Forum Influmation

VIRUS H5N1 => Europe => EUROPE - INFORMATIONS GENERALES => Discussion démarrée par: gene le 09 novembre 2006 à 21:00:44

Titre: Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
Posté par: gene le 09 novembre 2006 à 21:00:44
Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
LE MONDE | 09.11.06 | 14h49  •  Mis à jour le 09.11.06 | 15h26  

 Même si, en France, la plupart des grandes migrations d'oiseaux sont "pratiquement terminées", la vigilance concernant le virus de la grippe aviaire reste de mise. Des mouvements "imprévisibles" d'animaux peuvent en effet se produire "à courte distance" lors d'événements inattendus - comme le récent coup de froid qui a frappé l'Allemagne -, a prévenu Patrice Blanchet, sous-directeur de la chasse, de la faune et de la flore au ministère de l'écologie, lors d'une conférence de presse tenue, mardi 7 novembre, avec le ministère de l'agriculture.


 
Pour l'heure, le risque d'une épizootie par le virus H5N1 est considéré par les autorités françaises comme "négligeable". Il est toujours de niveau 2 sur l'échelle de gravité de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), a précisé Pascale Briand, la directrice générale de cet organisme. A ce jour, cette échelle comprend six niveaux d'alerte qui vont de négligeable 1 et 2 à très élevé en passant par faible, modéré et élevé. Mais, faute de disposer d'éléments fiables et rassurants sur des zones comme le nord de l'Europe, la Baltique, la Caspienne et la mer Noire fréquentées par les migrateurs, le risque ne peut être fixé au niveau 1.

Inquiet de possibles répercussions sur la pratique de la chasse aux oiseaux aquatiques, le ministère de l'écologie et du développement durable a, en liaison avec les chasseurs, pris une série d'initiatives visant à ne pas interdire systématiquement sur l'ensemble du territoire - comme ce fut le cas en 2005 - l'usage des appelants, ces oiseaux captifs qui, par leurs cris, attirent les migrateurs. Un recensement exhaustif des propriétaires d'appelants est en cours, et ces oiseaux devront désormais être individuellement bagués et feront l'objet d'une stricte traçabilité.



Pas question donc de baisser la garde, d'autant que, rappellent les autorités sanitaires, les migrateurs ne sont pas le seul facteur de contamination. Le commerce d'oiseaux vivants et celui de produits dérivés ont leur part ; ce qui fait dire au coordinateur de l'ONU pour la lutte contre la grippe aviaire que le monde devra apprendre à vivre avec le virus pendant plusieurs années encore. Aujourd'hui, 55 pays, sur quatre continents, ont, de manière endémique ou sporadique, été touchés par l'épizootie de grippe aviaire.


65 CAS D'INFECTION


C'est le cas de 14 pays de l'Union européenne et notamment de la Hongrie, dont les élevages ont été durement frappés. En France, 65 cas d'infection par le virus H5N1 ont été observés sur 2 862 cadavres d'oiseaux sauvages entre le mois de février et celui d'avril. Tous, à l'exception d'un cas proche de l'étang de Berre (Bouches-du-Rhône), étaient dans l'Ain, où un élevage de plusieurs milliers de volailles a dû être détruit.



Un scénario qui rend prudentes les autorités françaises, même si le mal a été rapidement jugulé. "Nous ne pouvons pas, insiste Jean-Marc Bournigal, directeur général de l'alimentation au ministère de l'agriculture, ne pas être inquiets de la progression géographique" du virus. Surtout en ce qui concerne "les pays africains et notamment l'Egypte", mais aussi l'Indonésie et la Chine.

