Forum Influmation

VIRUS H5N1 => ASIE - HUMAINS => Asie => Chine - Articles humains => Discussion démarrée par: gérarddesaintmars le 22 juin 2006 à 05:30:04

Titre: CHINE 2003 - M 23 ans - PEKIN- CAS OMS 20 officialisé en 2006
Posté par: gérarddesaintmars le 22 juin 2006 à 05:30:04
Source : http://www.cyberpresse.ca/article/20060621/CPACTUALITES/606211902/5024/CPDMINUTE

"""Le mercredi 21 juin 2006

La Chine aurait caché son premier cas d'infection humaine au virus H5N1

PAR HELEN BRANSWELL
Presse Canadienne
TORONTO

Des chercheurs chinois ont contredit la version officielle de Pékin quant au premier cas d'infection d'un humain au virus de la grippe aviaire de souche H5N1, ayant révélé qu'un Chinois a succombé au virus pas moins de deux ans avant que la Chine eut rapporté son premier cas humain auprès de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en novembre 2005.

Les huit spécialistes font état dans une lettre publiée ce jeudi dans les pages du New England Journal of Medecine - lettre dont ils ont tenté mercredi d'obtenir le retrait - du portrait génétique du virus H5N1 isolé chez l'homme, décédé en novembre 2003.

Ce cas précède chacun des 228 cas confirmés ayant été rapportés auprès de l'OMS depuis le début, en 2003, de la présente épidémie du virus de la grippe aviaire H5N1. Officiellement, les premiers cas humains de cette pandémie sont survenus au Vietman en décembre 2003.

Les spécialistes de l'influenza à l'extérieur de la Chine ont pendant longtemps pensé que le pays avait caché ou raté des cas de transmission aux humains du H5N1.

Jusqu'à présent, Pékin a rapporté 19 cas aux responsables de l'OMS. Douze de ces personnes sont mortes.

"Ils brillaient tout simplement par leur absence", a affirmé Earl Brown, virologiste à l'Université d'Ottawa, au sujet du silence de la Chine qui, tout au long de 2004 et pendant la majeure partie de l'année suivante, affirmait n'avoir détecté aucun cas d'infection humaine au virus H5N1, souvent fatal.

Un porte-parole du bureau de l'OMS en Chine a indiqué que les responsables de l'organisation approcheraient le ministère chinois de la Santé afin d'obtenir sa version des faits.

"""""""""""""""""""
Titre: Chine: Info sur 1er cas humain ignoré par version officielle
Posté par: gérarddesaintmars le 22 juin 2006 à 05:37:38
source : http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=10000087&sid=aF9R4lsq1Pbk&refer=top_world_news
""""""""""""""""""""""""
Titre: CHINE : l'OMS veut une explication
Posté par: niceam le 22 juin 2006 à 16:19:20
Le jeudi 22 juin 2006
La grippe aviaire escamotée par le SRAS
     
(AP)
 
Un Chinois de 24 ans mort d’une infection respiratoire en 2003, juste après le pic de l’épidémie de SRAS, aurait en fait succombé au virus H5N1 et non au coronavirus responsable du syndrome respiratoire aigu sévère, selon des chercheurs chinois. Les premiers cas humains de grippe aviaire seraient donc apparus en Chine (hors Hongkong) bien avant 2005, date de la première déclaration officielle à l’OMS par Pékin d’un cas humain d’infection par le virus H5N1.

L’épidémie de SRAS avait commencé dans le sud de la Chine en novembre 2002 mais n’avait été découverte qu’au début de l’année 2003. Les tests menés sur le jeune homme de 24 ans après sa mort n’ont pas révéler la présence du coronavirus. Un virus grippal a en revanche été découvert, virus qui s’est avéré être une souche de H5N1, selon les travaux de huit scientifiques chinois qui ont adressé leurs conclusions au New England Journal of Medicine. A la dernière minute, l’un des signataires a demandé à la revue américaine de retirer l’article, pour une raison inconnue. Cependant il était trop tard pour faire marche arrière.

La porte-parole de l’OMS en Chine a déclaré que son organisation demanderait des précision à Pékin sur ce cas, afin de comprendre pourquoi il a fallu tant de temps pour que l’erreur soit connue. Le fait qu’il y ait eu un cas de H5N1 en Chine à ce moment-là n’est pas vraiment surprenant. L’épizootie est endémique dans plusieurs régions chinoises depuis plusieurs années. C’est également à la fin de l’année 2003 que les premiers cas humains de grippe aviaires sont apparus au Vietnam. L’épidémie a commencé à faire parler d’elle en 2004, où de nombreux cas se sont déclarés en Thaïlande et au Vietnam.

