Forum Influmation

VIRUS H5N1 => EUROPE - ANIMAUX => Europe => Suisse - Articles animaux => Discussion démarrée par: derborence le 08 avril 2006 à 19:48:52

Titre: FRONTIERES SOUS CONTRÔLE
Posté par: derborence le 08 avril 2006 à 19:48:52
Les oiseaux sont devenus de mauvais augure, la planète se met à trembler devant une grippe au nom de plaque d’immatriculation. Chaque Etat s’interroge sur la manière de contenir l’imminente contagion, si besoin au moyen de caméras thermiques placées dans les aéroports, prêtes à repérer le moindre humain fébrile pénétrant sur son territoire. C’est l’un des dispositifs que l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) imagine dans son plan d’action en cas d’alerte rouge à la pandémie.
A l’heure où la psychose aviaire atteint des pics, d’autres mesures de surveillance sanitaire aux frontières font beaucoup moins parler d’elles. A s’intéresser de près au remarquable travail bénévole de l’organisme Sida Info Doc Suisse, dont les vivres ont été coupés par l’OFSP en 2004, on se rend compte que plus de cent Etats – la moitié du globe – restreignent ou interdisent l’accès à leur territoire aux séropositifs et malades du sida. Dans ces pays, le statut sérologique conditionne l’obtention d’un visa touristique ou d’un permis de séjour de longue durée.
Une typologie des dispositions légales permet de se rendre compte de l’ampleur de cette géopolitique de l’exclusion (lire en p.6). Elles ont été édictées pour la plupart dès les premières «années sida», dans un climat de psychose où le VIH se percevait presque aussi contagieux que la scarlatine. Ces mesures de surveillance, totalement disproportionnées, discriminatoires, sont non seulement toujours en vigueur, mais elles se renforcent dans certains pays pour des motifs liés aux budgets de la santé. Au vu du climat actuel, ce n’est pas demain que le monde s’en inquiètera.
Copyright © 360° 1998-2006 - Toute reproduction est interdite
Titre: FRONTIERES SOUS CONTRÔLE
Posté par: Gurkan le 08 avril 2006 à 20:04:42
Il n'y a aucune psychose dans la préparation à une pandémie de grippe qui pourrait faire des dégats indicibles.