Forum Influmation

VIRUS H5N1 => AFRIQUE ANIMAUX => Afrique => Niger - Articles animaux => Discussion démarrée par: Febronio le 03 mars 2006 à 15:45:23

Titre: Nouveaux cas suspects au Niger
Posté par: Febronio le 03 mars 2006 à 15:45:23
http://www.irinnews.org/report.asp?ReportID=51987&SelectRegion=West_Africa

Des oiseaux morts ont été repérés dans les villages de Goure et Dogo dans le centre sud du pays proches des états déjà touchés et du Nigeria, ainsi qu'à N’Guigmi proche de la frontière Tchadienne.
Le gouvernement nigérien qui dispose d'un plan de lutte qui prévoit d'indemniser les éleveurs, n'a pas les moyens financiers pour le faire.

Febronio
Titre: article de JEUNE AFRIQUE
Posté par: Le Drakkar Bleu Noir le 03 mars 2006 à 19:40:56
http://www.jeuneafrique.com/dossierweb/grippe_aviaire/index.asp

en complémnet d'info
De nouveaux foyers suspects de grippe aviaire

NIGER - 2 mars 2006 - PANAPRESS
Le Dispositif opérationnel de lutte contre la grippe aviaire au Niger a découvert trois nouveaux cas suspects de l'épizootie dans la région de Zinder après la découverte effectuée il y a quelques jours dans la commune de Magaria.
Le premier foyer suspect est situé dans la commune de Gouré (1.050 km à l'est de Niamey) et concerne des mortalités observées sur une centaine de canards dans un quartier de la ville, indique-t-on à Niamey de source autorisée.

Le second foyer suspect concerne des mortalités observées sur plus d'une centaine de tourterelles dans la commune de N'Guigmi (1.500 km à l'est de Niamey) et dans les alentours. Des prélèvements ont été réalisés et attendent de pouvoir être acheminés vers Niamey.

Un autre foyer suspect fait état des mortalités datant de près de trois semaines, observées sur plusieurs volailles dans une localité située dans la commune de Dogo Dogo, à courte distance de Maigatari (Nigeria), où une forte suspicion avait été décrite il y a près de quinze jours.

Le gouvernement nigérien a reconnu mardi l'existence de la grippe aviaire dans la région de Magaria frontalière avec le Nigeria (900 km à l'est de Niamey) et décidé de prendre des mesures pour y faire face.

Sur quarante-deux sujets, toutes espèces confondues (poules locales, poules de race, pintades, canards et dindes) ayant fait l'objet de prélèvements dans quinze localités de Magaria, les résultats des analyses ont confirmé la présence du virus de l'influenza aviaire hautement pathogène du sous-type H5N1 sur deux canards, indique le gouvernement dans un communiqué rendu public à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire.

La découverte du virus de la grippe aviaire a fait suite à des prélèvements effectués et expédiés au laboratoire de référence de l'Office international des épizooties pour l'influenza aviaire et la maladie de Newcastle à Padoue, en Italie, précise le gouvernement.

Un éventail de mesures préventives, dont certaines étaient déjà en application, a été pris dont, entre autres, l'interdiction de l'importation de la volaille, des produits et sous-produits avicoles à partir de tous pays étrangers, l'interdiction de la circulation des volailles entre les villages, les communes, les départements et la création de comités régionaux, départementaux, communaux de surveillance de la grippe aviaire.

Le gouvernement a, en outre, décidé de la destruction par l'incinération et l'enfouissement de cas suspects d'oiseaux morts et d'objets ayant été en contact avec les oiseaux, l'abattage systématique de la volaille dans les zones infestées et la mise en place de périmètres sanitaires.

Dans un communiqué rendu public jeudi, le Dispositif opérationnel de lutte contre la grippe aviaire affirme ne disposer toujours pas à ce jour de ressources particulières pour intervenir sur le terrain, malgré la mobilisation générale déployée depuis deux semaines.

Les agents des Ressources animales notamment, qui doivent mettre en oeuvre au plus vite les mesures de police sanitaire, sont toujours dépourvus des moyens de lutte les plus élémentaires: désinfectant, pulvérisateurs, combinaisons de protection, lunettes et masques de protection, bottes et sur-bottes, kits de diagnostic rapide, vaccins...

De plus, les moyens disponibles (autos et motos, éléments de la chaîne du froid...) le sont en quantité très insuffisante, sans compter qu'aucune dotation en carburant n'est pour l'instant disponible, notamment dans le département de Magaria où sévit la maladie.

Pour ces raisons, le dispositif de lutte lance un appel d'urgence à l'aide internationale pour contribuer au fonctionnement de la structure et au combat contre la propagation de la maladie au Niger.
 
 ::)