Forum Influmation

MEDECINE,SCIENCES FONDA H5N1 => SCIENCES FONDA H5N1 => Mutations récentes => Discussion démarrée par: anne le 16 novembre 2006 à 08:34:05

Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: anne le 16 novembre 2006 à 08:34:05
http://www.flutrackers.com/forum/showthread.php?t=12923

Sur FT il y a l'article originel..
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: niceam le 16 novembre 2006 à 08:49:44
http://www.avmaroc.com/actualite/grippe-aviaire-h5n1-a56890.html

Grippe aviaire/H5N1 -Découverte concernant le danger de mutation
HONG KONG (REUTERS) -

Un groupe de scientifiques a découvert par quel type de mutation le virus H5N1 de la grippe aviaire risquerait de franchir aisément la barrière des espèces et provoquer une pandémie chez les humains.

Ce virus dispose de protéines de surface qui s'agglutinent plus facilement aux ""récepteurs"" présents sur l'appareil respiratoire des oiseaux qu'à ceux de l'appareil respiratoire des humains. Cela signifie que le virus déclenche facilement la maladie chez des volatiles comme les volailles mais que les humains sont bien plus rarement contaminés.


Cependant, les experts en grippe aviaire craignent que le virus ne provoque une pandémie s'il réussit à muter de manière à s'attacher plus facilement aux ""récepteurs"" chez les humains.

Dans la dernière livraison de la revue scientifique Nature, des scientifiques japonais, britanniques et américains expliquent avoir découvert deux points précis, sur les gènes du virus, qui semblent déterminer s'il s'attache plus facilement aux récepteurs des volatiles ou à ceux des humains.

Cette découverte va aider les scientifiques à déterminer si une souche de H5N1 a la capacité ou non de provoquer une pandémie chez les humains. On dénombre aujourd'hui un certain nombre de souches différentes déjà présentes dans de vastes zones du globe.
Publié le: 15/11/2006 à 18:33:36 GM
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: anne le 16 novembre 2006 à 09:23:39
Scientists find mutations that let bird flu adapt to humans
http://www.news.wisc.edu/13198.html
November 15, 2006

by Terry Devitt

By comparing influenza viruses found in birds with those of the avian virus that have also infected human hosts, researchers have identified key genetic changes required for pandemic strains of bird flu.

Photo of Kawaoka

Kawaoka

The new work, reported in the Nov. 16 issue of the journal Nature, illustrates the genetic changes required for the H5N1 avian influenza virus to adapt to easily recognize the receptors that are the gateway to human cells.

"We identified two changes that are important," says Yoshihiro Kawaoka, the senior author of the Nature paper and a virologist at the University of Wisconsin-Madison School of Veterinary Medicine. "Both changes are needed for the H5N1 virus to recognize human receptors."
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: anne le 16 novembre 2006 à 09:50:01
3 virus humains sur 21 ont montré une aug de l'affinité pour RBS, vers 2.6
ce sont de vieux virus de 2004.,  2005
cela donne a priori l'endroit qu'il faut surveiller en priorité
mais comme disent d'autres , cela ne suffit probablement pas, sinon, Il aurait saisit sa chance

on attend des nouvelles en francais
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: patrick.g33 le 16 novembre 2006 à 11:11:11
Trad du message de Anne.
Original : http://www.news.wisc.edu/13198.html
Les scientifiques trouvent les mutations qui laissent la grippe d'oiseau s'adapter aux humains
Novembre 15, 2006
par Terry Devitt
En comparant les virus de grippe ont trouvé dans les oiseaux avec ceux du virus avien qui ont également infecté les hôtes humains, chercheurs ont identifié les changements génétiques principaux exigés pour des contraintes de pandémie de la grippe d'oiseau.
 
Kawaoka
Le nouveau travail, rapporté dans la question novembre de 16 de la nature de journal, illustre les changements génétiques exigés pour le virus avien de la grippe H5N1 pour s'adapter pour identifier facilement les récepteurs qui sont le passage aux cellules humaines.
"nous avons identifié deux changements qui sont importants," dit Yoshihiro Kawaoka, l'auteur aîné du papier de nature et un virologue à l'université de l'école de Wisconsin-Madison de la médecine vétérinaire. "les deux changements sont nécessaires pour que le virus H5N1 identifie les récepteurs humains."
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: patrick.g33 le 16 novembre 2006 à 11:33:25
La trad de
http://www.flutrackers.com/forum/showthread.php?t=12923
est
http://translate.google.com/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.flutrackers.com%2Fforum%2Fshowthread.php%3Ft%3D12923+&langpair=en%7Cfr&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=%2Flanguage_tools
le texte traduit machine ;D :La trad de
http://www.flutrackers.com/forum/showthread.php?t=12923
est
http://translate.google.com/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.flutrackers.com%2Fforum%2Fshowthread.php%3Ft%3D12923+&langpair=en%7Cfr&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=%2Flanguage_tools