On peut cependant s’interroger sur l’efficacité des dispositifs de surveillance en Chine. Officiellement, la Chine a enregistré 8 cas humains de H5N1 en 2005 (dont 5 décès) et 11 cas cette année (dont 7 décès).

Cécile Dumas
(22/06/06)http://sciences.nouvelobs.com/sci_20060622.OBS2789.html



GRIPPE AVIAIRE CHEZ L’HOMME DÈS 2003

L'OMS veut une explication de a Chine
Agence France-Presse
Pékin

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a demandé jeudi des explications à Pékin sur un cas humain de grippe aviaire en Chine en 2003, deux ans avant le premier annoncé officiellement par la Chine, a-t-on appris auprès du porte-parole de l'OMS à Pékin.

«Nous avons envoyé une lettre cet après-midi (jeudi) demandant une clarification au Ministère de la Santé, nous espérons obtenir une réponse formelle bientôt», a déclaré à l'AFP Roy Wadia.

La démarche de l'OMS intervient à la suite de la publication d'une lettre de huit scientifiques chinois dans le New England Journal of Medicine.

Dans leur texte, les scientifiques, issus d'institutions chinoises prestigieuses, font état de la mort due à la grippe aviaire d'un homme de 24 ans en novembre 2003 en Chine, à l'époque où le pays affrontait également une épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait fait 349 morts.

Le début de l'épizootie asiatique date de 2003, avec l'annonce de la mort de milliers de poulets près de Séoul.

Pékin a reconnu avoir trouvé en 2003 la souche mortelle du H5N1 sur des porcs, considérés comme un intermédiaire idéal dans la transmission du virus aux humains, mais n'a jamais informé l'OMS de ce cas.
[/color]
«Je ne pense pas que le fait d'avoir des cas humains en 2003 sur le continent en Chine soit une surprise, le virus se trouvait dans l'environnement depuis un certain temps, ce qui serait une surprise serait que le cas ait été confirmé et qu'il n'ait pas été signalé», a estimé M. Wadia.

Selon ce dernier, la principale question est de savoir pourquoi les autorités n'ont pas informé de ce cas humain.

«Pour l'instant, le ministère a indiqué que le cas était également une nouveauté pour lui, mais ce n'est pas une réponse satisfaisante, c'est un contact informel par téléphone, nous attendons une réponse formelle et nous aimerions avoir plus de clarification», a indiqué le porte-parole de l'OMS.

«Pour l'instant il y a beaucoup de questions et peu de réponses», a-t-il ajouté.

Le premier cas humain signalé par la Chine à l'OMS date de novembre 2005.

Au total, selon l'OMS, la grippe aviaire a touché 19 personnes en Chine (8 en 2005 et 11 en 2006), dont 12 ont trouvé la mort (5 en 2005 et 7 en 2006).

Les questions de ce genre ne sont pas les premières, ni les dernières, et on risque de faire d'autres découvertes et pas seulement en Chine >:(
Titre: CHINE : l'OMS veut une explication
Posté par: Gurkan le 22 juin 2006 à 17:26:52
Nous avons maintenant la preuve que les virus du SRAS et de la grippe aviaire cohabitent depuis le début en Chine continentale. Pour l'instant , rien ne nous laisse croire que le H5N1 va "s'éteindre" comme le coronavirus du SRAS.
Titre: CHINE : l'OMS veut une explication
Posté par: niceam le 23 juin 2006 à 08:43:51
http://www.romandie.com/infos/news2/060622165917.izfs1i32.asp
Cas humain de H5N1 en Chine en 2003: un médecin a tenté d'empêcher l'annonce

WASHINGTON - Au moins un des huit médecins chinois qui ont révélé l'existence d'un cas humain de grippe aviaire en Chine dès 2003, a tenté d'obtenir, sans explication et au dernier moment, le retrait de la lettre collective envoyée au "New England Journal of Medicine" (NEJM), a indiqué la revue jeudi.

Le décès d'un homme de 24 ans atteint du virus H5N1 de la grippe aviaire en Chine, deux ans avant le premier annoncé officiellement par ce pays, a été annoncé jeudi dans un texte écrit par huit scientifiques issus d'institutions chinoises prestigieuses et publié par la revue médicale américaine datée du 22 juin.

