Forum Influmation

HISTOIRE DE LA MEDECINE => HISTOIRE DE LA MEDECINE => Historique de la pandémie de 1918 => Discussion démarrée par: alain le 10 décembre 2006 à 10:12:55

Titre: vielles pandemies depuis des siecles
Posté par: alain le 10 décembre 2006 à 10:12:55
de ANNE

Mortalités aviaires [modifier]
De nombreux chroniqueurs du Moyen Âge, et dès le VIIe siècle ont rapporté des épisodes de mortalités aviaires massives chez les volailles (ou pigeons, probablement souvent domestiqués ou semi-domestiqués).
- en 671 : mortalité épidémique massive de différentes espèces de basse-cour en Angleterre ; mais concommitante à une mortalité massive d’oiseaux sauvages « les oiseaux petits et grands tombaient morts (…) et c’est à peine si l’on pouvait encore voir une pie, une corneille ou un autre oiseau » rapportait un chroniqueur de Magdeburg ;
- en 1578 : Ce sont les poules qui meurent à Paris ;:
- en 1614 : Une épidémie tue les hommes en Bohème, alors que les poules qui « se réunissaient à 6 ou 7, mettaient les têtes ensemble, tombaient à terre et mourraient » (3) ;
- en 1656, c’est une « énorme mortalité de pélicans aux Antilles » (3) qui impressionne les antillais ;
- en 1714 : Les pigeons de Paris sont décimés par « petite vérole ». On décide de les tuer tous, croyant «qu’ils transportaient le virus chez les hommes et les brebis » (3) ;
- de 1718 à 1721 : Les oies sont décimées en 1718 et 1719 en Silésie, avec des symptômes qui touchent aussi les cigognes qui meurent en masse en 1721 (les cadavres des gros oiseaux sont faciles à voir, peut-être y a-t-il eu aussi des mortalités chez de petits oiseaux ?). Notons que cet épisode correspond à la fin d’une guerre de 2 ans (la troisième) de l'Autriche contre les Turcs de 1716 à 1718).
- en 1720 : Les oies trop nombreuses, gâtant les pâtis et les prés par leur déjections, causent une grande mortalité chez les bestiaux. Par arrêt de la police locale, il est défendu à chaque ménage de Dombrot-sur-Vair (dans les Vosges) de nourrir plus de 12 oies outre les oisons, et de les conduire et garder dans les versaines, sous peine d’une amande de 5 fr. barrois.
- en 1763 : épizootie aviaire dans toute l’Europe, attribuée à la fièvre aphteuse ;
- en 1769 : dans le Hanovre, les oies sont décimées ;
- en 1774 : selon la Gazette de la santé (Février), 600 oies ont été trouvées mortes sur les berges de la Meurthe en Lorraine (après des diarrhées et vertiges) ;
- en 1789 : une grave épizootie (maladie infectieuse avec lésions de appareils respiratoire et de l’intestin) touche cette fois les poules d’Italie du Nord (3).;
- en 1830 : nouvelle épizootie européenne, attribuée au choléra humain ;
- de 1830 à 1831 : Des vagues de mortalité aviaire (attribuée au choléra humain) se succèdent dans toute l’Europe, à partir du Duché de Poznen en Pologne (pour les cas les plus graves) (3) : « les premières attaquées furent, en général, les oies, puis les canards et les dindons, les dernières les poules. Il y en avait qui avaient la diarrhée, ils commençaient à boiter (…) ne purent plus marcher, se reposaient sans pouvoir se relever (…) et moururent subitement (…) ; La maladie touche aussi les canards sauvages du lac de Golpo ».
En 1831, la maladie gagne la Moravie et la Silésie : « les poules, les canards et les oies furent subitement attaquées (…), devinrent tristes, ne mangèrent plus, la tête s’enfla, devint bleue et bientôt la mort entra » ;

- en 1841 : « une quantité inouïe de canards sauvages, la plupart morts, furent rejetés par la mer aux côtes du départ des Landes (…) » (3 );
- de 1880 à 1900 : vagues successives de mortalité chez la volaille, souvent attribuables à la peste aviaire vraie ;
- en 1948 : cas très probables de peste aviaire en France (poules, dindons et canards)

Ampleur des mortalités : [modifier]
Peu d’indices permettent de quantifier le nombre d’oiseaux d’élevage ou sauvages morts ou malades, mais des textes évoquent des hécatombes d’oiseaux sauvages, la disparition des chants des coqs, le silence qui remplaçait les chant des oiseaux, et surtout la puanteur des cadavres.