Jean-Yves Nau


 http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3244,36-832610@51-824239,0.html

Un jour , on nous dit :"pas de problème" , un autre jour : "prudence" ....
Je pense qu'il faut toujours rester éveillé et surveiller ce qui se passe dans le monde , en espérant que nous serons au courant de ce qui peut de produire à un endroit ou l'autre
Titre: Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
Posté par: anne le 09 novembre 2006 à 21:08:37
nous sommes prudents face a un risque negligeable..
c'est geant.

exeption francaise ?
je signale qu'on parle bien de nous, dasn les journaux anglosaxons  avec nos " negligeables "... ca a surpris toute la planéte notre histoire... :-(
Titre: Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
Posté par: gérarddesaintmars le 10 novembre 2006 à 07:29:54
C'est vrai Anne, lorsque  l'on voit écrit  ce terme de "négligeable"  il apparaît quelque peu choquant  ;D  

J'imagine que tout cela a été pesé et mesuré ; pourtant , hier, en mettant le petit tableau à jour je me disais que cela  ne donnait pas une très belle idée de "la préoccupation française" face à la GA.... Nous (les Français) qui avons la meilleure préparation semblons nous montrer bien arrogants face au "risque lointain" ...

Un risque négligeable est un risque "sans importance", un risque dont finalement on peut "ne pas tenir compte". Et c'est bien le cas pour ce qui concerne les situations au regard de ces niveaux de risque ! Négligeable 1, négligeable 2.... Au plan cartésien c'est indiscutable ; au plan de la sémantique peut-être aurions-nous pu être moins abrupts et avoir un peu plus d'égards pour ce qui se passe si loin de nos frontières !

Moins choquant eut été le terme "mineur" , mineur dans le sens de "moindre importance" ; le "mineur 1" et le "mineur 2" arrivant avant le "niveau de risque faible" étaient tout aussi évocateur que ce "négligeable" qui fait se gausser nos "amis"  ;)
Titre: Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
Posté par: ryback le 10 novembre 2006 à 07:40:54
Je t'assure que le terme "négligeable" n'a pas surpris que les anglo saxons, C'est un terme qui vient en plus du dispositif français pour applanir la situation.

Tout va bien et il n' y a pas de risque et comme souligné dans les articles plus haut, le lendemain c'est le contraire avec des termes comme vigilance, prudence.........

Financièrement, les états n'ont certainement pas les moyens de gérer une seconde crise aviaire, c'est peut être une explication à ce que nous assistons en france actuellement......
 :idea:
Titre: Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
Posté par: gérarddesaintmars le 10 novembre 2006 à 08:06:59
Bonjour Ryback, Il apparaît de plus en plus évident que la Grippe aviaire n'est pas un thème de "saison"... En ce moment il convient surtout de "rassurer" et de ne pas "remuer" de possibles risques d'une éventuelle pandémie. Cela coûte trop cher !!!  Et nous pouvons le comprendre ! Une campagne de sensibilisation avant les fêtes de fin d'année serait très lourde de conséquences pour nos éleveurs , et je ne doute pas qu'ils ne méritent pas un tel sort ! La volaille française peut et doit se manger de bon appétit  ;D

La petite crise de début d'année (que M Houssin dans une récente intervention renvoie à "l'année dernière") a déjà coûté 75 millions d'euros ..... Imaginons ce que donnerait un réveil en régle de la crainte irraisonnée des "gens" si le Gouvernement se mettait à "expliquer" ce qui pourrait éventuellement advenir... Le poulet ferait triste mine dans les supermarchés  ;)   (encore que là il y aurait beaucoup à dire sur la relation du Français et de son poulet ; je cite pour exemple le propos que me tenait une voisine cet été : """Et votre grippe aviaire, on en est où ?....
on en parle plus... c'est pourtant bien parce que on a deux poulets pour le prix d'un ....""""". Bonjour le raisonnement !

Ceci étant dit il faudra un jour communiquer plus sérieusement sur ce sujet et "préparer" les mentalités à la perspective d'une pandémie. Pour l'instant il y a comme un répit... Est-ce l'effet des fêtes ? L'Europe semble vraiment épargnée et même nos amis indonésiens en sont officiellement aujourd'hui à 32 jours sans cas humain !
Titre: Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
Posté par: ryback le 10 novembre 2006 à 08:16:13
Je suis bien d'accord avec toi sur ce point.

Je comprends bien qu'il ne faut pas d'une seconde crise aviaire en france.



 :8)
Titre: Grippe aviaire : la prudence reste de mise en France
Posté par: gérarddesaintmars le 10 novembre 2006 à 09:07:54
Je me permettrai simplement de rajouter un extrait du message de félicitations que notre Président adressait à MMe Margaret Chan :

"""""