 2018 à 21:35:17 »
L’épizootie de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N8) se poursuit en Arabie saoudite Médecine des voyages
Publié le 24 juil. 2018 à 19h08
Auteur : Jacques MORVAN
En Arabie saoudite, le ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture a confirmé le 20 juillet 2018 un cas de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N8) sur le marché des oiseaux à Riyad.

Le porte-parole du ministère a déclaré dans un communiqué que le ministère a pris des mesures pour contrôler la propagation de la maladie.

Cette épizootie aurait commencé en Arabie Saoudite le 19 décembre 2017.

Jusqu'à la mi-avril 2018, un total de 32 foyers répartis dans tout le pays ont été signalés touchant 5 539 359 oiseaux dont 161 778 sont morts.

Source : Promed.

https://www.mesvaccins.net/web/news/12603-l-epizootie-de-grippe-aviaire-hautement-pathogene-a-virus-a-h5n8-se-poursuit-en-arabie-saoudite
Pages: [1] 2 3 4 5 ... 10