Ces indices rapportés à quelques reprises, surtout en Europe au XVIIe siècle et plus encore au XVIIIe siècle laissent penser que des quantités très importantes d’oiseaux ont été touchées par ces épizooties.

En 1841 : « une quantité inouïe de canards sauvages, la plupart morts, furent rejetés par la mer aux côtes du départ des Landes (..), la masse totale des oiseaux pris pouvait monter à 20 000 » (3 );

En Amérique du nord [modifier]
En 1783-84, de nombreux fermiers sont touchés par une très grosse épizootie qui justifiera l’abattage de 11 millions de poulets, chiffre énorme pour l’époque. (Source J. Blancou)


Explications données par les chroniqueurs médiévaux [modifier]
Concernant les mortalités d’oiseaux sauvages, faute de connaître les modes d'action et de transmission des virus, et peut-être au vu des symptômes hémorragiques ou des ½dèmes, les auteurs contemporains de ces mortalités aviaires les ont souvent attribué à des guerres opposant des oiseaux d’espèces différentes ou d’une même espèce.

Ainsi en 571 dans « A General Chronological History of the Air » on lit que « le 24 septembre, il y eu un grand combat et une hécatombe d’oiseaux sauvages».
En Irlande, les Annals of Clonmacnoise gardent la mémoire d’une bataille dans laquelle en l’an 942, les mouettes et corneilles se seraient entretuées. Ce sont les corneilles (corbeaux ?) qui ont perdu laissant des milliers de cadavres sur le terrain (mais peut-être les cadavres de mouettes mortes en mer n’ont pas ou peu été retrouvés). : « on assista à une querelle entre les oiseaux marins et terrestres à Clonvicknose, au cours duquel ce sont les corbeaux qui furent massacrés » ; Corneilles et corbeaux mangent volontiers les cadavres d’autres animaux ou des oiseaux malades et peuvent ainsi s’infecter.
En 1366, en Angleterre, selon Short, une supposée guerre aviaire aurait opposé des moineaux, et suscité une épidémie humaine : « cette année, survint aussi une grande querelle entre moineaux, qui tourna en une bataille rangée au cours de laquelle d’innombrables combattants perdirent la vie. Il s’en suivit une importante mortalité chez les êtres humains, dont beaucoup furent trouvés morts le matin, alors qu’ils s’étaient couchés en bonne santé la veille »(2).
En Italie, les chroniqueurs décrivent une guerre généralisée opposant cette fois de nombreuses espèces d’oiseaux, suivie d’une puanteur telle que les habitants ont dû provisoirement quitter la région. (On ne peut être certain qu’il s’agit de la peste aviaire, mais des mortalités importantes ont marqué les chroniques de ces époques).
Les dates de toutes ces « batailles » ont été relevées par Fleming (2).

Dans ces derniers cas, l’influenza aviaire hautement pathogène peut être suspectée au vu des symptômes et de certaines caractéristiques écoépidémiologiques, en particulier avec des épizootie commençant chez les oies ou les canards dont on sait aujourd’hui qu’ils sont très susceptibles au virus. Le cygne semble pas ou peu évoqué, mais peut-être ses populations étaient elles déjà décimées par la chasse.). Dans deux cas, les chroniqueurs eux-mêmes notent une concomitance entre épizootie aviaire et épidémie humaine ;

- en 1366 en Angleterre chez des oiseaux sauvages,
- puis 248 ans plus tard (en 1614) en Bohème chez des volailles,

L’épidémiologie rétrospective ; une science délicate [modifier]
L'épidémiologie rétrospective est une science difficile :

« On ne sait pas si la peste de Justinien était vraiment la peste » rappelle Norbert GUALDE.
Les épizootie étaient courantes mais elles semblaient tout à fait circonscrites, même à l’intérieur de l’Europe, peut-être parce que les oiseaux les plus sensibles mourraient rapidement sans que le virus ait le temps de beaucoup se diffuser. On ne connaît pas par les archives de panzootie (une zoonose qui se propagerait à tous les continents) dans le passé.