La direction éditoriale du NEJM a indiqué mener une enquête pour déterminer pourquoi au moins un de ces scientifiques a essayé de retirer la lettre à la dernière minute avant sa publication.

Cette démarche est parvenue trop tard au NEJM, l'article avait déjà été imprimé.

"Nous n'avons pas encore d'explication", écrit le Dr. Jeffrey M. Drazen, son rédacteur en chef.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a demandé jeudi à Pékin de s'expliquer sur ce cas, a indiqué un porte-parole de l'OMS, Roy Wadia.

"Nous avons envoyé une lettre cet après-midi (jeudi) demandant une clarification au Ministère de la Santé, nous espérons obtenir une réponse formelle bientôt", a-t-il déclaré à l'AFP.

Dans la lettre au NEJM, les scientifiques chinois expliquent que le jeune homme décédé en novembre 2003 à Pékin, tout d'abord diagnostiqué du Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS), était en fait infecté avec un virus A (H5N1) similaire à ceux trouvés en 2004 dans des volailles dans différentes régions de Chine. Ils font une description détaillée du génotype de ce virus.

Ce décès accroît les possibilités que d'autres personnes, dont la mort a été attribuée au SRAS durant l'épidémie de 2002-2003 aient en fait succombé à une infection du H5N1, selon des médecins américains.

La Chine n'a pas fait part de cas de décès humains dus au virus H5N1 en dehors de Hong Kong avant novembre 2005. Les autorités chinoises ont annoncé cette année là huit infections et cinq décès. Depuis le début 2006, Pékin a officiellement comptabilisé 11 cas d'infections et sept décès.

Depuis décembre 2003, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a recensé 228 infections et 130 décès dans dix pays.

Les premières infections humaines avec le virus H5N1 ont été observées à Hong Kong en 1997 avec 18 cas et six morts. Hong Kong a de nouveau été touché en 2003 avec deux cas et un mort, avant que la dernière vague actuelle ne commence en décembre 2003 au Vietnam.

Les autorités sanitaires internationales soupçonnent que les deux cas isolés de Hong Kong en 2003 résultent de contacts entre membres de famille ayant voyagé en Chine. Mais cette hypothèse n'a pu être prouvée.

Les huit scientifiques chinois co-auteurs de la lettre au NEJM travaillent pour l'Institut de Microbiologie et d'Epidémiologie de Pékin, le 309e hôpital de l'armée de libération du peuple, l'Institut du Génome de Pékin. Le principal auteur de cette communication est Dr. Wu-Chun Cao du Laboratoire d'Etat sur les pathogènes et la biosécurité.

Depuis septembre 2005, le président américain George W. Bush a appelé à un partenariat international pour lutter contre la grippe aviaire afin qu'elle ne devienne pas la "première pandémie du XXIe siècle" et critique régulièrement l'absence de transparence de certains pays.

(©AFP / 22 juin 2006 18h59)
Titre: MYSTERE SUR LE CAS POSSIBLE DE GA EN CHINE EN 2003
Posté par: niceam le 24 juin 2006 à 11:24:47
http://www.nytimes.com/2006/06/24/world/asia/24china.html?_r=1&oref=slogin

Le mystère s'approfondit sur le cas possible de grippe aviaire en Chine en 2003        
*   Par le Jr. de DONALD G. McNEIL.  Édité : 24 juin 2006
   
