Forum Influmation

VIRUS H5N1 => AFRIQUE ANIMAUX => Afrique => Nigéria - Articles animaux => Discussion démarrée par: Le Drakkar Bleu Noir le 03 mars 2006 à 18:39:18

Titre: NIGERIA les pertes dues à la grippe aviaire frappent
Posté par: Le Drakkar Bleu Noir le 03 mars 2006 à 18:39:18
NIGERIA
article non daté probablement de la semaine du 20 Février 2006

Comme quoi NIGERIA peut s’écrire FRANCE ou FRANCE NIGERIA  au vu des positions défendues…

Un grand merci à NICEAM qui a bien voulu se charger de la traduction de ce long texte !

Dans lequel on apprend que ce n’est pas en janvier mais décembre que les problèmes ont commencé et où l'on voit la contrebande tenir boutique en ville.

 un article paru dans  le DAILY CHAMPION

http://www.champion-newspapers.com/features/teasers/article_2


Panique : les pertes dues à la grippe aviaire  frappent

La manifestation de la grippe aviaire mortelle dans l'état de Kaduna la semaine dernière, a jeté l'industrie de la volaille dans la confusion et les inquiétudes soulevées concernant l'implication sur la santé de l'ensemble des habitants.

Le Correspondant, JOHN SHIKLAM, qui a visité le village de Birnin Yero, où la maladie a été notée pour la première fois, a fait un rapport.

L'atmosphère de la conférence Hall de la National Library, à Kaduna dans la soirée de vendredi, 10 février, a été lourde pendant que les membres du Kaduna State Chapter de Poultry Farmers Association du Nigéria (PAN) tempêtaient pour une réunion d'urgence pour discuter du malheur qui les a frappés à la suite de l'outbreak du "lit" redouté de la grippe à Sambawa Farms près de Jaji, environ 25 kilomètres de Kaduna.

Leurs craintes et anxiété étaient très évidentes comme l'ont exprimé orateur après orateur à la réunion, du sort malheureux du business de la volaille à Kaduna et au Nigéria.

Cela été une "pénultième" triste situation depuis mercredi où le gouvernement fédéral a confirmé cette grippe aviaire qui a ravagé les volailles et a mené à la perte de vies humaines en Asie et quelques parties de l'Europe, est arrivée au Nigéria par Kaduna où la maladie redoutée a été détectée dans les fermes de Sambawa chez Birnin Yero, village près de Jaji.

Le problème, on a réellement démarré l'année dernière en décembre, quand les fermes de Sambawa ont acheté des poussins d'un jour quelque part dans Kano.
 
On a dit que plusieurs des oiseaux mouraient au loin chaque jour, incitant promptement les experts a venir étudier la cause de la mort des oiseaux dans les fermes.

Les vétérinaires scientifiques à Ahmadu Bello Unversity, Zaria, ont dit qu'ils étaient embarqués sur des investigations complètes après que National Veterinary Research Institutl (NVRI) Vom, près de Jos, état de Plateau, ait diagnostiqué la maladie comme grippe aviaire.

Food and Agricultural Organisation(la FAO) à Rome, Italie, plus tard a reconfirmé la maladie, comme grippe redoutée d'oiseau. Les nouvelles outbreaks de la maladie étaient choquants, incitant le gouvernement d'état à agir pour s'assurer que la maladie ne se répande pas.

Un comité dirigé par le Secrétaire permanent, ministre d'état de la santé Dr. Abdulhamid Sadiq, a été immédiatement installé pour contenir la situation.

Le gouverneur d'état de Kaduna, Alhaji Ahmed Mohammed Makarfi, tout en parlant à la fin d'une réunion entre les fonctionnaires de l'organisation mondiale de la santé (OMS), United Nations International Children’s Funds (l'Unicef) et les fonctionnaires des ministères de la santé et de l'agriculture, ont apaisé les craintes, énonçant que la situation n'est pas aussi mauvaise que les gens le pensent.

Il a dit que seulement une ferme a eu l'infection et a assuré que tout était fait pour arrêter la diffusion de la maladie. Parmi les mesures prises par le gouvernement d'état il y a la destruction de toutes les volailles des fermes de Sambawa aussi bien que volailles dans d'autres fermes commerciales qui pourraient avoir acheté leurs poussins d'un jour à l'endroit identifié dans Kano.

De même, des hôpitaux dans l'état ont été mis en alerte et observent les symptômes de la maladie dans les êtres humains.

Tous les ouvriers aux fermes de Sambawa doivent également être examinés pour confirmer s'ils n'ont pas été infectés par le virus.
Le gouvernement a également interdit le mouvement des poulets dans et en dehors de l'état de Kaduna et a ordonné à la police ne pas permettre des volaille dans ou en dehors de l'état de Kaduna.

