Forum Influmation

VIRUS H5N1 => AFRIQUE ANIMAUX => Afrique => Cameroun - Articles animaux => Discussion démarrée par: Le Drakkar Bleu Noir le 14 mars 2006 à 00:42:40

Titre: CAMEROUN et après le GABON ?
Posté par: Le Drakkar Bleu Noir le 14 mars 2006 à 00:42:40
Afrique-Grippe aviaire

Le virus H5N1 détecté chez un canard d’élevage au Cameroun pourrait arriver au Gabon


Date de parution : dimanche 12 mars 2006.

LIBREVILLE, 12 mars (Infosplusgabon) - Le virus H5N1 de la grippe aviaire a été détecté samedi chez un canard d’élevage dans la province de l’Extrême-Nord du Cameroun qui devient alors le quatrième pays africain où le virus a été décelé.

Le Nigeria, l’Egypte et le Niger avaient été touchés jusqu’ici. Le Cameroun, qui a une frontière commune de 1800 km avec le Nigeria, avait interdit toute importation de volailles nigérianes après l’annonce le 8 février de la découverte du H5N1 dans ce pays, premier foyer africain de la grippe aviaire.

Depuis la découverte du virus de la grippe aviaire au Nigeria, l’inquiétude grandit dans les pays de la région.

En Afrique, plus qu’ailleurs dans le monde, les moyens disponibles pour circonscrire l’expansion de la grippe aviaire parmi les volatiles sont limités.

Les lacunes des services vétérinaires, la porosité des frontières, la difficulté à faire passer le message sur les risques liés à la manipulation et au transport des volailles infectées auprès des populations, constituent autant d’obstacles en matière de lutte contre l’épizootie.

Les responsables gouvernementaux sont conscients de cette situation et certains d’entre eux, comme au Nigeria ou au Tchad, ont d’ores et déjà fait appel à la communauté internationale pour obtenir une aide.

Au Gabon, les inquiétudes viendraient de l’importation frauduleuse de volailles en provenance du Nigeria, du Cameroun ou d’autres pays qui essayeraient d’écouler leur stock sur le marché gabonais.

Le gouvernement gabonais a dans un premier temps décidé d’interdire les importations de volaille, d’œufs, de poussins d’un jour, de porc en provenance des pays frappés par la grippe aviaire (Vietnam, Thaïlande, Chine et Indonésie) et, par mesure préventive, d’Afrique du Sud.

Les premiers cas de grippe aviaire remontent à février 2004 en Asie où des centaines de milliers de poulets ont été exterminés, et au début de septembre Afrique du Sud où, des autruches avaient été abattues dans une ferme.

Après la découverte de nombreux foyers de grippe aviaire au Nigeria, le Gabon avait décidé le 11 février de suspendre ses importations de volaille en provenance de ce pays frontalier du Cameroun mais aussi d’autres pays où sévit cette épidémie.

Le ministère de la Santé a expliqué que la décision du gouvernement a été prise à l’issue de la réunion de la Commission ad hoc mise sur pied pour prévenir et enrayer l’épidémie de grippe aviaire de type H5N1 qui s’est déclenchée dans un élevage de poulets de l’Etat de Kaduna, au nord du Nigeria.

Rappelons que le Gabon et le Nigeria entretiennent des échanges directs par la mer et plusieurs produits alimentaires sont importés au Gabon, dont les poulets, les cailles et les perdrix.

LE VIRUS H5N1 POURAIT ARRIVER AU GABON

Selon les observateurs et compte tenu de la perméabilité des frontières gabonaises et surtout de la pénétration facile des eaux territoriales par des clandestins à bord des pirogues, nul doute que si le virus de la grippe aviaire arrivait au Gabon, les résultats seront catastrophiques.

Et cela en partie à cause de l’insalubrité qui prévaut actuellement dans les quartiers populaires de Libreville notamment où les animaux, volailles, moutons et porcs cohabitent avec les habitants.

Le Niger, le Tchad, le Bénin, le Cameroun et le Gabon ont interdit l’importation de volailles nigérianes pour éviter la propagation du virus hors du Nigeria, virus qui a déjà a son actif plus de 90 morts dans le monde, essentiellement en Asie et en Turquie, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le Gabon, petit pays d’Afrique centrale de 1,5 million d’habitants se trouve dans une situation de dépendance alimentaire car 98% de ses besoins en volaille et en viande de boeuf et de mouton sont importés, selon des statistiques officielles.

Une grande part de œufs provient du Cameroun voisin au même titre que les légumes et autres produits agricoles. Chaque année, le Gabon dépense plus de 47 millions de dollars US pour ces produits importés, rappelle le ministère du Commerce.

Avec l’arrivée du virus de la grippe aviaire au Cameroun, les risques de contamination des élévages au Gabon sont devenus plus que probables.

FIN/IPG/GHD/ALP/RSD/2006
 ::)