La Chine a-t-elle eu un mort de la grippe aviaire deux ans avant qu'elle ait admis avoir des cas humains ?    Le mystère s'est épaissi hier,  après la possibilité que quelqu'un aurait essayé de bloquer la publication de cet événement dans un journal médical américain prestigieux.    
Le New England Journal of Medicine a fait marche arrière sur une annonce qu'il avait faite 2 jours avant, disant que les 8 auteurs chinois d'une lettre décrivant la mort d'un homme en 2003 de la grippe aviaire avaient insisté sur le fait qu'ils désiraient vraiment que ce soit imprimé.    
La synchronisation de la mort est importante parce que les scientifiques croient que le virus de grippe aviaire A (H5N1) s'était infiltré dans les poulets de la Chine depuis longtemps, mais ce n'est qu'à novembre dernier que le gouvernement a admis avoir un cas humain ; il a officiellement rapporté 19 cas et 12 décès.
En 2003, la Chine a dissimulé des douzaines de décès du SRAS pendant des mois après que l'épidémie ait commencé là.    
Le journal était sous presse mercredi et les rédacteurs ont reçu plusieurs messages E-mail demandant que la lettre décrivant le mort en 2003 ne soit pas imprimée.
Ils ont semblé venir de l'adresse E-mail de l'auteur en chef de la lettre, le Dr. Wu-Chun Cao, du State Key Laboratory of Pathogens and Biosecurity.    
Hier, les rédacteurs du journal ont dit qu'ils avaient joint le Dr. Cao, et qu'il avait nié avoir envoyé cet E-mail. Sur leur demande, ils ont dit, il a faxé un rapport signé qu'il tenait à disposition ce que lui et ses co-auteurs avaient écrit.
Cependant, Sandra Jacobs, un porte-parole du journal, dit qu'elle n'avait pas reçu plus tôt un exemplaire de sa signature pour la comparaison.    
Le rédacteur, qui a parlé au Dr. Cao, n'a pas voulu révéler s'il a su pourquoi  un tel message E-mail avait été établi. Le Dr. Cao n'a pas répondu aux messages E-mail du New York Times.    La lettre a indiqué que les médecins ont au début pensé que l'homme de 24 ans avait eu le SRAS, mais les tests sur son tissu de poumon étaient négatifs. Elle n'a pas indiqué quand les tests de grippe ont été faits, et elle n'a pas noté d'anomalie entre la date de sa mort et le contrôle de la Chine.    Elle a détaillé la génétique du virus trouvé, disant que différentes parties ressemblaient à des virus A (H5N1) trouvés en 2004 dans 3 régions de la Chine et une région au Japon, et concluant que le virus qui l'avait tué, était un virus mélangé, et différent des autres trouvés dans les humains.
Ceci pourrait compliquer les efforts de réaliser un vaccin, il a noté.
Le bureau de l'OMS en Chine a demandé au gouvernement d'expliquer l'anomalie.    Liu Pengyu, du service de presse du Consulat chinois à New York, a indiqué hier qu'il ne savait rien au sujet de l'étude, mais ne croyait pas que son gouvernement essayerait de dissimuler une mort plus tôt de grippe aviaire.
Précisant qu'il avait été largement critiqué pour cacher son épidémie de SRAS, il a dit : « Notre premier ministre prend une position très sérieuse sur ces questions. Nous ne pensons pas qu'il y a quelque chose à cacher. »
Titre: MYSTERE SUR LE CAS POSSIBLE DE GA EN CHINE EN 2003
Posté par: anne le 24 juin 2006 à 13:05:02
" La lettre a indiqué que les médecins ont au début pensé que l'homme de 24 ans avait eu le SRAS, mais les tests sur son tissu de poumon étaient négatifs. Elle n'a pas indiqué quand les tests de grippe ont été faits, et elle n'a pas noté d'anomalie entre la date de sa mort et le contrôle de la Chine. Elle a détaillé la génétique du virus trouvé, disant que différentes parties ressemblaient à des virus A (H5N1) trouvés en 2004 dans 3 régions de la Chine et une région au Japon, et concluant que le virus qui l'avait tué, était un virus mélangé, et différent des autres trouvés dans les humains.
Ceci pourrait compliquer les efforts de réaliser un vaccin, il a noté. "
Titre: NEJM - VIRUS EN CHINE
Posté par: niceam le 27 juin 2006 à 15:43:53
Fatal Infection with Influenza A (H5N1) Virus in China
http://content.nejm.org/cgi/content/full/354/25/2731

extraits trad niceam

Ces résultats suggèrent que la grippe A/Beijing/01/2003 puisse être un virus mélangé. Les analyses phylogénétiques des gènes HA et  Na des souches représentatives de la grippe A (H5N1) ont indiqué que les virus isolés dans des patients en Thaïlande et au Vietnam en 2004 et 2005 appartiennent au même clade, et ceux obtenus à partir des patients à Hong Kong en 1997 et 1998 sont d'un autre clade (Figure 1 dans l'appendice supplémentaire, disponible avec le texte intégral de cette lettre  www.nejm.org ).
Un échantillon de virus obtenu à partir d'un patient à Hong Kong en 2003 semble représenter un génotype transitoire, dont la séquence gènétique HA était près du fcluster d'Asie du sud-est (figure 1A dans l'appendice supplémentaire), tandis que la séquence génétique  Na était proche de celle du cluster de Hong Kong en 1997 et 1998 (figure 1B dans l'appendice supplémentaire).
Les analyses phylogénétiques des gènes HA ou Na ont indiqué que la souche de la grippe A/Beijing/01/2003 était génétiquement éloignée des virus précédemment isolés dans les humains, bien qu'elle semble provenir d'une lignée semblable à la lignée de la grippe A/goose/Guangdong/1/96 (Gs/GD).

