Forum Influmation

VIRUS H5N1 => ASIE - ANIMAUX => Asie => Vietnam - Articles animaux => Discussion démarrée par: Yves le 12 novembre 2005 à 15:21:44

Titre: 7 provinces vietnamiennes touchées par la grippe aviaire
Posté par: Yves le 12 novembre 2005 à 15:21:44
Article copié du Courrier du Vietnam ( http://lecourrier.vnagency.com.vn/ )

La grippe aviaire signalée dans sept provinces

Alors que la grippe aviaire est apparue à Hai Duong (Nord), portant à sept le nombre des localités touchées par le virus, les autres continuent leur lutte. Des dirigeants du gouvernement sont sur place dans différentes localités.
Le pays compte sept provinces du Nord au Sud touchés par la grippe aviaire (Hanoi, Bac Giang, Hai Duong, Thanh Hoa, Quang Nam, Bac Liêu et Dông Thap) et s'active pour lutter contre la grippe aviaire.
Le gouvernement a donné hier aux services publics et localités instruction de prendre toutes les mesures possibles pour contrer l'épidémie. Des dirigeants ont effectué le 10 novembre des missions dans de nombreuses villes et provinces. Le vice-Premier ministre Vu Khoan s'est rendu dans la province de Bac Ninh (Nord), à proximité de Hanoi. Il a examiné les activités d'abattage et de commerce des volailles dans certains marchés et compagnies d'aviculture, ainsi que les préparatifs au sein de l'hôpital provincial.
À Hô Chi Minh-Ville, le vice-Premier ministre Nguyên Tân Dung a eu le 9 novembre une séance de travail avec les autorités municipales. Ces dernières lui ont fait part du plan de transport des volailles dans cette ville. Il en ressort que la ville, à partir du 15 novembre, n'autorisera plus que trois établissements d'abattage, au lieu des 51 en fonctionnement actuellement. Les volailles seront transportées le long d'axes autorisés jusqu'aux trois établissements sélectionnés (Huynh Gia Huynh De, Phu An Sinh et An Nhon). Avant d'y arriver, les véhicules de transport, qui porteront des plaques spécifiques, feront l'objet d'examens. M. Dung a insisté sur le fait qu'"il ne fallait pas autoriser les volailles non examinées à entrer dans la ville, et qu'il fallait faire le maximum pour éviter une explosion de la grippe aviaire et la contamination humaine". Après Hô Chi Minh-Ville, M. Dung est allé dans la province de Dông Nai (Sud).

La lutte contre l'épidémie s'active dans le pays

Le vice-Premier ministre Pham Gia Khiêm est présent dans la ville de Hai Phong (Nord) où les autorités municipales l'ont informé des activités de lutte contre l'épidémie : vaccination de 3,1 millions de volailles, achat de 10.000 comprimés de Tamiflu et d'autres équipements médicaux... M. Khiêm a affirmé que le gouvernement considérait cette lutte comme sa première tâche.
À Hanoi, le ministère des Finances a annoncé le 10 novembre qu'une enveloppe de 4.915 milliards de dôngs était prête pour le Plan d'urgence de prévention et de lutte contre le H5N1 présenté par le ministère de la Santé. D'ici la fin de l'année, plus de 1.000 milliards de dôngs seront décaissés.
Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a demandé le 9 novembre au gouvernement de prescrire une série de politiques facilitant le changement d'activités des particuliers et établissements spécialisés dans l'abattage et le commerce des volailles. Ils auront accès à des prêts à taux d'intérêt privilégiés pour faciliter leur reconversion.
De grands hôtels de la capitale, comme Melia et Hilton Opera, cessent de proposer des plats à base de volailles dans leurs menus, les remplaçant par du porc, du bœuf et des produits aquatiques. En pleine saison des mariages, d'autres hôtels de la ville suppriment eux-aussi les plats à base de volailles. Des commerçants d'oiseaux d'agrément ont respecté les règles de prévention contre l'épidémie en abattant leurs animaux.
Dans les provinces de Thai Nguyên (Nord), Gia Lai (hauts plateaux du Centre), Kiên Giang et Vinh Long (Sud), la vaccination des volailles continue. Les postes d'examen épidémique installés aux points d'entrée des provinces restent en veille 24 heures sur 24 pour contrôler l'entrée des volailles. Le commerce des volailles vivantes est interdit dans les marchés. Les hôpitaux provinciaux et des centres sanitaires locaux sont prêts à accueillir des malades.