Nature 444, 378-382 (16 novembre 2006) | doi : 10.1038/nature05264 ; 20 août 2006 reçu ; 21 septembre 2006 admisMutations d'hémagglutinine responsables de l'attache H5N1 du humain-type récepteurs de virus de la grippe A Shinya Yamada1, 3, Yasuo Suzuki3, 4, Takashi Suzuki3, 5, Mai Q. Le6, Chairul A. Nidom7, Yuko Sakai-Tagawa1, 3, Yukiko Muramoto1, 3, Mutsumi Ito1, 3, Maki Kiso1, 3, Taisuke Horimoto1, 3, Kyoko Shinya8, Toshihiko Sawada9, Makoto Kiso9, Taiichi Usui10, Takeomi Murata10, Yipu Lin11, Alan Hay11, Lesley F. Haire11, David J. Stevens11, Rupert J. Russell11, 13, Steven J. Gamblin11, John J. Skehel11 et Yoshihiro Kawaoka1, 2, 3, 12 Dessus d'abrégé sur pageH5N1 les virus de la grippe A se sont écartés à de nombreux pays en Asie, Europe et en Afrique, infectant non seulement un grand nombre de volaille, mais également un nombre croissant d'humains, souvent avec effects1 mortel, 2. Les virus humains et aviaires de la grippe A diffèrent dans leur identification des récepteurs de cellule hôte : les anciens identifient préférentiellement des récepteurs avec des saccharides se terminant en acide sialique 2,6-galactose (SA 2,6Gal), tandis que les derniers préfèrent ceux fin à SA 2,3Gal (refs 3-6). Une conversion de SA 2,3Gal en identification de SA 2,6Gal est pensée pour être l'un des changements qui doivent se produire avant que les virus aviaires de grippe puissent replier efficacement chez l'homme et acquérir le potentiel de causer une pandémie. En identifiant des mutations dans la molécule récepteur-liante de l'hémagglutinine (ha) qui permettrait aux virus H5N1 aviaires d'identifier le humain-type récepteurs de cellule hôte, il peut être possible de prévoir (et augmenter ainsi l'état de préparation pour) l'apparition des virus de pandémie. Ici nous prouvons que les virus un certain H5N1 d'isolement dans des humains peuvent lier aux récepteurs humains et aviaires, contrairement à ceux d'isolement dans les poulets et les canards, qui identifient les récepteurs aviaires exclusivement. Les mutations aux positions 182 et 192 convertissent indépendamment a des virus H5N1 connus pour identifier le récepteur aviaire à ceux qui identifient le récepteur humain. L'analyse de la structure en cristal de l'ha d'un virus H5N1 utilisé dans nos expériences génétiques prouve que les endroits de ces acides aminés dans la molécule d'ha sont compatibles avec un effet sur l'attache de récepteur. Les changements d'acide aminé que nous identifions pourraient servir de marqueurs moléculaires à évaluer le potentiel de pandémie des isolats du champ H5N1. Nous avons employé les virus H5N1 d'isolement dans des oiseaux et des humains pour identifier des changements d'acide aminé de la molécule d'ha qui pourrait permettre aux virus d'identifier le humain-type récepteurs (tableau supplémentaire 1 et 1). A/Vietnam/30262III/04 et A/Vietnam/3028II/04 ont contenu un mélange hétérogène de a sur l'analyse d'ordre, nous incitant plaque-à épurer les virus en cellules canines du rein de Madin-Darby (MDCK) pour obtenir viral copie avec des ordres distincts d'ha (tableau supplémentaire 1). Nous avons également employé plaque-épuré copie d'A/Vietnam/30408/05 que cela a différé dans leur HAs7. Pour augmenter le répertoire des virus, nous avons synthétisé a de huit virus H5N1 d'isolement dans des humains en Thaïlande, au Vietnam et au Cambodge, en utilisant des ordres dans la base de données d'ordre de grippe (https://www.flu.lanl.gov/). Virus de mutant possédant chacun de ces gènes d'ha, de la neuraminidase d'A/Vietnam/1194/04 (VN1194) et de tous les gènes restants du Porto Rico /8/34 (PR8 ; H1N1) ont été alors produits par genetics8 renversé.Le schéma 1 : activité Récepteur-liante des virus H5N1. L'attache directe des virus aux sialylglycopolymers contenant  les acides 2,3-linked (bleu)  ou 2,6-linked sialiques (rouges) a été mesurée. a, isolat humain, Vietnam 2004. b, virus d'isolement dans le canard. ce, isolats d'humain de la capacité d'identifier SA 2,6Gal et SA 2,3Gal. Les données sont les s.d.  moyens des expériences en trois exemplaires.Image et légende de haute résolution (135K) La spécificité de récepteur des virus H5N1 résultants a été déterminée avec une analyse qu'attache directe mesurée aux sialylglycopolymers possédant SA 2,3Gal ou SA 2,6Gal. Aucun des cinq isolats H5N1 aviaires ne bondit sensiblement à SA 2,6Gal, tandis que 3 des 21 isolats humains, A/Vietnam/3028II/04clone3 (VN/3028IIcl3), A/Thailand/1-KAN-1/04RG (Thai/KAN), et A/Vietnam/30408/05clone7 (VN/30408cl7), y compris les subclones, limite à SA 2,3Gal et à SA 2,6Gal ; certains des autres virus H5N1 humains ont également identifié SA 2,6Gal mais jusqu'seulement à un degré limité (1 et supplémentaire 2). La spécificité de l'analyse récepteur-liante a été vérifiée comme suit. SA de possession 2,3Gal de Sialylglycopolymers ou SA 2,6Gal ont été traitées avec le sialidase d'ureafaciens d'arthrobactérie ou railler-ont traité et ont puis incubé avec les lectins SA-Gallon tringlerie-spécifiques : Lectin II (MALII) d'amurensis de Maackia, spécifique pour SA 2,3Gal ; Lectin de nigra de Sambucus (SNA), spécifique pour SA 2,6Gal ; et lectin I (MALI) d'amurensis de M., spécifique pour le gallon 1-4GlcNAc et la SA 2,3Gal 1-4GlcNAc. Le sialylglycopolymer possédant SA 2,3Gal a réagi seulement avec MALII, tandis que cette SA de possession 2,6Gal a réagi seulement avec la SNA (supplémentaire 3). Les sialylglycopolymers ont traité avec le sialidase plus non lié aux lectins SA-Gallon tringlerie-spécifiques respectifs, mais ont gagné la réactivité avec le MALI, confirmant que le traitement de sialidase a éliminé seulement l'acide sialique terminal. Ces lectins n'ont pas réagi avec des polymères manquant des oligosaccharides, comme prévu. De même, les virus qui bondissent aux sialylglycopolymers n'ont pas lié à ceux traités avec le sialidase ou l'épine dorsale de polymère sans oligosaccharides. Pour identifier des mutations capables de l'identification de conférence de SA 2,6Gal, nous nous sommes concentrés sur les trois virus qui bondissent à l'analogue humain de récepteur relativement bien : VN/3028IIcl3, Thai/KAN et VN/30408cl7. La comparaison des ordres d'ha a identifié deux différences d'acide aminé aux positions 192 et 223 entre VN/3028IIcl3 et VN1194 (un isolat clade-1 humain, dont l'ha est identique à celui des virus aviaires tels qu'A/duck/Thailand/71.1/2004 et A/chicken/Thailand/9.1/2004 et dont la structure d'ha nous avons déterminée par la cristallographie de X-ray ; voir ci-dessous). L'introduction de la mutation de Gln192 Arg, mais pas la mutation de Ser223 Asn, dans l'ha de VN1194 a sensiblement augmenté la capacité de l'ha d'identifier SA 2,6Gal, et l'introduction des deux mutations a augmenté la capacité de liaison plus loin. Ceci qui trouve implique Gln192 Arg comme cause déterminante possible du décalage à l'identification du récepteur humain par VN/3028IIcl3 (2a). Le virus de Thai/KAN a également montré deux changements d'acide aminé de HA1 par rapport à VN1194 : Gly139 Arg et Asn182 Lys. On a observé l'introduction de l'une ou l'autre mutation dans VN1194 l'attache de SA augmentée par ha 2,6Gal (2b), et une augmentation additionnelle de la capacité de liaison quand les deux mutations ont été substituées simultanément. Ainsi, Gly139 Arg et Asn182 Lys semblent contribuer à l'identification du humain-type récepteur.Le schéma 2 : Effet des mutations d'ha sur la préférence de récepteur de cellule hôte du VN1194HA. Montré est l'effet des mutations d'ha trouvées dans des virus de VN/3028IIcl3 (a) et de Thai/KAN (b). Les mutations (entre parenthèses) séparément et puis ont été présentées d'abord en association. A des virus possédant les doubles mutations, VN1194 (Q192R, S223N) dans a et VN1194 (G139R, N182K) à b, sont identiques à ceux de VN/3028IIcl3 et de Thai/KAN, respectivement. Les données sont les s.d.  moyens des expériences en trois exemplaires.Image et légende de haute résolution (156K) L'ha de VN/30408cl7 a différé de celui de VN1194 par quatre acides aminés aux positions 75, 123 et 193 dans HA1 et 167 dans HA2. Une fois présenté séparément dans le VN1194 ha, aucune de ces substitutions d'acide aminé n'a augmenté