Qing-Yu Zhu, M.D.
State Key Laboratory of Pathogens and Biosecurity
Beijing 100071, China
Titre: CHINE : des précisions sur cas possibles GA en 2003
Posté par: gérarddesaintmars le 10 juillet 2006 à 10:29:59
Source : http://fr.chinabroadcast.cn/181/2006/07/10/43@103822.htm
""""""
Titre: mieux vaut tard que jamais
Posté par: alain le 08 août 2006 à 06:38:44
http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20060808.FAP4292.html

Grippe aviaire: Pékin confirme la mort d'un malade en 2003, soit deux ans avant l'annonce du premier cas en Chine

AP | 08.08.06 | 07:09


PEKIN (AP) -- Pékin a confirmé mardi la mort d'un malade de la grippe aviaire en 2003, soit deux ans avant l'annonce par la Chine de son premier cas humain.
Le soldat âgé de 24 ans était tombé malade en novembre 2003 et le ministère chinois de la Santé déclare sur son site Internet avoir "confirmé le cas de H5N1", la souche hautement pathogène de la grippe aviaire.
Cette mort avait été révélée en juin dernier dans une lettre envoyée par des chercheurs chinois à un journal médical américain.
Cette confirmation tardive suscite des interrogations sur la capacité de la Chine à déceler ou à informer très tôt sur une infection humaine de la grippe aviaire.
Cette mort est survenue deux ans avant l'annonce officielle par Pékin du premier cas humain dans le pays mais seulement quelques mois avant que le virus ne se propage au Vietnam et à la Thaïlande. AP
Titre: Chine: OMS prend en compte cas 2003 (bul du 8/8/06)
Posté par: gérarddesaintmars le 08 août 2006 à 14:47:51
La prise en compte de ce cas se traduit donc pour la Chine par un total de 20 cas dont 13 décès. Le cas 2003 est normalement comptabilisé pour cette année sur le tableau récapitulatif.
Source : http://www.who.int/csr/don/2006_08_08/en/index.html
""""""""""""""""""
Titre: La Chine nie avoir voulu cacher la grippe aviaire
Posté par: shl78 le 12 août 2006 à 08:08:04
La Chine nie avoir voulu cacher la grippe aviaire

PEKIN (AFP) - La Chine a assuré jeudi qu'elle n'avait pas cherché à dissimuler la grippe aviaire, deux jours après avoir admis que le premier cas humain confirmé datait de 2003 et non de 2005 comme elle l'affirmait jusqu'alors.
"A cette époque, il y avait une épidémie de pneumonie atypique, ce cas avait des symptômes similaires à celui du SRAS (...) la grippe aviaire n'était pas encore une maladie sur laquelle nous avions à faire des rapports", a expliqué le vice-ministre de la Santé, Jiang Zuojun.

Mardi, le ministère de la Santé avait reconnu qu'un cas humain de grippe aviaire - un soldat de 24 ans - était survenu en novembre 2003.

Jusqu'alors, la Chine n'avait pas fait part de cas de décès humains dus au virus H5N1 en dehors de Hong Kong avant novembre 2005.

Selon, M. Jiang, les tests de laboratoire pour déterminer l'origine de l'infection ont "pris du temps".

"Les laboratoires ont été prudents", a ajouté le vice-ministre, admettant toutefois que les institutions scientifiques et sanitaires chinoises devaient à l'avenir "renforcer la communication et les contacts avec les organisations internationale de prévention des maladies".

Avec le cas de 2003, le nombre de personnes contaminées en Chine est officiellement de 20, dont 13 sont décédées, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui réclame régulièrement plus de coopération de la part des autorités chinoises.