Le dit gouvernement d'état est allé plus loin, en disant que tout serait fait pour protéger la communauté dans les fermes de Sambawa.

Dans une entrevue avec Daily Champion, le Président du comité installé par le gouvernement d'état pour contrôer la manifestation de la maladie, Dr. Abdulhamid Sadiq, a assuré qu'il n'y avait aucune raison pour s'alarmer. "nous devons nous assurer que nous faisons quelque chose pour contenir la situation. Car maintenant, il n'y a pas à s'inquiéter

Des éleveurs de volaille sont conseillés de nous rapporter un grand nombre de décès des volailles dans leurs fermes. Naturellement, nous ne devons pas oublier que pendant le "harmattan", les volailles meurent même sans grippe aviaire. Puisque vous avez perdu deux oiseaux, vous ne devriez pas vous précipiter à tuer vos poulets, mais vous pouvez nous appeler pour l'aide." a indiqué Dr. Sadiq
 .
Il a révélé que le comité s'embarquerait sur une inspection de toutes les fermes principales de volaille dans l'état, informant que toute la volaille, incluant 200 autruches, des fermes de Sambawa avait été tuée.

Dr. Abdulhamid Sadiq, tout en s'assurant qu'il n'y a pas d'autres poulets dans l'état qui doivent être tués, a conseillé aux éleveurs de volaille dont les fermes ne sont pas affectées par la maladie, d' être en alerte et de rapporter toute suspicion de la maladie au comité, lequel a établi des points de contact dans toutes les régions de l'état.

Il en outre a conseillé aux membres du public de s'assurer que la volaille, particulièrement le poulet, est complètement cuite avant d'être mangée. Il a cependant mis en garde contre l'utilisation des oeufs crus pour plusieurs raisons.

Ailleurs dans Kaduna, l'outbreak de la maladie a négativement affecté les affaires des fermiers de volaille et de ceux impliqués dans la vente des poulets locaux. Lors de la réunion, du Kaduna chapter of the Poultry Farmers Association of Nigeria (PAN), les fermiers ont déploré que leurs fermes aient la maladie ou pas, leurs entreprises ont été détruits. La situation, selon eux, est encore empirée par les médias rapportant que si quelqu'un mange des poulets, il mourra, s'inquiétant qu'avec de tels rapports, il serait difficile de convaincre beaucoup de gens qu'une fois que de la viande de poulet est correctement cuite, on peut la manger en sécurité. On a appris que dès que des nouvelles de la manifestation de la maladie ont été rapportées, les fermiers qui conservent la volaille à la maison pour l'usage domestique,ont immédiatement abattus les leur.

Quelques maisons ont également cessé de manger des poulets et des oeufs. Les restaurants ont également enlevé le poulet de leur menu en raison du manque de demande de leurs clients. Les éleveurs de volaille lors de leur réunion ont allégué que leurs affaires ont été stigmatisées et que certains profitent de la manifestation de la maladie pour lancer une propagande "visant à tuer notre industrie pour favoriser leurs propres intérêts." Parlant dans une entrevue à la fin de leur réunion à la National Library dans Kaduna, le président de Kaduna chapter of PAN et le directeur de gestion des fermes de Dana, DR Dauda Barnabas Dau, a décrit la manifestation de la maladie au Nigéria et dans Kaduna en particulier, comme malheureuse.

"nous l'avons prise avec un grand courage et nous espérons qu'on le limitera à la ferme particulière où on l'a trouvée. Tout que nous espérons est que les fermiers comme le gouvernement fédéral et l'état, prendront des mesures pour contenir la maladie. des fermiers de volaille sont disposés à coopérer avec le gouvernement pour la contenir.

Dr. Dau "berated" (a reproché ?) également le gouvernement d'état de Kaduna pour ne pas avoir inclus un représentant de PAN dans l'installation du "comité pour contenir la diffusion de la maladie". Il a plus loin déploré que l'interdiction du mouvement de la volaille dans et hors de Kaduna affectera considérablement les affaires de ses membres "parce que certains d'entre nous traitent des affaires de volaille non seulement dans Kaduna mais également à l'extérieur.

Il ajoute "nous avons des personnes qui sont dans le business des établissement d'incubation, ils devront "hacher" ces oeufs et les envoyer dans d'autres parties du pays, nous avons des gens qui sont également engagés dans les moulins d'alimentation, il y a des gens qui viennent d'autres régions du Nigeria pour acheter des oeufs dans Kaduna, qui eux aussi, sont affectés."