l'attache à SA 2,6Gal, excepté Asn193 Lys, qui a augmenté la capacité de liaison légèrement (supplémentaire 4a). Les différentes paires de ces résidus d'acide aminé ont substitué aux positions 75, 123 et 193 (dans HA1) et 167 (dans HA2) ont produit les augmentations variables de l'identification de SA 2,6Gal (supplémentaire 4b), et l'introduction de diverses combinaisons de trois mutations dans le VN1194 ha ont augmenté SA 2,6Gal liant encore autre (supplémentaire 4c). Ces résultats suggèrent que deux ou plus de ces changements agissant de concert soient nécessaires pour l'identification de SA 2,6Gal par le VN/30408cl7 ha. Un groupe de virus H5N1 (clade 2) qui sont antigénicalement et génétiquement distinct des virus précédemment de circulation (clade 1) ont prevalent1 devenu (supplémentaire 1). Car il était peu clair si des mutations que l'identification conférée de SA 2,6Gal à l'ha du virus de clade-1 VN1194 agirait comparablement dans a des virus de différents clades, nous avons inséré les mutations de Gly139 Arg,  d'Asn182 Lys,  de Gln192 Arg et d'Asn193 Lys séparément dans l'ha d'un isolat du poulet clade-2, A/chicken/Indonesia/N1/05 (CkInd). Gln192 Arg ou Asn193 Lys, mais pas Gly139 Arg, ont augmenté l'affinité de SA 2,6Gal-binding de CkInd jusqu'à un degré semblable à cela observé pour l'ha de VN1194 (3). L'introduction d'Asn182 Lys dans le CkInd ha a presque supprimé son attache aux molécules de SA 2,3Gal et de SA 2,6Gal, indiquant l'incompatibilité de la lysine à cette position dans le CkInd ha.Le schéma 3 : L'effet des mutations responsables de l'identification de SA 2,6Gal par clade-1 a sur un clade-2 ha. Les mutations responsables de l'identification de SA 2,6Gal par clade-1 a (entre parenthèses) ont été présentées dans l'ha de CkInd. L'attache directe de chaque virus de mutant aux sialylglycopolymers contenant  les acides 2,3-linked (bleu)  ou 2,6-linked sialiques (rouges) a été alors mesurée à différentes concentrations de sialylglycopolymer. Les données sont les s.d.  moyens des expériences en trois exemplaires. Image et légende de haute résolution (68K) Pour adresser la base structurale pour l'acquisition de la capacité récepteur-liante humaine par le H5 ha, nous avons déterminé la structure en cristal du virus VN1194. La structure a été résolue par le remplacement moléculaire en utilisant des coordonnées de l'A/duck/Singapore/95 ha (des statistiques cristallographiques appropriées sont données dans le tableau supplémentaire 2). La structure d'épine dorsale du VN1194 ha est montrée dans 4a, superposé à l'épine dorsale de l'ha d'A/duck/Singapore/95. Les deux structures sont très semblables (déviation de moyenne carrée de racine (r.m.s.d.) sur toutes les positions  de C, 0.46 Å), reflétant leur identité d'ordre de 94%. La figure 4b montre le domaine récepteur-liant, situé sur la tête globulaire de l'ha (4a), de VN1194 superposé à celui d'A/duck/Singapore/95 (réf. 9) et d'A/Vietnam/1203/04 (VN1203 ; réf. 10), qui recouvrent avec un r.m.s.d. de 0.46 Å et de 0.5 Å, respectivement, sur les 175 positions  de C de ce domaine. Le chevauchement de la structure de la région interhelical de boucle du HA2 de VN1194 et d'A/duck/Singapore/95 est montré dans 4d. Encore, la correspondance étroite de ces structures reflète vraisemblablement leur identité très élevée d'ordre. Nous notons que l'arrangement global fortement semblable de domaine du H5 a de VN1194 et A/duck/Singapore/95 (4a) diffère de l'arrangement rapporté pour VN1203 (réf. 10). D'autres études sont nécessaires pour comprendre la base de ces différences.Le schéma 4 : Structure en cristal de VN1194 H5 ha et l'endroit de la capacité de conférence de SA 2,6Gal-binding de mutations.  a, monomère de la structure en cristal du H5 ha de VN1194 (bleu) déterminé à 2.8 Å, superposés avec du monomère du H5 ha d'A/duck/Singapore/95 (vert). Les mutations discutées dans le texte sont indiquées : les résidus dans le rouge représentent des positions où les substitutions simples affectent l'attache de récepteur ; ceux dans l'attache jaune d'augmentation SA 2,6Gal une fois présenté en combination avec d'autres changements. Asn 223 (bleu) augmente l'identification de SA 2,6Gal en présence d'Arg 192. b, superposition des domaines récepteur-liants étroitement liés de VN1194 (bleu), A/duck/Singapore/95 (vert) et VN1203 (gris) avec l'analogue aviaire de récepteur pris de la structure du complexe A/duck/Singapore/95. Les éléments secondaires principaux de structure de l'accepteur (130-loop, la spirale 220 font une boucle et 190) et des résidus principaux d'accepteur sont indiqués. c, une vue plus détaillée du domaine récepteur-liant du H5 ha de VN1194 avec l'analogue humain de récepteur s'est accouplé dans la structure de son complexe avec le H1 ha. Trois des mutations discutées dans le texte sont modelés dans le rouge : Asn182 Lys, Ser223 Asn et Gln192 Arg. Noter que la numérotation de résidu diffère dans le dossier du même rang déposé ; par exemple, Asn 182 ici numéro 186 dans le dossier de PDB. d, fin vers le haut du chevauchement entre les régions interhelical du domaine F de VN1194 (bleu) et d'A/duck/Singapore/95 (vert) et l'orientation du résidu hydrophobe Phe 63 (HA2).Image et légende de haute résolution (85K) Les résidus 75 dans HA1 et 167 dans HA2 sont éloignés de l'emplacement récepteur-liant, et l'orientation des résidus 139 et 193 exclut le contact de récepteur (4a). Clairement, d'autres études seront exigées pour étudier le rôle de ces résidus. Cependant, les résidus 182 et 192 sont situés aux positions dans la structure où il est faisable pour qu'elles fassent des interactions stabilisantes avec des sucres jointifs à l'acide sialique par  2.6 tringleries (4a, c). Des mutations au résidu 182 (le résidu équivalent dans le H3 ha est 186) ont été liées aux changements du récepteur specificity9, 11, 12, 13, et subir une mutation Asn 182 dans le silico à un résidu de lysine mène à un potentiel hydrogène-collent l'interaction avec le 2-OH de Gal-2 (4c). Subissant une mutation Gln 192 (196 dans le H3 ha) jusqu'à un résidu d'arginine avec le choix d'un rotamer préféré (de la base de données de « O ») 14 produit d'une conformation cette les endroits un des atomes d'azote de guanidinium 4.5 Å du 2-OH de Glc-5 (4c) ; ainsi, le mutant ha peut être capable de former un lien d'hydrogène avec des parties humaines de récepteur. La sérine 123 (128 dans le H3 ha) est située sur le tour menant dans la boucle 130 qui forme le bord avant de l'accepteur (4b, c). La mutation de ce résidu a pu changer l'orientation de la boucle 130 et ainsi l'angle d'attachement entre l'acide sialique et le prochain résidu dans la chaîne de polysaccharide, influençant de ce fait la préférence pour  la tringlerie 2.3  ou 2.6. Ser 223 est situé près de l'emplacement sialique-acide-liant et dans le silico la substitution de ce résidu avec de l'asparagine mène à une conformation qui place son azote de chaîne latérale environ 4 Å du 3-OH de Gal-2 (4c). Cette observation suggère que le mutant ha, avec de l'asparagine à la position 223, puisse pouvoir former un lien d'hydrogène avec Gal-2 et influencer ainsi l'identification de SA 2,6Gal, bien que cette substitution d'acide aminé augmente seulement légèrement la capacité de SA 2,6Gal-binding du VN1194 ha (2a). Les virus de la grippe A responsables des pandémies de 1918, de 1957 et de 1968 ont tout dérivé le leur a des virus aviaires, qui identifient typiquement SA 2,3Gal (réf. 3). Cependant, a des isolats tôt des humains infectés dans ces pandémies semblent avoir identifié SA 2,6Gal de préférence à SA 2,3Gal (réf. 3), suggérant que cette conversion de l'ha aviaire en un qui peut identifier des polysaccharides de SA 2,6Gal-terminated sur des cellules hôtes est une étape importante dans la génération des contraintes de pandémie. Ce concept est soutenu par des études sur la distribution des récepteurs de virus de grippe dans l'airway15 humain, 16. Les substitutions critiques d'acide aminé impliquées dans ce décalage d'identification de récepteur étaient les résidus 226 et 228 dans le H2 et le H3 HAs17 (équivalents à résidus 222 et 224 dans le H5 ha). L'introduction de ces mutations dans