La Chine avait été sévèrement critiquée en 2003 par la communauté internationale pour avoir caché le début de l'épidémie de pneumonie atypique.

http://fr.news.yahoo.com/10082006/202/la-chine-nie-avoir-voulu-cacher-la-grippe-aviaire.html
Titre: La Chine nie avoir voulu cacher la grippe aviaire
Posté par: mum le 12 août 2006 à 09:44:46
ils l'ont pas caché ,ils l'ont oublié dans un tiroir... :nonnon:
Titre: La Chine nie avoir voulu cacher la grippe aviaire
Posté par: anne le 12 août 2006 à 10:38:09
mais c'est pas facile tout de meme, de  re-penser au fait que le patient X, qui est mort dont ne sait quoi,mais pas du SRAS, dans un service de pneumologie , avait peut etre ceci ou cela.
Puis de faire des tests a posteriori, a partir de serum congelés...

c'est plus facile
 de "perdre "un dossier  ou de mal l'etiqueter ( mettre le mauvais code informatique si on a...et la, c'est fichu, le dossier part aux oubliettes.....classé dans une autre maladie )
de perdre  un serum, etc..
que de faire une publication
donc CHAPEAU LA CHINE sur ce coup la....

ceci dit il y a eu un petit episode pas clair, pour la parution de ce cas dans le new england J M .
Titre: La Chine nie avoir voulu cacher la grippe aviaire
Posté par: gérarddesaintmars le 12 août 2006 à 12:39:59
C'est vrai que ce n'est pas si évident de "rouvrir" un tiroir qui contient la badine avec laquelle on ne manquera pas de se faire fouetter , même si  sur "ce coup là"  on leur a un peu forcé la main.  ;D

Et puis, c'est vrai aussi que cette reconnaissance ne peut que servir la candidature de la probable future présidente de l'OMS.... ;)
Titre: La Chine nie avoir voulu cacher la grippe aviaire
Posté par: anne le 12 août 2006 à 22:17:40
promed mail ce jour
http://www.promedmail.org/pls/promed/f?p=2400:1001:16316877834262513441::NO::F2400_P1001_BACK_PAGE,F2400_P1001_PUB_MAIL_ID:1000,33973
le jeune soldat, premier cas humain au monde, a été reconnu par OMS, et rajouté a la liste ( 20 cas dont 13 mortels en incluant ce jeune soldat

son cas fut tout d'abord testé par des medecins militaires, qui ont trouvé infection par H5n1 - mais quand ? mais ne l'ont dit au ministre de la santé, qu' il y a peu de temps
Leur communication avec les centres de prevention des maladies devraient se renforcer dans le futur, dit jiang( vice ministre de la santé )

China's Health Ministry had said military scientists first tested the
soldier and found he had been infected with HN51 but did not tell the
Health Ministry until much later. "Their communications with disease
prevention organisations should be strengthened in future," Jiang said.


La Chine a confirmé le cas seulement après que les chercheurs chinois auint édité une lettre dans le journal de la Nouvelle Angleterre  en juin disant  qu'un soldat, qui était mort après avoir été admis à l'hôpital en novembre 2003 pour la détresse respiratoire et  pneumonie  avait été atteint de H5N1. Les tests suivants en coopération avec l'organisation mondiale de la santé (OMS) ont confirmé les résultats des chercheurs. L'OMS a déclaré que le soldat était le 1er cas confirmé dans la manifestation du monde, précédant un cas au Vietnam.

 Le cas du soldat avait incité des questions si d'autres infections H5N1 humaines en Chine s'étaient développées avant son 1er cas humain rapporté, près de la fin de 2005.
Jiang dit là n'étaient aucun cas enregistré de la grippe d'oiseau avant le soldat parce qu'il n'y avait aucune donnée.
Il a dit que la maladie du soldat était au commencement un puzzle seulement confirmé comme grippe d'oiseau par des tests prolongés. "a ce moment la,, nous avions des tests standard incomplets pour le diagnostic...pour les données que nous avons sous la main,  elles commencent à partir de 2003, par ce qui était le premier cas, "il a dit.

 Les résultats des scientifiques étaient l'une des indications les plus claires pourtant que ce le virus pourrait avoir été présent dans le vaste pays depuis beaucoup plus longtemps que cela n''avait été rapporté. Les experts  de Hong Kong ont longtemps insisté sur le fait que le virus a longtemps été présent en  Chine, mais que les autorités chinoises ont nié cela.

------------------------------------------------------------------------
il y a eu un episode dont je me souviens tres tres vaguement avec le prof GUAN YI du labos de HK  qui fut empeché d'etudier des prelevements. oiseaux de chine..
ce prof a vigoureusement protesté..