Forum Influmation

MEDECINE,SCIENCES FONDA H5N1 => TRAITEMENT => Vaccins => Discussion démarrée par: Harfang des Neiges le 16 février 2006 à 12:37:20

Titre: Lyon Biopôle engage la lutte contre H5N1
Posté par: Harfang des Neiges le 16 février 2006 à 12:37:20
Lyon Biopôle engage la lutte contre H5N1

Le Pôle de compétitivité entend jouer un rôle clé dans la mobilisation contre la grippe aviaire.

Le programme “grippe aviaire” de Lyon Biopôle est l’un des trois premiers projets de recherche du pôle de compétitivité lyonnais. Il s’est fixé pour objectif de réduire le temps nécessaire à la mise au point d’un vaccin contre H5N1 et, au-delà, avec d’autres sérotypes*, d’essayer de déterminer des règles de protection croisée** entre sérotypes.
Il implique Merial et sanofi pasteur pour, respectivement, leurs compétences en vaccins vétérinaires et vaccins humains ; bioMérieux qui, avec ses découvertes en diagnostic, peut contribuer à l’identification rapide des souches et au suivi de l’épidémiologie ; l’Université, via un laboratoire mixte CNRS-Inserm, qui étudie les interactions entre souches et cellules. Le laboratoire du Dr Bruno Lina, l’un des centres de référence nationaux pour la grippe, hébergera certaines expériences, avec le laboratoire P4.
Plus de 6 millions d’euros à engager
Sur une période de trois ans, le coût du programme devrait dépasser 6 millions d’euros. Cette somme sera financée par les partenaires : la subvention de l’État devrait couvrir 30 % de leurs dépenses et 50 % quand il s’agit de partenaires publics. “À cette aide peut s’ajouter une aide européenne qui tendrait à rapprocher le montage financier des dossiers de recherche du modèle américain où l’État soutient les projets à hauteur de 60, voire 80 %. Ce serait bien… Actuellement, c’est un investissement de la part de partenaires qui veulent travailler ensemble, souligne Jean-Christophe Audonnet, directeur de la recherche exploratoire chez Merial et coordonnateur du programme “grippe aviaire” de Lyon Biopôle. L’initiative du pôle a cristallisé leur volonté de se rencontrer et de discuter. Il est vrai que nous nous étions perdus de vue…” Et d’ajouter : “Lyon Biopôle est, par les compétences qu’il mobilise, le mieux placé pour réagir sur le thème de la grippe aviaire, par rapport à d’autres régions dans le monde. La mise au point d’outils critiques pour lutter contre la grippe aviaire se joue essentiellement à Lyon”.

*Le sérotype d’un virus de grippe est défini par les types (formes) de ses protéines de surface : H (hémagglutinine) et N (neuraminidase). A chaque type correspond un numéro et de, l’association type/numéro, découle le sérotype global de la souche (ex : H5N1). Le premier virus de la grippe décrit (celui de la grippe espagnole de 1918) avait reçu par convention le sérotype H1N1. On reconnaît les types de protéines par des sérums (anticorps) de référence. Lorsqu’une protéine n’est plus reconnue par les sérums existants, cela signifie qu’un nouveau type est apparu qui prend le n° suivant dans la série correspondante (H3N1, H4N6…).

** Il s’agit de la propriété d’un vaccin à induire une réponse immunitaire contre l’infection provoquée par le virus à partir duquel il a été préparé, mais aussi contre d’autres souches. En règle générale, il est nécessaire de préparer le vaccin contre la grippe avec la souche exacte dont on veut se protéger.

http://www.brefonline.com/numeroERA_affichearticle.asp?idA=2597