le H5 ha a permis son attache  à des 2.6 glycan10, bien que ni l'un ni l'autre changement n'ait été trouvé de ait des virus H5N1 d'isolement dans des humains.Dans nos substitutions simples et combinées d'étude, d'acide aminé dans le H5 aviaire ha a négocié un décalage à l'identification de SA 2,6Gal. D'ailleurs, deux de ces changements, lysine à la position 182 et arginine à la position 192, étaient présents dans a des virus de clade-2 H5N1 d'isolement dans deux individus en Azerbaïdjan et un individu en Irak, mais pas dans les plus de 600 isolats aviaires l'uns des examinés. Bien que les substitutions d'acide aminé en protéines virales autres que l'ha, y compris PB2 (refs 18-20), puissent être nécessaires pour conférer plein statut de pandémie à un virus aviaire repliant efficacement chez l'homme, les résidus d'acide aminé identifiés ici peuvent être choisis pendant une phase tôt de l'infection humaine impliquant des cellules de la région respiratoire supérieure. Ainsi, de tels résidus pourraient fournir les marqueurs moléculaires utiles dans les évaluations des isolats du champ H5N1 pour leur capacité de replier dans l'indicateur essentiel d'humains-un du potentiel de pandémie.Dessus des méthodes de pagePréparation de virus Des virus ont été développés en cellules de MDCK, qui ont été maintenues dans le milieu essentiel minimal complété avec le sérum nouveau-né de veau de 5% (sigma) et les antibiotiques au °C 37 en CO2 de 5%. Toutes les expériences avec le virus H5N1 de phase ont été faites dans un laboratoire biosafety de la retenue level-3.Génération des virus par la génétique renverséeDes virus de Reassortant ont été produits avec une génétique renversée plasmide-basée system8. Le DNAs complémentaire viral ont été copiés dans un plasmide sous la commande de l'instigateur humain de la polymérase I et du terminateur de la polymérase I d'ARN de souris (désignés sous le nom des plasmides de PolI). Tous les virus produits par la génétique renversée ont possédé la neuraminidase de VN1194 et les gènes internes de PR8. Produire du divers a des isolats humains enregistrés dans la base de données d'ordre de grippe (https://www.flu.lanl.gov/), nous avons présenté des mutations dans pPolI-VN1194HA. Chaque construction a été ordonnancée pour vérifier l'absence des mutations non désirées.Analyses de spécificité de récepteur En employant une analyse obligatoire en phase solide avec des sels de sodium des sialylglycopolymers (poly  - les épines dorsales acides l-glutamiques contenant l'acide N-acétylneuraminique lié au galactose par  un -2.3 (Neu5Ac 2,3Gal 1,4GlcNAc - PAP) ou  (Neu5Ac 2,6Gal 1,4GlcNAc - PAP) à un lien -2.6) comme described7, 21, 22, nous avons déterminé la capacité de liaison directe des virus pour les sialylglycopolymers. En bref, le polystyrène Universel-Lient des microplates (Corning) ont été incubés avec l'un ou l'autre des deux glycopolymers dans PBS au °C 4 pour 3 h, et puis irradiés sous la lumière UV à 254 nanomètre pendant 2 mn. Après déplacement de la solution de glycopolymer, les plats ont été bloqués avec 0.1 ml de PBS contenant l'albumine de sérum de boeuf de 2% (Invitrogen) à la température ambiante pour 1 H. Après que cinq lavages avec PBS, les plats aient été incubés dans une solution contenant le virus de grippe (128 unités d'hémagglutination dans PBS) au °C 4 pour 12 H. Après que trois lavages avec PBS, anticorps au virus aient été ajoutés aux plats. Après 2 h d'incubation au °C 4, les plats ont été lavés trois fois avec PBS glacé et alors incubés avec de la peroxydase de raifort (HRP) - la protéine conjuguée A (dilution 2000-fold dans PBS ; Organon Teknika-Cappel) à 4 °C. Après que quatre lavages avec PBS glacé, les plats aient été incubés avec de l'o-phénylène-diamine (sigma) dans PBS contenant 0.01% HÒ2 pendant 10 minutes à la température ambiante, et la réaction a été arrêtée avec 0.05 ml de 1 M HCl. L'absorbance a été déterminée à 490 nanomètre. Pour confirmer la spécificité de l'analyse, nous avons effectué des expériences de commande comme suit. En bref, les glycopolymers étaient fixes des plats comme décrit ci-dessus, 120  l de sialidase d'ureafaciens d'A. (80 mU ml-1 ; Nacalai Tesque) a été ajouté et les plats ont été incubés au °C 37 pour 16 H. Après que trois lavages avec PBS, les plats aient été bloqués avec 0.1 ml de PBS contenant l'albumine de sérum de boeuf de 1% à 4 que le °C pour le déplacement de 16 H. des acides sialiques des sialylglycopolymers a été confirmé en les incubant avec 50  l de le détail biotinylated SNA pour SA 2,6Gal, le détail biotinylated MALII pour SA 2,3Gal, ou biotinylated le détail du MALI pour le gallon 1-4GlcNAc et la SA 2,3Gal 1-4GlcNAc (tous les laboratoires de vecteur), à la température ambiante pour 1 H. Après que trois lavages avec PBS, les plats aient été incubés avec le streptavidin HRP-conjugué (laboratoires de vecteur) à la température ambiante pour 1 H. Après que quatre lavages avec PBS, les plats aient été incubés avec de l'o-phénylène-diamine dans PBS contenant 0.01% HÒ2 pendant 10 minutes à la température ambiante, et la réaction a été arrêtée avec 0.05 ml de 1 M HCl. L'absorbance a été déterminée à 490 nanomètre. Plats contenant des glycopolymers sialidase-traités et ceux contenant de poly  - des épines dorsales acides l-glutamiques ont été utilisées pour confirmer le manque de virus liant aux asialoglycopolymers ou poly  - épines dorsales acides l-glutamiques.Détermination de structure en cristal H5N1 le virus NIBRG-14, modifié d'A/Vietnam/1194/04 par le déplacement de l'emplacement polybasique de fendage en ha, a été obtenu à partir de l'institut national pour des normes et la commande biologiques. L'ha a été préparé par digestion de bromelain de virus oeuf-croissant épuré pendant 90 minutes au °C 34 en 10 millimètres Tris-HCl (pH 8.0) et 5 millimètres de mercaptoéthanol (rapport 10/1 w/w de protéine de virus/bromelain). L'ha a été épuré comme described23. Des états de cristallisation ont été examinés par la méthode de diffusion de vapeur de reposer-baisse en utilisant les bandes claires en cristal (instruments de Douglas). Les nanodrops ont été établis avec 0.1  l de la solution de la protéine H5 (10 magnésium ml-1) et 0.1  l de solution de réservoir en utilisant un robot Oryx1-6 (instruments de Douglas). Diffractant des cristaux ont été obtenus à partir de la solution 57 (recherche d'index de Hampton) : à savoir, le pentaerythritol de 30% (v/v) éthoxylate, 50 millimètres de sulfate d'ammonium et BRI-Tris de 50 millimètres (pH 6.5). Cette solution a également agi en tant que cryoprotectant. Les données de la diffraction H5 ont été enregistrées sur un détecteur Raxis4 (100 - balayage de m) monté sur un générateur d'à haute fréquence de Rigaku MicroMax 007, intégré avec Denzo et mesuré avec Scalepack24. La structure a été résolue par le remplacement moléculaire en utilisant AmoRe25 en utilisant le dossier 1JSM (réf. 9) de PDB comme le modèle initial de recherche. L'amélioration standard a été effectuée avec une combinaison de refmac5 (réf. 25) et de CNS26, ainsi que la modélisation manuelle avec O12. Des figures moléculaires ont été créées avec Pymol (http://pymol.sourceforge.net/). Dessus des reconnaissances de pageNous remercions les puits de K. de l'assistance technique, et le J. Gilbert pour éditer le manuscrit. Les contribuants de NIMR étaient responsables des études structurales et de l'ordonnancement d'ha. Ce travail a été soutenu par CREST (la Science du Japon et agence de technologie) ; par l'accorder-dans-aide du ministère de l'éducation, de la culture, des sports, de la Science et de la technologie, le Japon ; par le ministère de la santé, du travail et du bien-être, le Japon ; et par des concessions du NIH, NIAID. Des études structurales ont été soutenues par le R-U MRC et par une récompense internationale de recherches d'association en épidémiologie vétérinaire de la confiance de Wellcome. Écrire les contributions S.Y., Y.S., T.S., M.Q.L., C.A.N., Y.S.T., Y.M., T.H., T.S., M.K, T.U., T.M., Y.L., A.H. et Y.K. étaient responsables des études virologiques. L.F.H., D.J.S., R.J.R., S.J.G. et J.J.S. étaient responsables des études structurales.Rapport de concurrence d'intérêts : Les auteurs n'ont déclaré aucun intérêt de concurrence.L'information supplémentaire accompagne cet article.Dessus des références de page1.   