Forum Influmation

VIRUS H5N1 => EUROPE - ANIMAUX => Europe => Roumanie - Articles animaux => Discussion démarrée par: anne le 15 mai 2006 à 20:22:00

Titre: recherche de tonnes de poulets...
Posté par: anne le 15 mai 2006 à 20:22:00
Grippe aviaire: des tonnes de poulet potentiellement contaminées en Roumanie


©AFP/Archives - Daniel Mihailescu
BUCAREST (AFP) - Monday 15 May 2006 - 17:36
Les autorités roumaines sont parties lundi à la recherche de plusieurs dizaines de tonnes de poulet provenant d'un élevage de Codlea (centre), où un foyer de grippe aviaire a été identifié ce week-end, alors qu'un début de panique s'est emparé des consommateurs.
La découverte pour la première fois du virus H5N1 dans un élevage industriel intervient à la veille d'un rapport crucial de la Commission européenne sur l'intégration de la Roumanie, où devraient notamment figurer trois "feux rouges" liés à l'agriculture et à la sécurité alimentaire.
Environ quatre tonnes de poulet susceptible d'être contaminé par le virus de la grippe aviaire ont été saisies ces dernières 24 heures dans plusieurs hypermarchés de Bucarest, dont celui du groupe franco-belge Cora, selon la direction sanitaire vétérinaire (DSV).
Le poulet provenait de l'élevage Drakom Silva de Codlea où le virus a été décelé dimanche, a précisé à l'AFP le directeur de la DSV, Constantin Savu. Selon lui, des inspecteurs vont "intensifier les contrôles afin de ratisser le plus grand nombre possible de supermarchés et dépôts de viande de la capitale".
Des contrôles similaires ont été menés dans plusieurs départements où aurait été mis en vente du poulet provenant de Codlea.
"Il s'agit d'une mesure supplémentaire de précaution, puisque jusqu'ici le virus de la grippe aviaire a été décelé uniquement sur des poules vivantes vendues illégalement par Drakom Silva à un agriculteur privé", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Agriculture Adrian Tibu.
Par contre, les produits à base de volaille vendus par cette société "bénéficiaient bien de l'avis sanitaire vétérinaire requis", a-t-il précisé.
En revanche, les quelque 500 volatiles achetés par un particulier et revendus en violation de l'interdiction formelle instaurée peu après l'apparition du premier cas de grippe aviaire en Roumanie, en octobre, ont propagé cette maladie dans huit autres foyers.
"L'élevage de Codlea est à l'origine de cette nouvelle épizootie", a déclaré M. Tibu, selon qui des tests de dépistage du virus H5 ont continué à être effectués en Roumanie même après l'annonce par Bucarest de l'"éradication" du dernier foyer de cette maladie, le 21 avril.
Convoqués d'urgence, les responsables du département de Brasov (où se trouve Codlea) chargés d'empêcher une propagation de la grippe aviaire, tentaient lundi après-midi de reconstituer le trajet des volailles vendues ces dernières semaines par Drakom Silva.
Mais déjà, nombre de consommateurs se montraient réticents à acheter du poulet, tandis que ceux refusant de céder à la panique vérifiaient scrupuleusement les étiquettes pour s'assurer que la viande ne provenait pas de la zone de Codlea.
"La réapparition de la grippe aviaire est un coup dur pour les éleveurs roumains, qui ont déjà subi des pertes de plusieurs centaines de millions d'euros à la fin 2005", a déclaré à la presse le responsable de l'Association nationale des éleveurs, Ilie Van.
Le Parquet général a pour sa part annoncé avoir engagé des poursuites pénales contre X pour "propagation de maladie chez des animaux", les coupables risquant jusqu'à 15 ans de prison.
Le ministre de la Santé Eugen Nicolaescu a indiqué avoir renforcé la présence des médecins dans le centre du pays, où est distribué déjà du Tamiflu aux habitants.
Au total, 56 foyers de grippe aviaire ont été confirmés en Roumanie depuis la découverte du virus sur des oiseaux de basse-cour, le 7 octobre, dans le delta du Danube (sud-est).

Rque: je comprends la reticence des consommateurs, tout de meme !
Titre: Roumanie: le poulet sème l'angoisse
Posté par: niceam le 16 mai 2006 à 10:11:26
Grippe aviaire. Un élevage industriel est accusé d'avoir vendu des volailles malades.


par Luca NICULESCU
QUOTIDIEN : mardi 16 mai 2006

Bucarest de notre correspondant

Si la situation n'était pas aussi préoccupante, elle prêterait à sourire : l'élevage industriel frappé par la grippe aviaire s'appelle Drakom ; il est situé à Codlea, en Transylvanie, à quelques kilomètres seulement du célèbre château de Bran, celui du non moins célèbre... Dracula. Drakom s'est tristement illustré ces derniers jours : cet établissement de 120 000 volailles est accusé d'avoir livré dans plusieurs départements roumains, sans avis vétérinaire ni certificat de qualité, des volatiles susceptibles d'être infectés par le virus H5N1.

Transport interdit. La police a ouvert une enquête afin de savoir si le patron de l'élevage est «responsable» de la propagation de ce virus. Selon plusieurs témoignages, cela faisait déjà sept jours que l'élevage était confronté à une mortalité extrêmement élevée (près de 4 000 volailles entre le 7 et le 12 mai). La police veut aussi faire la lumière sur la macabre découverte faite par des journalistes de la chaîne roumaine Antena 1 : des milliers de volailles en état de putréfaction et recouverts de sacs plastique retrouvés dans une fosse, à quelques centaines de mètres seulement de l'élevage. Selon le quotidien Gandul, l'enquête pourrait également concerner les autorités locales du département de Brasov, s'il est avéré que certains responsables locaux étaient au courant de la surmortalité des volatiles de Drakom...

Depuis samedi soir, des équipes de vétérinaires sillonnent le pays afin de retrouver la trace de la viande en provenance de Drakom. La liste est longue : en l'espace de quelques jours, des tonnes de poulets sont arrivées dans des supermarchés de Galati (est), Prahova (centre), Vrancea (nord), mais également Bucarest, la capitale (sud), où quatre tonnes suspectes ont été saisies hier dans des hypermarchés, dont celui du groupe franco-belge Cora.[/size]

Par ailleurs, le transport de volailles a été interdit dans tout le pays, et plusieurs dizaines de filtres de désinfection ont été installés dans les régions touchées. Un million de volailles seront abattues dans les prochains jours ­ un chiffre qui donne la mesure de la situation. Depuis la découverte du premier cas de grippe aviaire, le 7 octobre, 420 000 volailles seulement avaient été abattues. Par ailleurs, le ministre de la Santé, qui qualifie pudiquement la situation de «compliquée», a annoncé une vaste distribution de Tamiflu aux habitants des zones affectées, afin de prévenir l'apparition d'un éventuel cas humain de la maladie.

Espoir envolé. Cette crise intervient alors que la Roumanie commençait à peine à souffler. Il y a deux semaines, les autorités annonçaient fièrement l'éradication du virus et espéraient pouvoir bientôt reprendre l'exportation de volailles vers les pays de l'Union européenne. Aujourd'hui, cet espoir s'est envolé. «Les ventes reprenaient à peine, on craint maintenant un arrêt total, s'inquiète Ilie Van, président de l'Union des éleveurs de poulet. Déjà, après la découverte des premiers cas, au mois d'octobre, les ventes avaient chuté de 70 %...»

Espérons qu'il n'y a pas eu d'exportations de contrebande...