Premières données fiables : [modifier]
Dès le début du XIXe siècle, les rapports sur la peste aviaire se font plus précis (la vraie peste aviaire ne sera caractérisée qu’à la fin du XIXème siècle). Les données épidémiologique seront de mieux en mieux documentées, notamment après la création de l’OIE, avec aux Pays-Bas en 2003, une zoonose entrainant l’abattage de millions de volailles, pour un coût d’environ 1 milliards d’euros.


Titre: epidemie du passé
Posté par: gene le 28 juillet 2007 à 20:12:07
Les grandes épidémies de grippe de 1173 à 1999

Beaucoup de généalogistes rencontrent des familles dans lesquelles plusieurs individus sont décédés dans un intervalle très court. Ceci peut être dû à toutes sortes d'épidémies [cholera, peste, rougeole...] , dont des épidémies de grippes.

Voici un tableau qui résume les dates de ces dernières, ayant touché la France depuis le XIIIème siècle. Toutes n'ont pas forcément provoqué la même mortalité.
Je vous conseille aussi la page consacrée spécifiquement à la grippe espagnole (1918-1920), sur laquelle un recensement des personnes décédées de cette épidémie a été initié pour les gens intéressés.



(Un * dans la catégorie 'Diffusion géographique' vous indique un lien avec un texte plus détaillé sur le parcours du virus)

Date Contagiosité Diffusion géographique Commentaire Souche
infectante
1173 - 1174 + En Europe. Première description convainquante d'une épidémie de grippe. 
1200 - 1500 7 épidémies documentées mais qui ne peuvent pas être évaluées selon les catégories de ce tableau
1510 ++ Afrique, Europe Originaire d'Afrique inconnue
1557 + Europe, Japon * Origine inconnue.
Causa plus de 8000 décès à Rome et décima des villages entiers du Sud de l'Europe inconnue
1580 +++ Europe, Afrique, Amérique du Nord Origine asiatique
Débuta en été 1580 inconnue
1600 - 1699 5 à 8 épidémies qui ne peuvent pas être évaluées selon les catégories de ce tableau
1729 - 1733 +++ Europe, Amérique (N&S), Russie* Originaire de Russie.
Débuta au printemps 1729.
2 vagues d'épidémie, la seconde plus sévère. inconnue
1761 - 1762 + Europe, Amérique du Nord Origine inconnue.
Débuta en hiver 1761 inconnue
1781 - 1782 +++ Europe, Chine, Inde,
Amérique du Nord, Russie* Originaire de Russie ou de Chine.
Debuta à l'automne 1781.
2 vagues d'épidémie, la seconde plus sévère.
Mortalité faible mais incidence forte inconnue
1788 - 1790 + Europe, Amérique du Nord Origine inconnue; épidémie probablement reliée à celle de 1781-1782
1799 - 1802 ++ Europe, Chine, Brésil, Russie Originaire de Russie ou de Chine.
Débuta à l'automne 1799.
En fonction des autorités, les avis divergent sur sa contagiosité de + à +++ inconnue
1830 - 1833 +++ Europe, Chine, Russie,
Inde, Amérique du Nord.* Originaire de Chine.
Débuta en hiver 1830.
2 vagues d'épidémie, la seconde plus sévère.
Forte incidence, mais mortalité dans la moyenne inconnue
1847 - 1848 ++ Europe, Russie, Amérique Nord? Originaire d'Asie ou de Russie.
Débuta au printemps 1847.
En fonction des autorités, les avis divergent sur sa contagiosité de + à +++
Peu de mortalité en France inconnue
1857 - 1858 + Europe, Amérique (N & S). Originaire de Panama.
Débuta à l'automne 1857. inconnue
1889 - 1891 +++ Monde entier.* Originaire de Russie.
Débuta au printemps/été 1889, mais la première grosse épidémie eu lieu en France en décembre 1889.
3 vagues, les 2 dernières plus sévères
Forte incidence, mais mortalité moyenne H2N8
1900 +++ Europe, Amerique (N&S), Australie.* Origine inconnue
Mortalité faible H3N8
1918 - 1920 +++ Monde entier.* Originaire des USA ou de Chine.
Débuta au printemps 1918, atteint la France en Avril 1918.
3 vagues, les 2 dernières plus sévères H1N1
1946 - 1948 + Monde entier. Originaire d'Australie ou de Chine.
Virus du même sous-type que les virus circulants à l'époque H1N1
1957 - 1958 +++ Monde entier.* Originaire de Chine.
Débuta en hiver 1957 / printemps 1958
2 vagues, la seconde au moins aussi sévère que la première H2N2
1968 - 1969 +++ Monde entier. Originaire de Chine.
Débuta en été 1968
Le pic d'épidémie en France était en décembre 1969 H3N2
1977 - 1978 +++ Monde entier. Originaire de Chine ou de Russie.
Débuta en été 1977 H1N1

