Forum Influmation

VIRUS H5N1 => AFRIQUE ANIMAUX => Afrique => Cameroun - Articles animaux => Discussion démarrée par: niceam le 22 mai 2006 à 11:49:44

Titre: CAMEROUN Yaoundé : Cinq wagons de porcs bloqués à la gare
Posté par: niceam le 22 mai 2006 à 11:49:44
Yaoundé : Cinq wagons de porcs bloqués à la gare

http://www.camer.be/index2.php?art=1445
Il s'agirait d'une mesure liée à la découverte de la grippe aviaire à l'Extrême-Nord.
Dans la nuit de vendredi à samedi derniers, les vendeurs de porcs de la ville de Yaoundé ont pu rentrer en possession de leurs bêtes, après un bras de fer qui les a opposé pendant une journée entière aux autorités du ministère de l'Elevage et des industries animales. Plus d'un millier de porcs, en provenance de la province de l'Extrême-Nord, et qui sont arrivés par le train de jeudi soir (Ngaoundéré-Yaoundé) ont été bloqués par les éléments du commissariat spécial des chemins de fer.

"On ne nous a rien notifié. On nous a juste empêché de décharger nos bêtes", affirme Louis Djomatchoua, président national des commerçants de porcs qui, avec ses collègues, a décidé d'en savoir plus, en initiant des démarches auprès de la préfecture du Mfoundi et de la délégation provinciale du Minepia. D'après les commerçants, le délégué provincial était d'ailleurs personnellement présent, ainsi que quelques vétérinaires, à l'arrivée du chargement à problème.

Vendredi 19 mai 2006. A la gare marchandises de Yaoundé, où les bêtes sont bloquées, quelques policiers montent la garde. Une forte odeur se dégage des cinq wagons, d'où proviennent des cris de bêtes affamées. En dehors de cela, tout est calme. Les policiers ne veulent rien dire de ce qui se passe et renvoient au ministère. "On me dit juste de garder les bêtes", avance l'officier de police qui dirige la petite équipe en faction. Entre les autres personnes qu'on aperçoit dans les parages, le sujet de conversation c'est "l'affaire des porcs". "Pourquoi on ne leur dit pas la raison pour laquelle on les empêche de décharger leur marchandise", s'étonne une femme.

Pendant ce temps-là, les commerçants ont rempli une demande d'audience à la préfecture du Mfoundi et espèrent être reçus par le préfet. Ils devront pourtant revenir en catastrophe à la gare marchandises. Il est 14h et les wagons ont été déplacés. Les policiers tiennent leurs armes à la main. Trois camions sont garés dans la cour. Ils étaient censés transporter les bêtes en direction de la Sodepa, mais les commerçants s'y sont opposés. On est à deux doigts de l'affrontement. "Les porcs ne bougent pas. Nous sommes même prêts à mourir.", lance un commerçant. Une femme, les mains sur la tête, fait mine de pleurer.

Préfecture
Quelques porcs sont morts. Les commerçants les sortent des wagons pour les poser à l'extérieur. Le délégué provincial du Minepia et le commissaire de la gare sont partis. Les commerçants pensent qu'ils vont chercher des renforts. A travers une conversation entre d'eux d'entre eux, on comprend la raison de la réaction du Minepia.
Au moment où le virus H5N1 de grippe aviaire a été détecté dans la province de l'Extrême-Nord, le transport de la volaille et des porcs (potentiels porteurs de ce virus) a été interdit de la province de l'Extrême-Nord vers d'autres régions du pays. Un commerçant nous avoue avoir passé deux mois à Yagoua, avec des bêtes qu'il venait d'acheter et qu'il comptait acheminer sur Yaoundé.

Il a fini par passer, après avoir tenté toutes sortes de médiations. Apparemment, malgré l'interdiction officielle, les commerçants ont continué à transporter les porcs, au nez et à la barbe des autorités de l'Extrême-Nord. D'où la descente des autorités administratives locales jeudi dernier à la gare marchandises de Yaoundé. La décision sera finalement prise, tard dans la nuit, de permettre à ces commerçants de rentrer en possession de leur marchandise. Ils continuent cependant de crier à qui veut les entendre, qu'ils ne savent pas pourquoi les bêtes étaient bloquées. Ni de quoi demain sera fait, pour eux et pour les amateurs de porc de la ville de Yaoundé.