2.   Manifestations de Webster, de R.G., de Peiris, de M., de Chen, de H. et de Guan, de Y.H5N1 et grippe enzootique. Urgence Infecter. Dis. 12, 3-8 (2006) | PubMed | 3.   Enserink, grippe aviaire de M. H5N1 entre dans l'Afrique, union européenne, approfondissant la crise globale. La Science 311, 932 (2006) | article | PubMed | ChemPort | 4.   Matrosovich, M. et autres. Changements tôt des propriétés récepteur-liantes des hemagglutinins aviaires de virus de la grippe H1, H2, et H3 après leur introduction dans des mammifères. J. Virol. 74, 8502-8512 (2000) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 5.   Rogers, G.N. et Paulson, causes déterminantes de récepteur de J.C. de virus humain et animal de grippe isole : différences dans la spécificité de récepteur du hemagglutinin H3 basé sur des espèces d'origine. Virologie 127, 361-373 (1983) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 6.   Rogers, G.N., Pritchett, T.J., ruelle, J.L. et Paulson, sensibilité différentielle de J.C. des virus humains, aviaires, et équins de la grippe A à un inhibiteur de glycoprotéine de l'infection : choix des variantes de détail de récepteur. Virologie 131, 394-408 (1983) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 7.   Zambon, M.C. La pathogénie de la grippe chez l'homme. Inverseur Med. Virol. 11, 227-241 (2001) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 8.   Le, Q.M. et autres. Grippe aviaire : isolement du virus H5N1 résistant à la drogue. Nature 437, 1108 (2005) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 9.   Neumann, G. et autres. Génération des virus de la grippe A entièrement des cDNAs copiés. Proc. Acad national. Sci. Les Etats-Unis 96, 9345-9350 (1999) | article | PubMed | ChemPort | 10.   Ha, Y., Stevens, D.J., Skehel, J.J. et Wiley, structures de rayon X de C.C de H5 aviaire et hemagglutinins de virus de grippe des porcs H9 liés aux analogues aviaires et humains de récepteur. Proc. Acad national. Sci. Les Etats-Unis 98, 11181-11186 (2001) | article | PubMed | ChemPort | 11.   Stevens, J. et autres. Spécificité de structure et de récepteur du hemagglutinin d'un virus de la grippe H5N1. La Science 312, 404-410 (2006) | article | PubMed | ChemPort | 12.   Eisen, M.B., Sabesan, S., Skehel, J.J. et Wiley, attache de C.C des récepteurs de cellule-surface de virus de la grippe A : structures de cinq complexes de hemagglutinin-sialyloligosaccharide déterminés par la cristallographie de X-ray. Virologie 232, 19-31 (1997) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 13.   Robuste, C.T. et autres. Les fluides d'oeufs et les cellules de la membrane chorioallantoic de embryonated le poulet que les oeufs peuvent choisir différentes variantes des virus de la grippe A (H3N2). Virologie 211, 302-306 (1995) | article | PubMed | ChemPort | 14.   Gubareva, L.V. et autres. Mélanges de Codominant des virus dans des contraintes de référence de virus de grippe dues à la variation de cellule hôte. Virologie 199, 89-97 (1994) | article | PubMed | ChemPort | 15.   Jones, T.A., Zhou, J.Y., Cowan, S.W. et Kjeldgaard, des méthodes améliorées par M. pour construire la protéine modèle dans des cartes de densité d'électron et l'endroit des erreurs dans ces modèles. Acta Crystallogr. Des 47, 110-119 (1991) | article | PubMed | ISI | 16.   Shinya, K. et autres. Grippe aviaire : récepteurs de virus de grippe dans la voie aérienne humaine. Nature 440, 435-436 (2006) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 17.   Kuiken, T. et autres. Barrières d'espèces de centre serveur aux infections de virus de grippe. La Science 312, 394-397 (2006) | article | PubMed | ChemPort | 18.   Connor, R.J., Kawaoka, Y., Webster, R.G. et Paulson, spécificité de récepteur de J.C. dans les isolats humains, aviaires, et équins de virus de la grippe H2 et H3. Virologie 205, 17-23 (1994) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 19.   Clements, M.L. et autres. Utilisation des virus reassortant de simple-gène d'étudier le rôle des gènes aviaires de virus de la grippe A dans l'atténuation du sauvage-type virus humain de la grippe A pour des singes d'écureuil et volontaires humains d'adulte. J. Clin. Microbiologie. 30, 655-662 (1992) | PubMed | ISI | ChemPort | 20.   Subbarao, E.K., Londres, W. et Murphy, B.R. Un acide aminé simple dans le gène PB2 du virus de la grippe A est une cause déterminante de gamme de centre serveur. J. Virol. 67, 1761-1764 (1993) | PubMed | ISI | ChemPort | 21.   Shinya, K. et autres. L'acide aminé PB2 à la position 627 affecte l'efficacité réplicative, mais pas le tropism de cellules, des virus de la grippe A de Hong Kong H5N1 chez les souris. Virologie 320, 258-266 (2004) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 22.   Shinya, K. et autres. Caractérisation H5N1 d'un virus humain de la grippe A d'isolement en 2003. J. Virol. 79, 9926-9932 (2005) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 23.   Totani, K. et autres. Synthèse de Chemoenzymatic et application des glycopolymers contenant les sialyloligosaccharides polyvalents avec une poly épine dorsale (d'acide l-glutamique) pour l'inhibition de l'infection par des virus de grippe. Glycobiology 13, 315-326 (2003) | article | PubMed | ISI | ChemPort | 24.   L'ha, le Y., le Stevens, le D.J., le Skehel, le J.J. et Wiley, le C.C H5 aviaire et l'hémagglutinine de virus de grippe des porcs H9 structure : origine possible des sous-types de grippe. EMBO J. 21, 865-875 (2002) | article | PubMed | ChemPort | 25.   Otwinowski, Z. et mineur, W. la collecte de données et en traitant (eds Sawyer, L., Isaacs, N. et Bailey, S.) 556-562 (laboratoire de SERC Daresbury, Warrington, R-U, 1993) 26.   CCP4. La suite CCP4 : programmes pour la cristallographie de protéine. Acta Crystallogr. D 50, 760-763 (1994)27.   Brunger, A.T. et autres. Cristallographie et système RMN : une nouvelle suite de logiciel pour la détermination macromoléculaire de structure. Acta Crystallogr. D 54, 905-921 (1998) | article | PubMed | ISI | ChemPort |Dessus de page1.   2.   Division de la virologie, département de la microbiologie et immunologie, et, 3.   Centre international de recherches pour les maladies infectieuses, institut de la Science médicale, université de Tokyo, Tokyo 108-8639, Japon 4.   Recherche de noyau pour la Science et la technologie évolutives, la Science du Japon et agence de technologie, Kawaguchi, Saitama 332-0012, Japon 5.   Université des sciences de la vie et de santé, université de Chubu, Kasugai, Aichi 487-8501, Japon 6.   Département de la biochimie, université de Shizuoka, école des sciences pharmaceutiques et de programme de COE au 21ème siècle, Yada, Shizuoka 422-8526, Japon 7.   Institut national d'hygiène et d'épidémiologie, Hanoï, Vietnam 8.   Laboratoire aviaire de grippe, centre tropical de la maladie, université d'Airlangga, Sorabaya, Indonésie 9.   Le centre aviaire de recherches de la zoonose, université de Tottori, Tottori 680-8553, Japon 10.   Département de chimie appliquée de Bioorganic, l'école graduée unie de la science agronomique, université de Gifu, Yanagido, Gifu 501-1193, Japon 11.   Département de biochimie appliquée, université de Shizuoka, Shizuoka 422-8529, Japon 12.   Institut national de MRC pour la recherche médicale, le Ridgeway, colline de moulin, Londres NW7 1AA, R-U 13.   Département des sciences de Pathobiological, université de Wisconsin-Madison, Madison, le Wisconsin 53706, Etats-Unis14.   Adresse actuelle : Centre pour les sciences biomoléculaires, université de rue Andrews, rue Andrews KY16 9ST, R-U.Correspondance à : Yoshihiro Kawaoka1, 2, 3, la correspondance 12 et les demandes des matériaux devrait être adressé à Y.K. (email : kawaoka@ims.u-tokyo.ac.jp). Des coordonnées pour la structure H5 ont été déposées à la banque de données de protéine sous le code 2IBX d'accession.Dessus de page
niman
Profil de public de vue
Envoyer un message privé à niman
Trouver tous les poteaux par niman
   Hier, 05:32 P.M.
niman  Résidant       Joindre la date : Fév. 2006Poteaux : 3.594