(Tableau adapté de "Textbook of Influenza", par KG Nicholson, RG Webster & AJ Hay)



Ces quelques précisions sur la distribution géographique des épidémies concerne uniquement la France métropolitaine. Je n'ai trouvé aucun renseignements sur les DOM/TOM.


1557: L'épidémie de 1557 s'est etendue du sud vers le nord de l'Europe en 6 mois, à partir de l'été 1557.


1729 - 1733: La première vague de l'épidémie frappa la France d'est en ouest à la fin de l'automne 1729, touchant le pays entier en environ 1 mois.


1781 - 1782: L'épidémie s'etendit d'est en ouest en cercles concentriques à partir de l'hiver 1781.


1830 - 1833: L'épidémie s'étendit en France d'est en ouest au printemps 1831, en automne/hiver 1832 et au printemps 1833.


1889 - 1891: La première vague (1889) de l'épidémie traversa la France d'est en ouest entre décembre 1889 et janvier 1890. Les vagues suivantes étaient sporadiques, c'est à dire qu'elles ne montraient pas de diffusion géographique clairement délimitées.


1900: L'épidémie toucha toute la France en 1900, avec plus de cas dans l'est et le sud.


1918 - 1920 (Grippe espagnole): La première vague est arrivée à Bordeaux en Avril 1918. L'épidémie se répend d'abord dans le sud [fin Avril] puis dans le nord [début Mai]. Toute la France est touchée à la fin Mai. En Août 1918, la 2ème vague arrive en France par Brest et se répend encore plus rapidement, d'abord vers le nord de la France, puis vers le sud.


1957 - 1958 L'épidémie fit son apparition dans le nord de la France en juin 1957, mais son pic eu lieu en septembre de la même année sur tout le territoire.


http://genealogie.guillon.free.fr/grippe.htm


Voila un site pour des épidémies de grippe en France , il y a un tableau ,qui , comme d'habitude avec moi , n'est pas passé.........
Titre: Re : vielles pandemies depuis des siecles
Posté par: gsgs le 13 avril 2014 à 13:04:50
coqueluche = influenza ?

whooping cough

1827 , Traité da la Coqueluche, d'aprés les princepes de la Doctrine Physiologique

http://books.google.de/books?id=5m4_AAAAcAAJ

page 7 :  celle de 1403 peut etre attribue de la coqueluche
page 10 : cette maladie n'est point contagieuse
au printemps ou en automne
explosion soudaine
toux
insectes
--------------------------
les epidemies catarrhales de 1239,1311,1323,1327,1387,1400
1403
1410,1411
toux=Husten
coqueluche=Keuchhusten
tac(kurzer Schall,Schlag,Degenklirren),horion(Schlag,Puff),ladendo 1427,
1414=Coqueluche,1510=vervecine,1557=Coqueluche,1578,1580

1510,1557,1751,1757,1760,1780,1806,1815 --> encephalite