Forum Influmation

VIRUS H5N1 => AFRIQUE ANIMAUX => Afrique => Tunisie - Articles animaux => Discussion démarrée par: Le Drakkar Bleu Noir le 24 février 2006 à 12:25:47

Titre: Grippe aviaire: EU une surveillance avancée au Maghreb ?
Posté par: Le Drakkar Bleu Noir le 24 février 2006 à 12:25:47
Grippe aviaire: un ornithologue propose une surveillance avancée au Maghreb
 
24-02 11:21:21  == Un ornithologue tunisien a demandé vendredi à l'Europe de collaborer à la mise en place d'un système de surveillance avancée sur la grippe aviaire en Tunisie et au Maroc, passages obligés de milliers d'oiseaux migrateurs actuellement de retour vers l'Europe.

"La Tunisie et le Maroc se situent dans deux des trois corridors de la migration saisonnière et des pays comme l'Espagne, la France, l'Italie ou l'Allemagne ont intérêt à y disposer de postes de surveillance avancés", a déclaré à l'AFP Abdelmajid Dabbar, ornithologue et dirigeant de l'Association des Amis des Oiseaux (AAO).

Le troisième couloir de la migration Europe-Afrique-Europe passe par la Turquie, pays touché par le virus H5N1.

Des postes permanents permettraient, selon M. Dabbar, d'anticiper la détection et les analyses et de procéder au baguage de centaines d'espèces, parmi les oiseaux migrateurs susceptibles de porter le virus.

La Tunisie et le Maroc sont les deux pays qui disposent déjà d'une infrastructure et de compétences pour un suivi de la grippe aviaire, ou autres épizooties, a expliqué cet expert, rappelant les dégâts causés en Afrique par le virus West Nile en 1999-2001.

"Les oiseaux ne changent jamais d'itinéraire et ne reconnaissent pas les frontières", a poursuivi M. Dabbar, expliquant que les spécialistes nord-africains se basent sur le nombre de foyers qui seront recensés en Europe pour évaluer les risques de contamination chez eux, au retour des oiseaux à l'automne prochain.

La Tunisie, a-t-il indiqué, est "évidemment exposée", mais aucun cas de grippe aviaire n'y a été détecté. Le pays semble avoir été épargné en raison notamment de l'absence d'élevages d'oiseaux d'eau (canards et oies) et du confinement systématique des volailles, qui rend presque nul le contact avec des aquatiques migrateurs porteurs du virus.

Les risques se trouvent aussi réduits au printemps par le fait qu'à leur retour d'Afrique sub-saharienne les oiseaux sont pressés d'aller s'accoupler en Europe et ne s'arrêtent pas longtemps au Sud de la Méditerranée.

C'est donc à l'automne que la "vigilance doit être au maximum", a souligné M. Dabbar, jugeant "rigoureux et efficace" le plan tunisien contre la grippe aviaire.

Le pays compte 46 "zones importantes pour la conservation des oiseaux", dans lesquelles hivernent au total 265 espèces de migrateurs, dont des espèces menacées comme la sarcelle marbrée, le fuligule nyroca, ou l'érismature à tête blanche.

L'AAO recense le passage de plus de 500.000 oiseaux aquatiques en Tunisie et a observé en janvier 130.000 individus dans la seule réserve d'Ichkeul (Nord). Sans compter des millions d'étourneaux qui, une fois rassasiés d'olives durant tout l'hiver, regagnent l'Europe centrale fin février-mars.

La remontée des migrateurs s'étale jusqu'en juin. Les grues repartent fin mars, les cigognes prennent généralement leur envol vers la Sicile (Italie) en avril, suivies par les flamants roses qui rentrent presque tous en Camargue (France), les rapaces étant les derniers à quitter la Tunisie pour l'Europe du Nord et de l'Est.

Toutes les zones d'hivernage ont été placées sous surveillance et des prélèvements sont régulièrement effectués sur des oiseaux dans les réserves et étendues d'eau par l'institut Pasteur depuis octobre 2005, explique M. Dabbar.

Son association, créée il y a 30 ans, est associée à la FAO en Afrique du Nord et siège à la Commission nationale contre la grippe aviaire et au Conseil supérieur de la Chasse.

 
© AFP.

http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--science/060224101845.ueyy0qqs.html

 ::)