 Re : Mutations d'hémagglutinine responsables de l'attache H5N1 des virus de la grippe A à h  Le résumé du rédacteur16 novembre 2006Potentiel de pandémie Le fait que le virus de grippe de l'oiseau H5N1 circulant en Asie, Europe et en Afrique ne peut pas attacher au humain-type récepteurs de cellules a aidé à l'empêcher de causer une épidémie mondiale d'une variante humaine de la maladie. Maintenant une étude des isolats H5N1 de certains des quelques humains qui ont été infectés (du Vietnam et de Thaïlande) a identifié deux mutations dans une hémagglutinine virale qui lui permettent de lier aux récepteurs humains et aviaires. Ces mutations pourraient être utiles en tant que marqueurs moléculaires pour évaluer le potentiel de pandémie des isolats du champ H5N1.Lettre : Mutations d'hémagglutinine responsables de l'attache H5N1 du humain-type récepteurs de virus de la grippe AShinya Yamada, Yasuo Suzuki, Takashi Suzuki, Mai Q. le, Chairul A. Nidom, Yuko Sakai-Tagawa, Yukiko Muramoto, Mutsumi Ito, Maki Kiso, Taisuke Horimoto, Kyoko Shinya, Toshihiko Sawada, Makoto Kiso, Taiichi Usui, Takeomi Murata, Yipu Lin, foin d'Alan, Lesley F. Haire, David J. Stevens, Rupert J. Russell, Steven J. Gamblin, John J. Skehel et Yoshihiro Kawaokadoi : 10.1038/nature05264
niman
Profil de public de vue
Envoyer un message privé à niman
Trouver tous les poteaux par niman
   Hier, 05:40 P.M.
    Mingus  Modérateur aîné       Joindre la date : Mar. 2006Endroit : d'Indes de de Blé de champion de Dans un, QuébecPoteaux : 1.747

