Forum Influmation

VIRUS H5N1 => L'Océanie => Informations OCEANIE => Discussion démarrée par: gene le 19 décembre 2006 à 21:59:04

Titre: Ile Maurice: 2 000 oiseaux migrateurs sous haute surveillance à Terre-Rouge
Posté par: gene le 19 décembre 2006 à 21:59:04
Ile Maurice: 2 000 oiseaux migrateurs sous haute surveillance à Terre-Rouge
 
L'Express (Port Louis)

19 Décembre 2006
Publié sur le web le 19 Décembre 2006

Bernard Saminaden
Port Louis

Le nombre d'oiseaux migrateurs atteignant un pic en décembre, les autorités redoublent de vigilance. Cette année, la menace pourrait aussi venir du continent africain.

Les fientes d'oiseaux sont actuellement soumises à des analyses poussées.

   
Effrayé à l'idée de contracter le chikungunya, le Mauricien multiplie les précautions pour éliminer l'aedes albopictus, le moustique vecteur de la maladie. À tel point qu'il en oublierait presque l'autre virus qui le guette avec l'arrivée, sur nos rives, des oiseaux migrateurs : la grippe aviaire. Mais les autorités sanitaires, elles, veillent au grain. Le département du service des vétérinaires du ministère de l'Agro-industrie a redoublé d'efforts cette année au niveau de la surveillance de ces régions à risques. D'autant plus que nombre de ces volatiles ne sont pas bagués.

Le ruisseau de Terre-Rouge est de ceux-là : ils sont en effet plus de 2 000 oiseaux migrateurs à s'y être arrêtés depuis l'arrivée de l'hiver en Europe au mois d'octobre. Leur nombre a encore augmenté ces derniers jours, décembre étant le mois où leur nombre atteint un pic à Maurice.

Outre l'estuaire de Terre-Rouge, une partie de ces oiseaux se trouve sur la côte ouest de Maurice, notamment de Tamarin jusqu'au Morne.

Pas de bagues

Si les dernières analyses effectuées il y a quelques jours sur les fientes de ces oiseaux ont permis de constater qu'il n'y avait aucune trace du virus H5N1, la vigilance est toujours de mise. En effet, le danger est bien réel, a indiqué à l'express, hier, le Dr Lewis Prayag, haut cadre des services vétérinaires du ministère de la Santé.

Il fait aussi remarquer que, contrairement à l'année dernière, des oiseaux ne sont pas abattus pour être analysés. Seules leurs matières fécales sont soumises à des analyses poussées.

Toutefois, il existe une lacune au niveau de la surveillance des oiseaux migrateurs à Maurice. Une bonne partie de ces oiseaux n'ont pas, aux pattes, l'anneau faisant aussi office de mini-émetteur. Ce dispositif permettrait de collecter un bon nombre d'informations sur l'état de santé et le parcours de ces volatiles.

La majeure partie provient des pays nordiques d'Europe, de la Russie, de l'Allemagne, des pays d'Asie du Sud-Est. Certains viennent aussi de l'Afrique en passant par l'Afrique du Sud et Madagascar. Ce qui n'est pas pour rassurer les autorités, car cette année, pas moins de huit pays du Continent Noir ont été menacés par la grippe aviaire. Des élevages de poulets comptant plusieurs millions de volailles ont été abattus pour cause de grippe aviaire.

154 morts dans le monde

Et la situation ne semble guère vouloir s'améliorer en Afrique. En effet, la conférence internationale sur la grippe aviaire en Afrique qui s'est achevée vendredi dernier, à Bamako au Mali, et à laquelle Maurice participait, a donné des indications inquiétantes. Les différents experts présents ont fait comprendre que de nouvelles menaces de la grippe aviaire pèsent actuellement sur trois pays africains, notamment le Soudan, l'Egypte et le Nigeria. C'est donc peut-être de là que viendrait le danger.

Le virus H5NI a déjà tué 154 personnes dans le monde et constitue selon les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) un véritable danger pour l'Afrique qui est le maillon faible dans la prévention de cette maladie très dangereuse pour l'être humain. Huit pays d'Afrique ont déjà enregistré des foyers de grippe aviaire dans des élevages de poulets.

À Maurice, ce sont les mois de décembre, janvier et février qui sont les plus à risque, et cela, en raison du flux des oiseaux migrateurs vers Maurice. Ainsi, des consignes très strictes ont été données aux responsables de fermes d'élevage de poulets locales pour qu'elles ne laissent approcher aucun oiseau migrateur. Il est formellement interdit, par exemple, de les nourrir.

Les Mauriciens doivent en outre éviter de ramasser un oiseau ou une volaille morte de manière suspecte. Mieux vaut, dans ce cas, recourir au département des services vétérinaires.

En ce qui concerne les médicaments pour soigner la grippe aviaire, Maurice a déjà constitué un stock important de Tamiflu, un puissant antiviral. Paule Kieny, directrice générale des recherches vaccinales à l'OMS a, lors d'une récente conférence internationale en Thaïlande indiqué que d'ici une année un vaccin contre la grippe aviaire sera disponible pour les humains.

D'ailleurs, le laboratoire Glaxo SmithKline a mis au point un prototype de vaccin, le Daronrix en utilisant le virus H5NI. Ce laboratoire européen a obtenu le feu vert de l'Agence européenne du médicament pour poursuivre ses essais et ses recherches.

http://fr.allafrica.com/stories/200612190495.html