 Re : Mutations d'hémagglutinine responsables de l'attache H5N1 des virus de la grippe A à h  Est-ce que ceci l'article est lié à celui ?___________________________http://today.reuters.co.uk/news/arti...h-C3-Science-2Les scientifiques identifient les mutations principales dans le virus de grippe d'oiseauGMT de Wed le 15 nov. 2006 7:00 P.M. Email cet article | imprimer cet article | RSS  [-] texte
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: anne le 16 novembre 2006 à 13:39:52
de LILI

Paru le 16/11/2006 dans la revue française Le QUOTIDIEN DU MEDECIN
http://www.quotimed.com

Adaptation du H5N1

Deux mutations de l’hémagglutinine identifiées

LORSQUE le virus H5N1 sera capable de reconnaître aussi bien les cellules humaines qu’il reconnaît aujourd’hui les cellules aviaires, la pandémie de grippe aviaire sera proche, puisque l’infectivité interhumaine sera alors possible. Il est donc essentiel de pouvoir surveiller les virus circulants pour savoir si une telle adaptation à l’homme est en cours. Les virus influenzae humains se lient préférentiellement au récepteur SA alpha 2,3 Gal, alors que les virus aviaires se fixent sur le récepteur saccharidique SA alpha 2,6 Gal. Une mutation entraînant une meilleure reconnaissance du premier de ces récepteurs pourrait conduire à une infection humaine préférentielle. C’est ce qui s’est passé en 1918, 1957 et 1968, lorsque les virus animaux se sont adaptés à l’homme et ont déclenché une pandémie grippale.

Une équipe de virologues japonais a mis en place une étude génomique comparative sur des virus H5N1 identifiés chez l’homme en Thaïlande, au Viêtnam et au Cambodge et sur des prélèvements animaux effectués sur les canards ou des poulets dans cette même région. L’objectif de leur travail était d’analyser la séquence génétique des différentes hémagglutinines ainsi que leur affinité à se lier avec les deux récepteurs spécifiques, humains et animaux. Au total, la séquence de huit virus H5N1 humains a été analysée ainsi que celle d’une dizaine de virus aviaires.

Favoriser l’attachement aux récepteurs humains. Les auteurs ont détecté deux mutations – lysine en position 182 et arginine en position 192 – qui, de façon indépendante, peuvent induire une modification des capacités de reconnaissance des récepteurs à l’hémagglutinine et donc favoriser ainsi l’infection humaine. L’analyse de la structure cristalloïde des virus mutés confirme que l’existence de ces modifications génétiques induit une modification de la structure dimensionnelle du virus qui pourrait favoriser son attachement aux récepteurs à l’hémagglutinine humains.

Un travail complémentaire a montré qu’au moins l’une de ces mutations existait dans trois autres virus H5N1 de clade 2 (deux individualisés en Azerbaïdjan et un en Iraq), mais dans aucun des 600 prélèvements effectués en début d’année 2006 sur des volailles infectées. ( la mutation a existé chez l'etre humain, mais pas chez les oiseaux )

Pour les auteurs, « ce travail d’analyse génomique pourrait permettre de mieux se préparer à l’éventualité d’une pandémie grippale en détectant de façon précoce les signes d’une modification de l’affinité des virus aviaires aux récepteurs humains à l’hémagglutinine ».

> Dr I.C.

« Nature », vol. 444, publication avancée en ligne le 19 novembre 2006.

http://www.nature.com/nature/journal/v444/n7117/pdf/nature05264.pdf

sauf que dans l'article du quotidien, il faut inverser 2-6 et 2-3

2,6 HUMAINS. ils se sont melangé les pieds
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: patrick.g33 le 17 novembre 2006 à 07:45:35
Donc avec un cluster comme Karo et l’on peut se retrouver du jour au lendemain avec ces deux mutations dans la nature.
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: anne le 17 novembre 2006 à 08:00:19
OUI,
tout a fait
 sauf qu'a karo sauf erreur il n'y a pas eu la mutation qui le rende plus humanisé.

en 1918 : le virus avait une affinité augmentée pour les recepteurs humains, mais il n'etait pas encore super au point, car on l'a vu " reculer " vers l'affinité pour les recpeteurs aviaires.
il pouvait faire les 2 en fait. car il n'etait pas encore hyperspecialisé pour les humains.
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: val2A le 17 novembre 2006 à 10:30:18
Bonjour!
Un petit mot en vitesse!
J'ai lu comme vous tous plusieurs articles depuis le 15/11.
Il y a un problème de traduction, ce qui semble embrouiller tout le monde!

J'ai lu (en anglais donc traduit par moi!), que les chercheurs AVAIENT identifier une mutation du H5N1, mais je n'ai pas eu en anglais, le texte de Nature!

Il y a aussi plusieurs souches, au moins deux, probablement 3!

Ici, on parle de "probabilité" de mutation!
Mais vu les pays concernés (VIETNAM, THAILANDE), j'ai peur qu'il y ait effectivement DEJA eu mutation, on a signaler beaucoup de morts ces derniers temps, mais attribués à d'autres causes que la GA!
Au vue de ce qui s'est passé avec la grippe espagnole, l'humanisation prend quelques mois!
Les nouvelles découvertes font aussi état que l'homme serait, au même titre que le porc, un "cleuset" pour le virus!

QUID EST?
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: patrick.g33 le 17 novembre 2006 à 11:36:04
Si je résume bien, et n’hésitez pas à corriger le tir si je me trompe.
Par trois fois les 2 mutations ont faillie s’opérer.
Dans le cas de Karo au moins 2 mutations en moins de 3 semaines se sont opérer mais se n’été pas les bonnes.
On ne sait pas vraiment dans quelle maladie ranger les morts dans quelques pays asiatiques dépendant de l’industrie touristique.
Le virus finalisé mettrait une semaine pour faire le tour de la Terre.
Les estimations les plus pessimistes actuellement de la Banque Mondiale sont basées sur les chiffres de la grippe 1918= -5% du PIB mondiale. (35% propagation, 5% mortalité).
Les experts de l’OMS pensent possibles le passage à l’homme sans baisse de la mortalité.
Les chiffres de 1918 sont basés sur une urbanisation deux fois moindre qu’actuellement, avec une population 6 fois moindre aussi.
La population de l’époque était conditionnée par la rigueur de la guerre au respect de l’ordre.
Titre: MUTATIONS du VIRUS augmentant sa liaison aux humains
Posté par: anne le 17 novembre 2006 à 13:25:01
par 3 fois, il y a eu un ou deux mutations sur Ha, Facilitant le passage, sur le plan de " l'accrochage"  a l'homme en azerbaijan et en irak fevrier 2006 d'apres l'article de nature.
Mais nous n'avons pas les details. ( par contre se referer a cluster azer; pour la cllinique .
 pour l'irak, un oncle avait soigné sa niece de 15 ans, et etait tombé malade environ 10 jours apres )

sans suite car l'on pense qu'il faut encore quelques mutations a droite  a gauche sur d'autres systemes du virus.
a karo, il y a eu 21 mutations sur les derniers virus..on les repére a l'oeil nu dans un banque de donnée car ils 'nont rien a voir avec les autres
la aussi ce fut une impasse.

mortalité estimée de 18 : 2.5 % ( avec des mois pires et des mois quasi normaux )
le reste est correct je crois